L’amour qu’est-ce au juste ? …

 » Mais l’amour, qu’est-ce, au juste ? Un vent qui caresse les rosiers ? Non, c’est une flamme qui coule dans nos veines, une musique infernale, qui fait danser jusqu’au cœur des vieillards. C’est la marguerite qui s’ouvre à l’approche de la nuit, et c’est l’anémone qui se referme au moindre souffle et meurt dès qu’on l’effleure. C’est cela, l’amour. » Knut HAMSUN (Écrivain norvégien, lauréat du prix Nobel de littérature en 1920-Extrait de son livre Victoria)

Knut HAMSUN 1859/1952

La maison …

 » La maison est notre coin du monde. Elle est notre premier univers. Elle est vraiment un cosmos. Un cosmos dans toute l’acception du terme. Vue intimement, la plus humble demeure n’est-elle pas belle ? Les écrivains de l’humble logis évoquent souvent cet élément de la poétique de l’espace. Mais cette évocation est bien trop succincte. Ayant peu à décrire dans l’humble logis, ils n’y séjournent guère. Ils caractérisent l’humble logis en son actualité, sans en vivre vraiment la primitivité, une primitivité qui appartient à tous, riches ou pauvres, s’ils acceptent de rêver. Par les songes, les diverses demeures de notre vie se compénètrent et gardent les trésors des jours anciens. Quand, dans la nouvelle maison, reviennent les souvenirs des anciennes demeures, nous allons au pays de l’Enfance Immobile, immobile comme l’Immémorial. Nous vivons des fixations, des fixations de bonheur. Nous nous réconfortons en revivant des souvenirs de protection. Quelque chose de fermé doit garder les souvenirs en leur laissant leurs valeurs d’images. Les souvenirs du monde extérieur n’auront jamais la même tonalité que les souvenirs de la maison. En évoquant les souvenirs de la maison, nous additionnons des valeurs de songe ; nous ne sommes jamais de vrais historiens, nous sommes toujours un peu poètes et notre émotion ne traduit peut-être que de la poésie perdue.

La maison, dans la vie de l’homme, évince des contingences, elle multiplie ses conseils de continuité. Sans elle, l’homme serait un être dispersé. Elle maintient l’homme à travers les orages du ciel et les orages de la vie. Elle est corps et âme. La vie commence bien, elle commence enfermée, protégée, toute tiède dans le giron de la maison.  » Gaston BACHELARD (Philosophe français des sciences, de la poésie, de l’éducation et du temps. Extraits de son livre La poétique de l’espace)

« La maison à Argenteuil » Claude MONET

Le vent …

 » Il  n’y a pas si longtemps c’était magnifique d’être le vent. Vous apportiez des senteurs selon les saisons, effeuillez des roses, courbiez les blés, faisiez faire des loopings aux oiseaux, arrachiez les feuilles mortes, séchiez le linge. C’est vous aussi qui faisiez grincer les girouettes, claquer les oriflammes des champs de batailles et dans certains pays tourner les moulins. Certains jours, plus polisson, vous emportiez les chapeaux, souleviez les jupes mais surtout pendant plus de deux mille ans c’est vous qui emmeniez les bateaux. Pas un voyage sur la mer sans vous, pas de Christophe Colomb, pas d’Amérique, pas d’Australie, pas de Polynésie. Jusqu’à il y a cent ans, pas un grain de café ni une lettre d’amour qui ne soit arrivée sans votre aide ….Il faudrait une vie pour raconter tout ce que vous nous avez permis de faire. Jadis, tout le monde le savait et vous saviez que vous étiez utile et aimé, et en Méditerranée, berceau des civilisations, on avait coutume de dire: quand vous n’êtes pas là, c’est la galère.
Aujourd’hui les moulins tournent au nucléaire, les sèche-linge aussi, les roses poussent dans des serres en plastique, plus personne ne porte de chapeau et les filles ont des collants sous leurs jupes, et pour ce qui est des bateaux… Nous, les marins, parlons de vous tout le temps, recherchons sans fin votre compagnie. Vous faiblissez, c’est l’inquiétude; vous partez, c’est le drame; nulle part au monde vous n’êtes autant chéri, choyé, attendu. » Olivier De KERSAUSON ( Navigateur français, chroniqueur et écrivain)

Tableau de Alexander SHENDEROV

Une pierre jetée …

ronds dans l'eau.jpg
Illustration Leah FANNING

 » Une pierre jetée dans un étang produit des vagues concentriques qui s’étalent sur sa surface, entraînant dans leur déplacement, à différentes distances, avec des effets différents, le nénuphar et le roseau, le bateau en papier et le flotteur du pêcheur. Les objets qui étaient seuls, en paix ou en sommeil, sont rappelés à la vie, obligés de réagir, d’entrer en relation les uns avec les autres. D’autres mouvements invisibles se propagent en profondeur, dans toutes les directions, tandis que la pierre se précipite en déplaçant les algues, effrayant les poissons, provoquant toujours de nouvelles agitations moléculaires. Lorsqu’elle touche enfin le fond, elle soulève la boue, frappe les objets oubliés dont certains sont maintenant mis au jour, d’autres recouverts à leurs tour par le sable. D’innombrables événements ou micro-événements ont lieu dans un temps très court. Peut-être même pas le temps et le désir pourraient tous être enregistré sans omission. Ce n’est pas sans rappeler un mot jeté aléatoirement dans l’esprit, qui produit des ondes de surface et de profondeur, provoque une série infinie de réactions en chaîne, impliquant dans sa chute des sons et des images, des analogies et des souvenirs, des significations et des rêves dans un mouvement qui affecte l’expérience et la mémoire, le fantasme et l’inconscient, ce qui est compliqué par le fait que l’esprit lui -même ne représente pas passivement, mais qu’il intervient continuellement pour accepter, rejeter, connecter, censurer, construire et détruire. » Gianni RODARI (Poète, écrivain, journaliste italien)

Le parfum …

« Le parfum a le pouvoir extraordinaire de raviver un souvenir que l’on croyait perdu depuis longtemps. Cette longévité de la mémoire olfactive est une des caractéristiques qui la distingue des autres sens comme la vue ou l’ouïe. On décèle une nette envie de s’affirmer en tant que personne unique, et le parfum est le messager de ce que l’on veut bien dévoiler. « Jean-Paul GUERLAIN (Parfumeur français -Extrait de son livre Les routes de mes parfums )