Ier.10.2022

 » Le vent fera craquer les branches
La brume viendra dans sa robe blanche
Y’aura des feuilles partout
Couchées sur les cailloux
Octobre tiendra sa revanche ..
..  » Francis CABREL (Auteur-compositeur-interprète français)

Dictons du mois d’octobre :

 » Octobre : qui n’a pas de manteau, doit en trouver un bientôt « 

 » En octobre c’est le vent qui mène les feuilles au champ « 

 » Si octobre est trop chaud, en février neige au carreau  »

23.9.2022 : Automne …

 » J’aime l’automne parce que tout devient bonus. Les jours raccourcissent mais il y a une urgence à profiter du moindre rayon, de la moindre éclaircie. Et puis, j’adore les couleurs, le feuillage des arbres. On dirait un tableau de maître ! L’été ils sont verts, c’est sans surprise. Mais, dès septembre, c’est une explosion de couleurs, de nuances plus merveilleuses les unes que les autres, entre deux feuillages verts, un jaune, un arbre rouge qui irradie, incendie, embrase à lui seul une forêt entière, les milles teintes d’orange qui redonnent à chaque regard un nouvel intérêt. En automne, la nature récompense les patients, les observateurs, les optimistes. Ceux qui décèlent le beau là où d’autres ne prennent pas le temps de le voir. » Aurélie VALOGNES (Auteure française de littérature contemporaine – Extrait de son livre Le tourbillon de la vie / 2021 )

Septembre : la Vigne …

 » Comment parler de la vigne sans évoquer Dyonisos (Bacchus pour les Romains). Toutes les figurations le présentent couronné de pampres, une coupe à la main. Dieu de l’ivresse, il présidait à toutes les réjouissances champêtres, dans la joyeuse compagnie des satyres, des silènes et des bacchantes. On sait les orgies qui s’ensuivaient. A l’occasion de  » mystères  » ou fêtes d’initiés, des concours littéraires étaient organisés, aussi est-il également le Dieu de poésie lyrique.

Bacchus – Le CARAVAGE

Les Romains avaient inventé, au sujet de la vigne, une histoire amusante aussi bien que morale. Bacchus, disaient-ils, avaient rencontré sur son chemin un plant de vigne si petit que, pour protéger sa croissance, il le planta dans la partie creuse d’un os d’oiseau. La vigne ayant grandi, ce fut ensuite dans un os de lion, puis enfin dans l’os d’un âne. De là en conclure que celui qui boit du vin est d’abord gai comme l’oiseau, puis fort comme le ion et enfin bête comme un âne, il n’y a qu’un pas.  » Marthe SEGUIN-FONTES (Auteure et illustratrice française )

«  C’était une vallée entre Saint-Cyr et Luynes,
Dont la vigne à foison couvrait les deux versants ;
La tiède nuit de juin glissait sur les collines,
Et dans les chemins creux brillaient des vers luisants.

Lorsque pour son amant le soir la bien-aimée
Lisse ses cheveux bruns, une fraîche senteur
Imprègne sa poitrine et sa tête embaumée;
Ainsi tu parfumais la nuit, ô vigne en fleur !

On dit qu’aux jours d’été, quand tes grappes fleurissent,
Le vieux vin des celliers fermente et reverdit;
Quand monte leur odeur, dans les cœurs qui languissent,
L’amour aussi, l’amour se réveille et bondi
t.

La lune se leva comme une jeune reine,
Et les prés assoupis, et les grands pampres verts
S’argentèrent soudain à sa splendeur sereine;
On entendit des pas sous les chemins couverts.

Une enfant de vingt ans, dans le sentier des vignes,
Cherchant quelqu’un des yeux, s’avança lentement.
Je voyais son profil aux délicates lignes
Sous les pâles rayons s’éclairer doucement.

Ses regards scintillaient, sa robe aux teintes blanches
Se soulevait parfois aux soupirs de son sein…
D’un cerisier touffu s’écartèrent les branches,
Un jeune homme parut et la prit par la main.

Sur une pierre assis, d’abord ils écoutèrent;
Tout chantait: les grillons, les rossignols; près d’eux
Les pampres frissonnaient au vent. — Ils se levèrent,
Et dans l’obscurité disparurent tous deux.  »
André THEURIET (Poète français, auteur dramatique, romancier / Extrait de son recueil Vignes en fleurs-Amours éternelles (Revue des deux Mondes-1876)

Ier.9.2022 : c’est la rentrée !

