La qualité d’un photographe …

» Quand j’ai sauté en marche dans la photographie, elle était en bois. Aujourd’hui, la voici devenue quasiment électron ique. Je reste le nez à la portière avec la même curiosité que le premier jour.

La qualité d’un photographe doit être l’espoir du miracle contre toute logique. Une espèce de foi dans l’heureux hasard, n’importe quoi peut arriver au coin d’une rue. Je me fais un décor, un rectangle et j’attends que des acteurs viennent y jouer. Je ne sais pas quoi ; Les images ne sont jamais précises, mais diffuses. Le choix d’un certain angle, l’attente du moment où ce monde apparait pitoyable et tendre enlèvent à mes clins d’œil toute valeur objective. Je crois dur comme fer qu’il n’y a pas de vérité-éalon, mais que le profil de cette vérité peut être modifié à l’infini si l’on ose quitter les postes d’observation confortable.

 Je suis un conteur, il n’y a pas de grand message graphique, ce n’est pas mon truc. Les photos qui m’intéressent, que je trouve réussies, sont celles qui ne concluent pas, qui ne racontent pas une histoire jusqu’au bout mais restent ouvertes, pour permettre aux gens de faire, eux aussi, avec l’image, un bout de chemin, de la continuer comme il leur plaira; un marchepied du rêve, en quelque sorte.  » Robert DOISNEAU (Photographe français )

Robert DOISNEAU 1912/1994 –  » Lorsqu’il travaille à la sauvette, c’est avec un humour fraternel et sans aucun complexe de supériorité qu’il dispose son miroir aux alouettes, sa piègerie de braconnier et c’est toujours à l’imparfait de l’objectif qu’il conjugue le verbe photographier. » Jacques PRÉVERT
DOISNEAU Robert Le baiser de l'hôtel de ville 1950

Le monde photographique de Tim WALKER …

« La fantaisie n’est pas quelque chose que je mets dans les images. Je n’essaie pas de leur injecter un sens. Il s’agit d’être un photographe honnête. Une photographie est autant le miroir du photographe que le sujet. Beaucoup de liens et d’inspiration viennent de mon enfance et de ma réticence à y renoncer.

Vous perdez beaucoup en vieillissant, mais si vous le perdez complètement, vous ne pourrez plus être un photographe. Je sais que le monde que je photographie n’est pas une réalité, mais c’est un caprice, un divertissement, un moyen d’évasion et de détente. J’aime capturer des choses qui disparaissent, c’est le but de la photographie imaginaire qui n’existe pas mais qui est connectée à quelque chose. Lorsque les décors sont en place, c’est un sentiment de chance extraordinaire que je ressens. Le tournage est un enchantement, la réalisation des rêves les plus fous. C’est ça la magie de la photographie. Chaque image devient un fantasme. J’essaie de raconter une histoire.  » Tim WALKER (Photographe anglais)

Tim WALKER 1.jpg
Tim WALKER
Tim WALKER Kate Moss et John GALLIANO.jpg
 » Fantasia  » ( Avec Kate MOSS et John GALLIANO) – TIM WALKER
Tim WALKER les poupées mécaniques.jpg
Série Les poupées mécaniques – Tim WALKER
Tim WALKER snails.jpg
Série Snails – Tim WALKER
Tim WALKER Story teller.jpg
Série Story Teller – Tim WALKER
Tim WALKER Atlas the lion.jpg
Série Atlas the lion – Tim WALKER
Tim WALKER Ballerina.jpg
 » Ballerina  » – Tim WALKER
Tim WALKER 2.jpg
 » The Window of culloden autumn  » – Robe Alexander MCQUEEN – Tim WALKER
Tim WALKER.jpg
 » Dream Weaver  » – Tim WALKER

Les beaux paysages de Paul ZIZKA …

Paul Zizka est reconnu internationalement pour ses sublimes clichés photographiques. Il est réputé pour se rendre dans des endroits reculés et difficiles d’accès . Ce grand amoureux de la nature, de la lumière, du temps, a reçu de nombreux prix et ses photos se retrouvent à la une de nombreuses revues spécialisées. Il a, par ailleurs, rédigé une douzaine de livre merveilleux sur différents endroits de la planète.

