Le talent … par Jules RENARD

 » Le talent est une question de quantité. Le talent ce n’est pas d’écrire une page : c’est d’en écrire 300. Il n’est pas de roman qu’une intelligence ordinaire ne puisse concevoir, pas de phrase si belle qu’elle soit qu’un débutant ne puisse construire. Reste la plume à soulever, l’action de régler son papier, de patiemment l’emplir. Les forts n’hésitent pas. Ils s’attablent, ils sueront. Ils iront jusqu’au bout. Ils épuiseront l’encre, ils useront le papier. Cela seul les différencie, les hommes de talent, des lâches qui ne commenceront jamais. En littérature il n’y a que des bœufs. Les génies sont les plus gros, ceux qui peinent dix-huit heures par jour d’une manière infatigable. La gloire est un effort constant. » Pierre-Jules RENARD dit Jules RENARD (Écrivain et auteur dramatique français – Extrait de son livre « Journal-1887/1910 » )

Jules RENARD 1864/1910 – Photo de Paul CARDON dit DORNAC

Feuilles mortes devant la porte …

 » Un bruit léger

Devant ma porte.

A mes pieds

Une feuille morte.

Elle cherche un trou pour dormir

Pour dormir bien tranquillement.

Elle en a assez de courir

Et de jouer avec le vent.

Un bruit léger

Devant ma porte.

A mes pieds

Deux feuilles mortes.

Un petit rayon de soleil

Les sèche et les réchauffe un peu.

Tranquilles jusqu’à leur réveil,

Elles dorment en levant la queue.

Un froufroute

Devant ma porte.

Un beau tapis

De feuilles mortes…  » Georges DELAUNAY (Poète français)

Tableau de Isaac BRODSKY