Le thé …

 » Le thé peut à la fois stimuler l’esprit et apaiser la soif mais sans troubler les idées. C’est pourquoi il était fort apprécié par les orateurs purs. Les mystiques réussirent à associer parfaitement l’utilité matérielle et l’effet intellectuel du thé. En même temps, ils donnèrent à la philosophie orientale une couleur mystérieuse qui fut associée au thé dès le début.  » WANG LING (Auteur et éditeur chinois spécialiste de l’histoire de la Chine-Extrait de son livre Le thé et la culture chinoise /Chapitre : L’origine du thé et le fondement de la culture lié au thé-Les mystiques et le thé dans l’Antiquité)

4.8.1962 …. Marilyn

« Marilyn reste aujourd’hui une icône parce qu’elle représente une innocence que nous ne percevons plus chez nos célébrités aujourd’hui. Quand on me demande qui est la nouvelle Marilyn, je réponds qu’il n’y en a pas : Marilyn était unique !  » Lawrence SCHILLER (Photographe, producteur, réalisateur, scénariste, directeur de la photographie et monteur américain)

Le 4.8.1962, il y a soixante ans, disparaissait Marilyn Monroe. Lawrence Schiller, photographe, cinéaste, producteur et écrivain américain, fut l’un des derniers à la photographier. Il l’a même rencontrée le matin du jour de son décès pour lui proposer une autre série de photos pour Playboy. Elle devait y réfléchir. Les photos ci-dessous lui ont rapporté beaucoup d’argent. Outre leur parution dans Paris Match, certaines ont fait la couverture de Life, The Mirror, Sans Francisco Chronicle, Stern etc…

Leur première rencontre se fera deux ans plus tôt à l’époque où elle tournait avec Yves Montand dans le film Le milliardaire. Schiller n’était pas encore un grand photographe. Il débutait chez Look Magazine. Certes Schiller fut captivé par la beauté de l’actrice, mais il avouera avoir été surtout charmé sa gentillesse , sa franchise, sa vulnérabilité, et surtout son humour, mais également le contrôle parfait qu’elle avait de son image face à un objectif. Ils vont sympathiser. Elle appréciera ses photos.

A cette époque, Marilyn rencontrait pas mal de problèmes que ce soit dans sa carrière comme dans sa vie privée .

En 1962, ils se croisent à nouveau sur le tournage du film Something’s got to give avec Dean Martin. Schiller était désormais très connu. Il avait photographié de nombreuses stars du cinéma, et avait couvert la campagne de Richard Nixon. Il était envoyé pour le magazine Paris Match. Elle acceptera le reportage. Elle n’avait pas fait de photos nue depuis 1952. Elle était persuadée que cela pourrait redonner un certain élan à sa carrière car les clichés feraient le tour du monde. Le film, quant à lui, il n’a jamais vu le jour car n’a pas pu se terminer en raison du décès de Marilyn.

« Quelques jours plus tard elle est arrivée sur le plateau avec deux heures de retard comme à son habitude. Nous n’avions le droit de prendre des photos qu’entre les prises, pendant les réajustements de la lumière et des caméras. Elle portait un maillot de bain deux pièces, couleur chair, sous un peignoir en éponge bleu. Elle a retiré son peignoir et a sauté dans l’eau. Avec Billy Woodfield, l’autre photographe présent, nous avons mitraillé. Et soudain elle est revenue au bord en nageant …. sans soutien-gorge, ni culotte. Elle l’avait fait ! Et elle est restée là, à poser pour nous  » L.S