Paul ZIZKA

 » Originaire de Québec, je suis un photographe professionnel de paysages et d’aventure. Je n ‘ai jamais vraiment rêvé de devenir photographe depuis l’enfance ou quoi que ce soit de ce genre. Tout a commencé lorsque j’ai déménagé de Québec à Banff. J’ai une passion pour la montagne. Je suis devenu guide certifié, puis j’ai commencé à m’intéresser de plus en plus à la photographie. J’ai acheté un appareil photo reflex numérique, j’ai obtenu une licence et le voyage a commencé.

J’ai toujours eu un lien vraiment émotionnel avec le paysage et ce lien s’est développé. C’est un travail très créatif. Il a pris, en quelque sorte, le dessus sur ma vie. Photographier des montagnes ou des paysages n’est jamais deux fois la même chose. J’aime la variété de la photographie de paysage. Il y a de la beauté dans les montagnes, dans le désert, dans l’Arctique. Cela peut être utilisé plus que comme un simple outil de documentation, mais comme de l’art.

Je crois qu’il y a dans tous les êtres humains une profonde connexion avec la nature. Pourtant, dans notre monde d’aujourd’hui, ce lien est souvent obscurci par notre société capitaliste, matérialiste, agitée et anthropocentrique. Ce que j’espère, c’est que par mes photographies, les gens redécouvriront cette connexion à tous ce qui les entoure et regarderont d’un autre œil toutes les merveilles de notre planète.  » Paul ZIZKA

Le monde animalier de : Ingo ARNDT …

 » Je ressens toujours la même passion de l’aventure que celle qui était la mienne quand j’ai commencé. Être près des animaux, découvrir leur comportement, c’est la combinaison qui me passionne le plus. Mais il ne faut pas simplement les regarder, il faut obtenir. Nous pensons souvent que les grands carnivores sont ces redoutables prédateurs, mais pour un grand nombre de ces carnivores qui chassent des proies puissantes, comme les guanacos ou les wapitis, les dangers sont très nombreux. Ces carnivores sont très souvent blessés ou même tués par des proies qu’ils tentent de chasser.  

Le plus difficile dans la photographie d’animaux sauvages, c’est saisir le bon moment. Ceci s’applique, en principe, à tous les domaines de la photographie de nature. Toujours être au bon moment sur place. Il y a un nombre infini de facteurs qui font une très bonne image. Je trouve particulièrement important que l’on puisse interpréter le comportement animal. Ce n’est que si vous savez comment un animal se comporte, et ce qu’il pourrait se passez ensuite, que vous pourrez obtenir de très bonnes images. Il ne suffit pas d’avoir un équipement très onéreux » Ingo ARNDT ( Photographe animalier et naturaliste allemand r. )

Architektier Ingo Arndt
Ingo ARNDT

Quelques-unes de ses belles photos :

Ingo ARNDT un puma s'attaque à un guanaco
 
Ingo ARNDT bébé chimpanzé.jpg
Ingo ARNDT Kangourous
 
PAPILLON ARNDT.jpg
 

Ansel ADAMS … le pionnier de la photographie des paysages américains

 » Le travail d’un photographe consiste , en partie, à voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois , ou du voyageur qui découvre une contrée exotique. Ils ont en eux une aptitude à l’émerveillement.

J’étais un enfant quand j’ai commencé la photographie à 14 ans. Lors de mes premiers voyages en montagne, je prenais des clichés, des comptes-rendus de visites, sur lesquels je me penchais l’hiver en attendant l’été suivant. Au fil du temps, cependant, j’ai mieux vu les choses, plus intensément. Dans mes premières photographies, entre 1919 et 1920, je photographiais le sol près de l’endroit où j’avais posé mon sac de couchage, et les montagnes que j’avais escaladées. C’est tout. Deux ans plus tard, je commençais manifestement à voir davantage une relation entre le sujet et l’environnement. Dans ces images, il y avait le sac, la roche, mais aussi la sensation d’espace.

