Cappuccino …

 » En panache, mon cappuccino s’encapuchonnait d’une crème consistante, fier de la finesse de son tissage, de sa couleur noisette rendue vive par ses reflets fauves. L’arôme y était intense, riche de distinctions fleuries, de fruits d’ailleurs, de cacao fort et de brioche grillée. Et au palais, avec le juste d’amertume qui décline l’astringent, mon élixir se corsait, se veloutait, ensorcelait …  » Pascal MARMET (Écrivain français, romancier, chroniqueur radio, organisateur de rencontres littéraires – Extrait de son livre Le roman du café)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s