Le forgeron …

 » Sur la route, près des labours,
Le forgeron énorme et gourd,
Depuis les temps déjà si vieux, que fument
Les émeutes du fer et des aciers sur son enclume,
Martèle, étrangement, près des flammes intenses,
À grands coups pleins, les pâles lames
Immenses de la patience.

Tous ceux du bourg qui habitent son coin,
Avec la haine en leurs deux poings,
Muette,
Savent pourquoi le forgeron
À son labeur de tâcheron,
Sans que jamais
Ses dents mâchent des cris mauvais,
S’entête.


Mais ceux d’ailleurs dont les paroles vaines
Sont des abois, devant les buissons creux,
Au fond des plaines ;
Les agités et les fiévreux
Fixent, avec pitié ou méfiance,
Ses lents yeux doux remplis du seul silence.

Le forgeron travaille et peine,
Au long des jours et des semaines.

Dans son brasier, il a jeté
Les cris d’opiniâtreté,
La rage sourde et séculaire ;
Dans son brasier d’or exalté,
Maître de soi, il a jeté
Révoltes, deuils, violences, colères,
Pour leur donner la trempe et la clarté
Du fer et de l’éclair.

Son front
Exempt de crainte et pur d’affronts,
Sur les flammes se penche, et tout à coup rayonne.
Devant ses yeux, le feu brûle en couronne.


Ses mains grandes, obstinément,
Manient, ainsi que de futurs tourments,
Les marteaux clairs, libres et transformants
Et ses muscles s’élargissent, pour la conquête
Dont le rêve dort en sa tête.

Il a compté les maux immesurables :
Les conseils nuls donnés aux misérables ;
Les aveugles du soi, qui conduisent les autres ;
La langue en fiel durci des faux apôtres ;
La justice par des textes barricadée ;
L’effroi plantant sa corne, au front de chaque idée ;
Les bras géants d’ardeur, également serviles,
Dans la santé des champs ou la fièvre des villes ;
Le village, coupé par l’ombre immense et noire
Qui tombe en faulx du vieux clocher comminatoire ;
Les pauvres gens, sur qui pèsent les pauvres chaumes,
Jusqu’à ployer leurs deux genoux, devant l’aumône ;
La misère dont plus aucun remords ne bouge,
Sentant entre ses mains l’arme qui sera rouge ;
Le droit de vivre et de grandir, suivant sa force,
Serré, dans les treillis noueux des lois retorses ;
La lumière de joie et de tendresse mâle,
Éteinte, entre les doigts pincés de la morale ;


L’empoisonnement vert de la pure fontaine
De diamant, où boit la conscience humaine
Et puis, malgré tant de serments et de promesses,
À ceux que l’on redoute ou bien que l’on oppresse,
Le recommencement toujours de la même détresse.

Le forgeron sachant combien
On épilogue, autour des pactes,
Depuis longtemps, ne dit plus rien :
L’accord étant fatal au jour des actes ;
Il est l’incassable entêté
Qui vainc ou qu’on assomme ;
Qui n’a jamais lâché sa fierté d’homme
D’entre ses dents de volonté ;
Qui veut tout ce qu’il veut si fortement,
Que son vouloir broierait du diamant
Et s’en irait, au fond des nuits profondes,
Ployer les lois qui font rouler les mondes.

Autour de lui, quand il écoute
Tomber les pleurs, goutte après goutte,
De tant de cœurs, moins que le sien
Tranquilles et stoïciens,

Il se prédit que cette rage immense,
Ces millions de désespoirs n’ayant qu’un seul amour
Ne peuvent point faire en sorte, qu’un jour,
Pour une autre équité, les temps ne recommencent
Ni que le levier d’or qui fait mouvoir les choses
Ne les tourne, vers les claires métamorphoses.

Seule, parmi les nuits qui s’enténébreront
L’heure est à prendre, où ces instants naîtront.

Pour l’entendre sonner là-bas,
Haletante, comme des pas,
Que les clameurs et les gestes se taisent,
Autour des drapeaux fous claquant au vent des thèses ;
Et qu’on dispute moins, et qu’on écoute mieux.

L’instant sera saisi par les silencieux,
Sans qu’un prodige en croix flamboie aux cieux
Ni qu’un homme divin accapare l’espace.

La foule et sa fureur qui toujours la dépasse
— Étant la force immensément hallucinée
Que darde au loin le front géant des destinées —

Fera surgir, avec ses bras impitoyables,
L’univers neuf de l’utopie insatiable,
Les minutes s’envoleront d’ombre et de sang
Et l’ordre éclora doux, généreux et puissant,
Puisqu’il sera, un jour, la pure essence de la vie.