Plusieurs années plus tard, j’ai commencé à voir que peut -être le rocher, l’arbre et les ombres des arbres, chaque objet, avaient certaines relations et valeurs. Je n’utilisais pas de mots pour le décrire, c’était plus un sentiment. Enfin, après avoir vraiment approfondi la photographie, je suis devenu très sensible aux formes relatives en termes de formes relatives. Je pouvais avoir le même endroit, le même rocher, l’arbre avec ses branches mortes et une ombre du même genre de branche sur le sol. Cette fois, tout à commencer à bouger. En fait, je faisais des photos avec une certaine vision en eux. Le monde extérieur n’a que des formes, mais nous voyons la forme, le poids, l’équilibre, et les valeurs. Nous voyons et nous ressentons également des choses plus ésotériques et intangibles. Je veux prendre des photos qui en cela en elles. Mais le savoir et le réaliser sont deux choses bien différentes.  » Ansel ADAMS (Photographe et écologiste américain)

 » Ne faisant qu’un avec la puissance du paysage américain et réputé pour la patience et la beauté intemporelle de son travail, le photographe Ansel Adams a été visionnaire dans ses efforts pour préserver les zones sauvages et pittoresques de ce pays, à la fois sur films et sur terre. Attiré par la beauté du mouvement de la nature, il est considéré par les écologistes comme un monument lui-même, et par les photographes comme une institution nationale. C’est grâce à sa prévoyance et à son courage qu’une grande partie de l’Amérique a été sauvée pour les futurs Américains. » Jimmy CARTER, Président des Etats Unis, en 1980 lorsqu’il a remis au photographe la Médaille présidentielle de la liberté.

Audun RIKARDSEN … photographe animalier et scientifique

RIKARDSEN Audun

  » Dans de nombreuses situations, j’utilise également mon appareil photo comme outil scientifique. J’ai réalisé que si je montrais mes résultats scientifiques à travers une image, cela aurait un impact beaucoup plus grand. Par exemple, je photographie des baleines pour capturer la douve( le dos de la queue de la baleine )qui fonctionne comme une empreinte digitale. Ensuite, nous pouvons comparer cette photo avec des bases de données dans d’autres parties du monde et ainsi identifier la migration des baleines entre ces zones . En tant que scientifique, vous vous concentrez sur votre objectif. Vous planifiez et vous essayez d’obtenir les résultats finaux. Je fais de même avec mes photographies. En tant que scientifique, vous devez avoir une bonne idée pour obtenir un financement. Mais en tant que en tant que photographe, vous devez également avoir une bonne idée de montrer quelque chose de différent et, si vous avez une idée de projet, planifiez-la comme un scientifique.  » Audun RIKARDSEN (Biologiste norvégien et  photographe animalier – Professeur universitaire en biologie marine et arctique. Il a reçu de très nombreux prix  pour ses photos.)

RIKARDSEN Deep sleeper 2019
RIKARDSEN Black Grouse Showing Off
RIKARDSEN Stars from the world
RIKARDSEN.jpg

La photographie … par Jacques-Henri LARTIGUE

 » La photographie est une chose magique, une chose qui a des odeurs mystérieuses un peu étranges et effrayantes. C’est un art que vous apprenez à aimer très rapidement. Je prends des photos avec amour, j’essaie alors d’en faire des œuvres d’art. Mais je les faits d’abord pour moi, c’est important, et si ce sont des œuvres d’art ça me va. !

Pour moi, la photographie c’est saisir un instant qui passe et qui est vrai. Quant au cadrage, la composition, la mise au point, ce n’est pas le moment de se poser des questions : il faut faire confiance à son intuition. 

Parler de la photo plutôt que d’en faire me semble idiot. C’est comme si je m’arrêtais de parler d’une femme que j’aime au lieu de lui faire l’amour » Jacques-Henri LARTIGUE (Photographe, écrivain et peintre français)

JACQUES HENRI LARTIGUE 1
Jacques-Henri LARTIGUE 1894/1986 –  » L’ultime Peter Pan de la photographie  » disait de lui Michael HOPPEN, propriétaire d’une galerie très connue de Londres .
LARTIGUE HENDAYE 1934
 » HENDAYE 1934 – Jacques-Henri LARTIGUE
LARTIGUE Hippodrome d'Auteuil 1911
 » Hippodrome d’Auteuil 1911 – Jacques- Henri LARTIGUE
LARTIGUE Dany Michon et Bobby, Club de Friborg 1936
 » Dany, Michon et Bobby – Club de  Fribord 1936  » – Jacques-Henri LARTIGUE
 » Grand Prix de l’Automobile Club de France  » 1912 – Jacques-Henri LARTIGUE
Londres Juillet 1967 – Jacques Henri LARTIGUE