Avec une pensée affectueuse pour ma petite-fille qui rentre ce matin en C.E.1 ♥

 » Bernard et Nicole,
La main dans la main,
Ont pris de l’école
Le joli chemin…..   » Jean-Luc MOREAU ( Poète, écrivain, universitaire français)

ECOLE DIEGO CUSANO.jpg
 Diego CUSANO

 » La cour de mon école
vaut bien, je crois,
la Cour de Picrochole,
le fameux roi :
elle est pleine de charme
haute en couleurs ;
On y joue aux gendarmes
et aux voleurs;
loin des Gaulois, des Cimbres
et des Teutons.
On échange des timbres,
à croupetons ;
des timbres des Antilles,
de Bornéo…
Et puis on joue aux billes
sous le préau.
Qu’on ait pris la Bastille,
c’est merveilleux,
mais que le soleil brille,
C’est encore mieux !
orthographe et problèmes
Sont conjurés.
École, ah ! que je t’aime
à la récré !  » Jean-Luc MOREAU ( Poète, professeur et universitaire français )

COUR D ECOLE.jpg

Ier.9.2022 …

Dictons du mois de septembre :

 » Septembre en feu gonfle le baril « 

 » Le coq, en septembre, chantant la matinée, annonce une abondante rosée « 

 » Forte chaleur en septembre, pluie d’octobre il faut s’attendre  »

 » L’hirondelle en septembre abandonne le ciel refroidi de l’automne  »

« C’est certainement le plus doux
Des douze enfants du père Temps.
Il est vêtu d’or et de roux,
Et puis de vert, et puis de vent .

Après la fureur de son frère,
Août l’indompté et le sauvage,
Malgré quelques coups de tonnerre,
Septembre est un mois presque sage.

Le ciel ne se déchaîne plus,
Fatigué de tous ses excès.
L’aube est fraîche. Et l’été perclus,
Assagi, s’est enfin calmé .

Un mois déjà que les cigales
Ne stridulent plus dans les bois.
Le grand été est en cavale,
Le doux septembre fait la loi
.  » Vette De FONCLARE (Poétesse française)

La plage …

 » La plage, c’est le plus beau paysage du monde. Déclaration formelle. Une tranche de ciel, une tranche de mer, une tranche de sable. Les trois éléments de la vie : l’air, l’eau, la terre. Il n’y a rien de plus beau. « Agnès VARDA (Photographe, réalisatrice de cinéma et plasticienne française- Extrait de son livre Les plages d’Agnès– Elle réalisera un film autobiographique-documentaire-fiction en 2008, portant le même intitulé et qui recevra (entre autres prix) le César du meilleur film-documentaire)

Un jardin …

 » Le temps du jardin est donc celui de la vie. Il ne nous pousse pas vers l’avant, comme le temps mécanique qui régit désormais nos vies, car un vrai lieu nous enracine toujours dans le temps présent. Maintenant et ici. Pas de buts à atteindre, pas d’objectifs à remplir, car la vie n’a qu’une fin : elle-même. Et la beauté aussi, qui naît constamment du processus de la vie. A l’inverse du système capitaliste, qui a besoin d’une croissance constante pour survivre et qui demande des efforts sans fin aux hommes qui le subissent, le monde naturel croit spontanément et se suffit à lui-même dans un présent éternel, lent et doux. C’est là la leçon du monde végétal. Retrouver cette vie, la vraie, et ce temps de la nature qui est aussi notre vrai temps, celui qui connaît notre corps animal – voilà ce qui nous pousse à ouvrir le portail d’un enclos de verdure et à y entrer, chaque fois, comme si on pénétrait dans un monde à part. C’est cela, le don du jardin. » Jorn DE PRÉCY (Jardinier-philosophe anglais. Extrait de son livre Le jardin perdu)

Cueillette d’août à octobre : le Jasmin …

 » Empruntant son nom au persan yasamin ( don de Dieu ), cette fleur odorante d’une blancheur immaculée, est une star en Asie. Depuis des siècles, on l’y associe à la beauté et à la séduction féminine. En Inde, les colliers de fleurs de jasmin constituent un don  privilégié fait aux dieux et accompagnent les mariages. En Europe, les mariées qui l’incorporent dans leur bouquet en ignorent souvent l’origine orientale.

Cette plante exotique fut importée en Italie par le duc de Toscane au XVIIe siècle. Depuis une légende lui est attachée. On raconte en effet que son jardinier était si pauvre qu’il ne pouvait épouser sa belle. Il réussit tout de même à lui offrir en cachette une fleur de jasmin que sa fiancée planta dans le sol. La plante prit racine et prospéra. Le couple en fit alors commerce, put se marier et vivre heureux.

