Suite pour Luth BWV 997 … Jean-Sébastien BACH

Le luth, avec sa délicatesse et la noblesse de sa sonorité, sans oublier tous les différents contacts qu’il a pu avoir avec des luthistes de talent ( amis ou non ) de son époque, vont amener Bach à composer pour cet instrument, ou plus exactement pour le Lautenwerck, un hybride entre le luth et le clavecin. Il semblerait qu’il en possédait un.

Les pièces qui en sont ressorties sont très harmonieuses, subtiles, équilibrées à l’image de cette Suite BWV 997, très belle, lumineuse, papillonnante et d’une grande clarté.

Elle fait partie d’un groupe de quatre composé entre 1708 et 1717.

(Vidéo : Maria Evangelina MASCARDI ( Luthiste, guitariste et théorbiste argentine- Professeur de luth au Conservatoire Vivaldi à Alessandria (Italie) ) sur luth baroque –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s