Herman LEONARD … L’œil du jazz

HERMAN LEONARD.jpg
Herman LEONARD

 » Toutes mes photos de jazz, je les faisais strictement pour moi-même. Au bout d’un certain temps, j’ai réalisé des contrats pour des maisons de disques en particulier Verve Records avec Norman Granz en tant que producteur. Mais le public n’a rien su de mon travail, en termes historiques, avant 1968. Quarante ans après les avoir photographiés, j’avais ma première exposition complète de mon travail de jazz à Londres en Angleterre. En conséquence, une société est devenue le sponsor et a décidé de faire une tournée aux Etats Unis et en Europe. Cette tournée m’a conduit à une exposition à Washington et c’est là que Mr John Edward Hasse, conservateur de la musique américaine au Musée National d’Histoire américaine m’a dit : «  Mr Leonard, j’aimerai beaucoup que vous fassiez partie du Smithsonian  » – Je lui ai répondu  » Oh mon Dieu ! C’est le plus grand honneur que je puisse jamais recevoir !  « 

Dans les clubs j’étais limité à l’équipement que j’avais. J’ai toujours porté deux petites lumières stroboscopiques portables. Être confiné à deux sources de lumière m’a procuré un avantage : je devais faire attention. Beaucoup de photographes ont utilisé trop de lumière et ont tout compliqué. En ce qui me concerne, j’ai toujours essayé de préservé, autant que possible, l’atmosphère pure du club. Je l’ai fait en plaçant une lumière stroboscopique à côté du projecteur du club au plafond. L’autre je l’ai placé derrière l’artiste en arrière-plan. J’ai utilisé des unités sans fil pour déclencher les flashs, mais je n’utilisais ces flashs que si je devais le faire. La lumière dérangeant les artistes. La plupart des photos que j’ai prises ont été faites lors des répétitions, alors ce n’était pas si mal. Pendant que je travaillais, les propriétaires des clubs ont toujours été très coopératifs. Bien sur je n’ai pas tiré toute la nuit. Cela aurait été trop envahissant pour les musiciens et le public. Je me limitais donc au nombre de prises de vue. ….  Lors d’une exposition à Denver, trois adolescents sont venus vers moi. Ils devaient avoir 13 ou 14 ans. Ils m’ont dit :  » Mr Leonard nous sommes ravis que vous soyez là parce que nous aimons la musique, mais nous n’avons jamais vraiment compris à quoi elle ressemblait  » . J’ai eu un frisson. Je veux dire que ce ne sont pas des musiciens qui ont compris, c’était des adolescents. Et si je peux les atteindre et influer sur leur réaction au jazz, c’est très gratifiant. Ce que je veux dire c’est que vous faites un gâteau et tout le monde l’aime. Quoi de mieux que ça ?  » Herman LEONARD ( Photographe américain spécialisé dans les photos des stars du jazz )

HERMAN LEONARD Dizzie GILLEPSIE
Dizzie GILLEPSIE – Herman LEONARD
HERMAN LEONARD 1956 CHET BAKER
Chet BAKER – 1956 – Herman LEONARD
HERMAN LEONARD 1958 Duke ELLINGTON.jpg
Duke ELLINGTON – 1958 – Herman LEONARD
HERMAN LEONARD 1965 Louis ARMSTRONG NEWPORT
Louis ARMSTRONG – 1965 – Herman LEONARD
Nat KING COLE – 1949 – Herman LEONARD
Miles DAVIS – 1989 – Herman LEONARD
Ella FITZGERALD – 1949 – Herman LEONARD

Un portrait … par Philippe HALSMAN

 » En photographiant la beauté d’une personne, j’essaie  de montrer son caractère. Une fois, j’ai photographié un homme avec un gros nez, en soulignant bien son gros nez, et il était content de la photo. Cela ne pourrait pas arriver avec une femme : la femme la plus intelligente rejettera un portrait s’il ne la flatte pas. Une seule fois, au cours de ma carrière, une blonde m’a demandé :  » s’il te plait, fais-moi paraître intelligente  » … Malheureusement c’était impossible ! Un vrai portrait devrait, dans cent ans à compter de maintenant, témoigner de l’apparence et l’identité humaine. Parmi les milliers de personnes célèbres ou inconnues qui se sont assises devant ma caméra, on me demande souvent quel était le sujet le plus difficile, le plus facile, ou bien encore quelle photo est ma préférée. Cette dernière question reviendrait à demander à une mère quel enfant elle aime le plus.