Plusieurs pays ont fait du jasmin leur symbole national : Hawaï, l’Indonésie, le Pakistan, les Philippines. Damas, en Syrie, était surnommée la cité du jasmin car la fleur y poussait presque devant toutes les maisons. En 2011, le jasmin a donné son nom à la première des révolutions arabes. Le choix du jasmin faisait référence à cette fleur blanche emblématique de la Tunisie qui symbolise la pureté, la douceur de vivre et la tolérance. Dans le langage des fleurs elle incarne l’amour sensuel. » Nathalie CHAHINE (Journaliste française, auteur de livres sur le bien-être)

JASMIN

« Nom de fleur… Pour vous, ce n’est peut-être
Qu’un nom charmant, sans plus. Il en est tant !
Pour d’autres, c’est peut-être, à la fin du printemps,
Dans l’air tendre, un parfum qu’ils pensent reconnaître.

La fleur même… ils l’ont vue un jour ; ils savent bien
Qu’elle est blanche et petite et rit aux heures chaudes
En la fraîcheur de retombantes palmes d’émeraude.
Mais, pour moi… de tout ce qu’elle est pour moi, nul ne sait rien.

Nul, s’il n’a, comme moi, contre sa joue,
Senti les fins petits doigts caressants
D’un arbuste penché dans le soir qui descend,
Et senti comment des étoiles se dénouent

Quand le vent joue avec des branches – nul, ailleurs,
Ou sous un ciel pareil, s’il n’a, pour une branche,
Pour une branche d’où glisse un bouquet d’étoiles blanches,
Connu la grâce d’un jardin sauvage et sa douceur
,

Nul ne sait… Ô bijoux vivants, pétales
Faits de neige et de lait, de jeune émail,
De nacre ou d’ivoire si blanc, de blanc corail,
D’une chair de jacinthe ou d’ixaura si pâle,

Blancheur qu’à sa mantille, entre un œillet de sang
Et le jaune pompon d’une rose, l’Espagne,
La brune Espagne, veut comme au front blanc de ses montagnes –
Blancheur qui semble un talisman, blancheur en qui l’on sent
Quelque chose du cygne, des colombes,
De l’hermine – et qui vient, comme l’encens,
D’un sol qui brûle sous des cieux éblouissa
nts.
Mon jasmin d’Orient ! mon jasmin qui retombe

Du vieux mur que je sais dans un jardin gascon,
N’êtes-vous pas vraiment tout ce que j’imagine ?
L’âme des citronniers, des lauriers-roses, des glycines,
Je la respire en vous comme sur un balcon

Tourné vers les pays des caravanes…
Je suis à la terrasse où des fleurs se défont
Comme des glands de perles sur vos fronts,
Graves petites filles musulmanes !

J’en tresse comme vous des colliers à sept rangs –
Et c’est un vieux marchand couleur de datte sèche
Qui me vendit hier ses flacons odorants
Pour asperger d’ardentes gouttes la nuit fraîche…

Et vous pouvez être là-bas, mon doux jasmin,
Rose comme la rose ou blond comme l’abeille.
– Le mimosa d’Égypte a des touffes pareilles,
Les roses d’Ispahan ont ces tons de carmin –

Mais vous restez pour moi du blanc des coquillages,
Minuscules cornets d’albâtre, cire en pleurs,
Miettes de clair de lune aux trous noirs du feuillage,
Fleurs de mon beau jasmin sauvage, dont le cœur
Semble caché dans l’étui blanc d’une veilleuse.

C’est blanc que vous voyait, le long de nos chemins,
Dans l’ensorcellement d’une journée heureuse,
Le grand poète de chez nous, qui, brin par brin,
Vous cueillait, rameaux de Gascogne, pour sa Muse !

Tout blanc, vous vous tendez aux papillons qui musent
Autour de l’Ermitage, entre les espaliers.
Au chapeau du vieux puits vous mettez une aigrette ;
Vous couronnez le toit penchant de Françonnette
Et, pour l’Aveugle, parfumez Castelculier.

C’est pourquoi, le Poète et vous, portez sans doute
Le même nom qu’une fée a choisi.
C’est pourquoi l’on vous veut, parant la route
De ceux qui vont, chantant les fleurs de leur pays
.

