La poésie … par Zéno BIANU

 » La poésie reste singulièrement considérable, et ceci dans tous les sens. Elle demeure, selon la puissante formule de Leopardi, le plus haut état de la langue. Mais c’est une énergie qu’il convient, disons, de réactiver cycliquement, de donner à lire et à relire, à entendre encore et toujours.


La vraie question serait : le fameux « ça ne veut pas rien dire » lancé par Rimbaud, n’aurait-il plus rien à nous dire aujourd’hui ? La poésie aurait-elle fini d’interroger les limites de notre compréhension ?
Et si, tout au contraire, en un temps de manque voué aux fabrications médiatiques, la poésie était, et restait, ce qui met à mal toutes les pseudo-compréhensions – une écriture d’intensité ? La poésie ne serait-elle plus une urgence majeure ? N’y aurait-il plus vraiment de verbe capable d’irriguer notre présent, de risquer l’utopie ?


La poésie, au sens le plus chaviré, reste et demeure notre combustible. Notre combustible de création vivante. Notre voix centrale, celle qui rend la vie plus incandescente. La dévoile comme un territoire de perpétuelle nouveauté. Une voix qui nous dit que les raisons de se passionner n’ont aucune raison de disparaître. Le plus haut état de la langue – et, peut-être bien, le plus haut état de la vie.  » Zéno BIANU (Poète français, dramaturge, essayiste et traducteur – Extrait de son recueil Infiniment proche)

Zéno BIANU