Le forgeron dont l’espoir ne dévie
Vers les doutes ni les affres, jamais,
Voit, devant lui, comme s’ils étaient,
Ces temps, où fixement les plus simples éthiques
Diront l’humanité paisible et harmonique :
L’homme ne sera plus, pour l’homme, un loup rôdant
Qui n’affirme son droit, qu’à coups de dents ;
L’amour dont la puissance encore est inconnue,
Dans sa profondeur douce et sa charité nue,
Ira porter la joie égale aux résignés ;
Les sacs ventrus de l’or seront saignés,
Un soir d’ardente et large équité rouge ;
Disparaîtront palais, banques, comptoirs et bouges ;
Tout sera simple et clair, quand l’orgueil sera mort,
Quand l’homme, au lieu de croire à l’égoïste effort,
Qui s’éterniserait, en une âme immortelle,
Dispensera, vers tous, sa vie accidentelle ;
Des paroles, qu’aucun livre ne fait prévoir,

Débrouilleront ce qui paraît complexe et noir ;
Le faible aura sa part dans l’existence entière,
Il aimera son sort — et la matière
Confessera peut-être, alors, ce qui fut Dieu.

Avec l’éclat de cette lucide croyance
Dont il fixe la flamboyance,
Depuis des ans, devant ses yeux,
Sur la route, près des labours,
Le forgeron énorme et gourd,
Comme s’il travaillait l’acier des âmes,
Martèle, à grands coups pleins, les lames
Immenses de la patience et du silence.  » Émile VERHAEREN (Poète belge flamand d’expression française/Extrait de son recueil Poèmes IIIe série )

Tableau de Patrick LYON

La Forge … Louis LE NAIN

«  La Forge est  singulière par l’importance accordée aux personnages, qui paraissent poser, et par l’intensité de leurs regards qui captent et retiennent l’attention, intéressant le spectateur à chacun. Ils opèrent puissamment sur le plan psychologique. Ils suscitent une empathie. Ces regards songeurs, perdus dans le vide, dirigés hors de la composition, orientent l’attention non vers une action commune, mais vers la vie intérieure de chacun des personnages. Cette singularité s’explique par référence à une autre tradition nordique : celle du portrait de groupe. Mais cela n’implique pas que les frères Le Nain sont allés peindre sur le motif , dans une forge. Des indices nombreux font soupçonner une pratique d’atelier : des modèles que l’on fait poser dans un décor, celui d’une forge, afin de pendre une scène de genre destinée au marché de l’art parisien.

La Forge a joué dans la perpétuation de l’intérêt pour l’art des Frères le Nain au XIXe siècle. Le tableau avait fait partie de plusieurs collections très prestigieuses au XVIIIe siècle, notamment celles du duc de Choiseul et du prince de Conti. Il devait être acquis pour le roi Louis XVI à la vente Conti en 1777, mais les enchères se sont envolées. Le contrôleur des bâtiments , le comte d’Angivillier, acquit finalement le tableau pour lui-même ! L’œuvre fut saisie à la révolution en 1793. Comment expliquer cette vogue de La Forge et dès Le Nain auprès des collectionneurs du XVIIIe siècle alors que leur nom était quasiment oublié ? Sans doute en raison de leurs relations stylistiques avec les écoles du Nord. Le sujet même de La Forge est nordique. Il participe de cette tradition des métiers qui dérivent des scènes de marché de Pieter Aertsen et Joachim Beuckelaer. Quand à l’attribution, les spécialistes s’accordent aujourd’hui pour donner le tableau à Louis. La Forge présente, en effet, sa liberté de touche caractéristique.  » Nicolas MILOVANOVIC ( Conservateur du patrimoine au Château de Versailles, docteur en Histoire de l’art, commissaire de certaines expositions, écrivain, professeur d’art du XVIIe siècle et de la peinture française à l’École du Louvre.)

LA FORGE LOUIS LE NAIN.jpg

Bonheur & Simplicité …

« Il est de fait que le bonheur a besoin de beauté, mais il est souvent le produit d’éléments simples. Celui qui n’est pas capable de faire son bonheur avec la simplicité ne réussira que rarement à le faire, et à le faire durable avec l’extrême beauté. Les éléments du bonheur sont simples, et ils sont gratuits, pour l’essentiel. Ceux qui ne sont pas gratuits finissent par donner une telle somme de bonheurs différents qu’au bout du compte ils peuvent être considérés comme gratuits. « Jean GIONO (Extrait de son livre La chasse au bonheur/1959)

Collage-photos : Silvia HOKKE