Les oiseaux …

 » Les oiseaux bien sûr savent.

Habitent les saisons.

Soulèvent leurs grandes peurs.

Les oiseaux sont passerelles,

entre visible et invisible.

N’ignorent pas la matière.

Éprouvent les vibrations.

Les oiseaux touchent les arbres

et les oiseaux touchent les vents.

Résistants.

Presque transparents.

Les oiseaux disparaissent.

Petits savants sans prétention.

Envers et contre les forces sombres.

Atomes agiles de lumière.

Supportant sans se plaindre la grande pesanteur.

Les oiseaux savent que vivre est malgré tout possible.

Avec le chant. « Albane GELLÉ (Poétesse et écrivaine française – Poème extrait du recueil de Thierry RENARD & Bruno DOUCEY : L’Éphémère-88 plaisirs fugaces)