Un petit roseau m’a suffi …

 » Un petit roseau m’a suffi

Pour faire frémir l’herbe haute

Et tout le pré

Et les deux saules

Et le ruisseau qui chante aussi ;

Un petit roseau m’a suffi

A faire chanter la forêt.

Ceux qui passent l’ont entendu

Au fond du soir, en leurs pensées

Dans le silence et dans le vent,

Clair ou perdu,

Proche ou lointain.

Ceux qui passent en leurs pensées

En écoutant , au fond d’eux-mêmes

L’entendront encore et l’entendent

Toujours qui chante.

Il m’a suffi

De ce petit roseau cueilli

A la fontaine où vint l’Amour

Mirer, un jour,

Sa face grave

Et qui pleurait,

Pour faire pleurer ceux qui passent

Et trembler l’herbe et frémir l’eau ;

Et j’ai du souffle d’un roseau

Fait chanter toute la forêt.  » Henri DE RÉGNIER (Écrivain et poète français / Extrait de son recueil Les jeus rustiques et divins/1897)

Il y a dans la lecture …

« Il y a dans la lecture quelque chose qui relève de l’irrationnel. Avant d’avoir lu, on devine tout de suite si on va aimer ou pas. On hume, on flaire le livre, on se demande si ça vaut la peine de passer du temps en sa compagnie. C’est l’alchimie invisible des signes tracés sur une feuilles qui s’impriment dans notre cerveau. J’étais un lecteur compulsif. Je lisais en marchant. Il me fallait quinze minutes pour aller au lycée. C’était mon quart d’heure de lecture qui s’étirait en une demi-heure ou plus et j’arrivais souvent en retard … J’ai fini par classer les écrivains en deux catégories : ceux qui vous laissaient arriver à temps et ceux qui vous mettaient en retard. Quand, quelque jours plus tard, j’ai expliqué à l’appariteur que mon retard était dû au suicide de Anna Karénine , il a cru que je me foutais de lui. J’ai aggravé mon cas en avouant que je n’avais pas compris pour quel motif elle se suicidait ! J’avais été obligé de revenir en arrière par peur d’en avoir manqué la raison. Il m’a collé pour deux jeudis : un pour cet énième retard, et l’autre parce que c’était une emmerdeuse qui ne méritait pas autant d’attention. » Jean-Michel GUENASSIA (Écrivain français- Extrait de son livre Le club des incorrigibles optimistes)

Jean-Michel GUENASSIA