Qu’est-ce que je veux capturer le plus dans mes photographies ? L’émotion humaine et l’essence de l’être humain. Un bon portrait est incroyablement difficile à créer. Il y a trop de tentation de flatter l’individu plutôt que de le dépeindre comme il est. La plupart des gens se raidissent de gêne lorsqu’ils posent pour une photo. L’éclairage et le bon appareil photo sont inutiles si le photographe ne peut pas leur faire baisser le masque, au moins pour un moment, afin qu’il puisse capturer sur son film leur personnalité et leur caractère réels et non déformés.

Tous les visages que je regarde me semblent cacher et parfois fugitivement révéler, le mystère d’un être. Capturer cette révélation devint le but et la passion de ma vie. Je suis devenu un collectionneur, je collectionne des reflets d’intériorité. Ceux de tous les gens qui passent devant mon objectif. »  Philippe HALSMAN ( Photographe-portraitiste américain)

HALSMAN 1950 autoportrait.jpg
 Autoportrait  – Philippe HALSMAN 1906/1979
HALSMAN 1949 COCTEAU
 Jean COCTEAU  – 1949 – Philippe HALSMAN
HALSMAN 1952 MARILYN
Marilyn MONROE – 1952 – Philippe HALSMAN
HALSMAN 1962Promotion pour le film les oiseaux
 Alfred HITCHCOCK pour la promotion du film  » Les Oiseaux  » – 1962 – Philippe HALSMAN
HALSMAN 1963 Mohamed ALI Cassius CLAY
 Mohamed ALI dit CASSIUS CLAY – 1963 – Philippe HALSMAN
HALSMAN FERNANDEL.png
 » Portrait-saut  » – FERNANDEL – 1948 –  Philippe HALSMAN  («  Lorsque vous demandez à une personne de sauter, son attention est essentiellement portée sur l’action de sauter et le masque tombe, révélant la vraie personnalité. » ) – Il a fait  » sauter  » de très nombreuses personnalités. Toutes ces photos précisément ont été réunies dans un ouvrage qui fut publier en 1959 et qui s’intitule  » Le Jump Book «
 » Audrey HEPBURN  » 1954 – Philippe HALSMAN
Salvador DALI 1940 – Philippe HALSMAN
Grace KELLY 1952 – Philippe HALSMAN

La photographie … par Fouad ELKOURY

« Ce n’est jamais facile de devenir photographe. Tout comme il n’est pas facile d’aimer. Ça arrive, c’est tout. Et quand vient la révélation, il faut savoir discerner l’essentiel et avoir le courage d’aller jusqu’au bout. Il faut une envie profonde couplée à une attention de chaque instant pour photographier. Le photographe est habité par ce qu’il cherche, il est dévoré par le besoin de communiquer une émotion ressentie et la restituer sous forme d’image. Tout le temps que dure la prise de vue, il est animé par un désir d’autant plus aigu qu’il est incertain d’atteindre son objectif. Sur un cliché effectivement pris, combien d’autres sont ratés ? Et combien d’autres ont été laissés de côté ? On passe souvent près d’une photo dont on sait qu’elle sera bonne, simplement parce que les conditions du moment nous auront empêché de la prendre. Tout d’un coup, on voit la photo, on sent dans son bras un tressaillement et parce que l’on a pas d’appareil sur soi, on est, pendant ce court instant, en état de manque …. Ces images vues, mais non prises, sont celles dont on se souvient longtemps après. Elles font partie du parcours du photographe au même titre que les autres. Il les a en tête quand il regarde l’ensemble de son travail, elles s’inscrivent dans sa mémoire comme des images virtuelles et meurent avec lui faute de traces. » Fouad ELKOURY ( Photographe et cinéaste libanais – Extrait de son livre La Sagesse du Photographe )

FOUAD ELKOURY
Fouad ELKOURY