Jasmin, jasmin d’argent, n’êtes-vous pas l’image
De l’étoile que les bergers suivaient avec les Mages ?
La nuit a pris sa cape grise… Conduisez
À travers les jardins le long pèlerinage !
Qui donc verra jamais votre petit visage,
Si menu, si menu, sous les rameaux entrecroisés,
Tel que, moi, je le vois, sans même ouvrir la porte,
Sans même avoir besoin de regarder dehors,
Si c’est le temps du premier scarabée aux ailes d’or ?

Vous êtes là… si c’est l’hiver, qu’importe !
Puisque, à mes yeux, vous ne vous fanez pas,
Mystérieux jasmin qui me parlez tout bas,
Puisque vous ne pouvez avoir pour moi de feuilles mortes.
 » Sabine SICAUD Poétesse française/ Extrait de son recueil Poèmes d’enfant(1926)

» Mme de POMPADOUR en jardinière ( bouquet jasmin à la main )  » – 1754/55 – Charles VAN LOO ( Château de Versailles / France )

P.S :Il existe plus de 300 espèces de jasmins et leur floraison s’étend d’août à octobre . En général ils sont blancs, mais on peut en trouver aussi de couleur rose-vif ( Jasminum Besianum ) ou rose-pâle ( Jasminum Polyanthum) voire crème (Jasminum Officinale).

Bien que la caractéristique du jasmin soit  son merveilleux et très envoûtant parfum, il en existe un qui n’a pas d’odeur : c’est le Jasminus Nudiflorum. Celui qui, par contre, est très recherché pour entrer dans la composition des grands parfums c’est le Jasminum Grandiflorum ou Jasmin de Grasse.) Dans la ville des parfums des Alpes-Maritimes, la récolte se fait dès l’aube car les fleurs ne supportent absolument pas la chaleur. Après quoi, on le traite assez vite. Il ne fait l’objet d’aucune distillation. Il faut des millions de fleurs pour avoir 1 kg d’essence d’absolu de jasmin. C’est la raison pour laquelle cette fleur est très onéreuse en parfumerie. Du coup, beaucoup de parfumeur utilisent une version synthétique, laissant aux Maisons de luxe l’emploi du jasmin réel.

Les parfums à base de jasmin sont très appréciés parce qu’ils sont très séducteurs, et leur fragrance capiteuse et sensuelle, dégage un certain bien-être anti-déprime ou morosité qui n’est pas négligeable. On en trouve dans Le N°5 de Chanel – 24 Faubourg d’Hermès – Jardins de Bagatelle de Guerlain – Joy de Patou (un de ceux qui continent un très grand nombre de fleurs de jasmin) – Alien de Mugler – Arpège de Lanvin- – Diorella de Dior – First de Van Cleef & Arpels – Jasminum Sambac de Chloé – Jasmin noir de Bulgari – Gucci Bloom de Gucci

A noter aussi que le jasmin est fort apprécié en Chine pour le thé. Ses feuilles, récoltées au printemps, à la main, se mélangent fraîches à celles du thé . L’ensemble donne une boisson ancestrale  qui, dans ce pays, est devenue un thé mythique. Il existe aussi des macarons au jasmin , mais oui, concoctés chez Ladurée ou Pierre Hermé et du jasmin dans le café chez Nespresso (gamme Onirio) –

Dans le langage des fleurs, sa signification dépend un peu des pays et de leur culture. Elle est souvent utilisée pour ces cérémonies religieuses, notamment pour les mariages comme au Pakistan ou aux Philippines. En Thaïlande c’est pour honorer les mamans. Elle peut donc représenter la délicatesse, la grâce, l’amour, la beauté, la pureté, la prospérité, la modestie, la simplicité ou la sensualité. On l’utilise beaucoup. Une dernière petite chose : on fête les noces de jasmin lorsque l’on a atteint 66 ans de mariage !

Ier août 2022 …

Dictons du mois d’août :

 » Lorsqu’il pleut le Ier août, les noisettes sont piquées de poux  »

 » Paysan qui dort en août, dort à son coût  »

 » Tels les trois premiers jours d’août, tel est le temps de l’automne « 

 » un mois d’août sans rosé donne une mauvaise année « 

 » Temps sec en août et gros nuages bleus, neige pour l’hiver  »

A bientôt …

Je m’absente pour quelques jours de repos et vous retrouverai le Ier août !

Soyez assurés(ées) que, durant ce laps de temps, je continuerai de vous suivre , avec grand plaisir, même si je ne poste pas.

Je vous dis à très bientôt. Bonnes vacances à celles et ceux qui se préparent à en prendre et heureuses journées à vous toutes et tous. Prenez bien soin de vous surtout.

Amicales pensées,

Lisa 🌺♥