Concerto pour Hautbois …. Domenico CIMAROSA

(Vidéo :  » Larghetto/Introduction » Heinz HOLLIGER (Hautbois) – Accompagné par l’Orchestre de Chambre de Rome : I MUSICI )

Domenico CIMAROSA 1749/1801 (Tableau de Francesco Saverio CANDIDO)

« Les jours de bonheur vous appréciez Cimarosa » disait Stendhal à propos de ce compositeur né en 1749 dans une famille très modeste, fils d’un maçon et d’une femme de ménage, qui va montrer très jeune des dispositions incroyables pour la musique. Souhaitant pour lui le meilleur d’une bonne éducation, ses parents le confie à un religieux, organiste, qui va lui apprendre non seulement les bases de la musique, mais également la littérature ancienne. Il va parfaire ses bases au Conservatoire où, durant plus de dix ans, il suivra un enseignement de chant, violon, et clavier.

C’est un compositeur infiniment inventif, inspiré, ayant une parfaite maitrise de la forme, du chant et de la mélodie, qui s’est fait surtout connaitre pour ses opéras, deviendra un des grands représentants de l’École napolitaine . Il a également écrit de la musique instrumentale (plus de 80 sonates), des cantates, et un sublime Requiem.

Ce superbe et élégant Concerto fut arrangé, en 1942, par le compositeur et musicien australien Arthur Benjamin, à l’intention de l’hautboïste Evelyn Barbirolli, l’épouse du chef d’orchestre John Barbirolli . Il est constitué de quatre Sonates de Cimarosa qui deviendront les quatre mouvements de cette partition : Larghetto – Allegro – Siciliana – Allegro giusto. Le premier, le plus célèbre, est vraiment magnifique.

(Vidéo : « Allegro » -Heinz HOLLIGER (Hautbois) – Accompagné par l’Orchestre de Chambre de Rome : I MUSICI )
(Vidéo :  » Siciliana  » -Heinz HOLLIGER (Hautbois) – Accompagné par l’Orchestre de Chambre de Rome : I MUSICI )
(Vidéo :  » Allegro giusto  » -Heinz HOLLIGER (Hautbois) – Accompagné par l’Orchestre de Chambre de Rome : I MUSICI )

Milton GREENE en couleurs …

MILTON avec marilyn
Milton GREENE et Marilyn MONROE

Milton Greengold dit Milton Greene a été un grand photographe. Il vu le jour à New York en 1922. Il a développé un grand intérêt pour la photographie dès l’adolescence et se perfectionnera, dans cet art, auprès du photojournaliste Elliot Elisofon avant de se lancer dans la photo de mode auprès de Louise Dahl-Wolfe qui travaillait pour Harper’s Bazaar.

Il a excellé dans cet univers de la haute-couture en travaillant  pour de grands magazines internationaux comme Vogue, Look, Life etc…avec les mannequins vedettes des années 50 comme Suzy Parker ou Fiona Campbell-Walter, avant de se tourner, avec talent vers la photo-portrait de personnalités célèbres du cinéma, de la musique, du théâtre, de la littérature, l’ écriture et la télévision. Il a ouvert son propre studio en 1941. 

Infiniment sensible au rapport humain, il a su, comme personne, saisir, en couleurs ou noir et blanc, avec beaucoup de naturel, de sincérité, de profondeur,  la véritable personnalité, la  beauté, l’élégance, la sincérité, l’émotion, les qualités de cœur et de sensibilité de chacune d’entre elles  et c’est ce qui a fait son succès dans ce domaine. De par la beauté de ses photos en couleur, on l’a surnommé l’enfant prodige de la couleur.

Suzy PARKER Milton GREENE 1952
Suzy PARKER – Milton GREENE 

Coup de foudre artistique en 1953 avec Marilyn Monroe ( rencontrée une première fois en 1949 ) puis dans les studios de la Fox, et  avec laquelle il fera de très nombreuses séries de photos comme la très belle Ballerine ou Série Noire. Elle sera son égérie, son associée dans l’agence qu’ils montent ensemble (Marilyn Monroe Productions, qui produira entre autres Bus Stop et Le prince et la danseuse ) – Ils entretiendront une longue et sincère amitié. Peut-être furent-ils amants, le bruit a couru mais nul ne le sait vraiment Dans ses photos, il a tenu à ce qu’elle ne soit perçue non comme un objet sexuel , mais tout simplement comme un être humain, fragile, forte et complexe à la fois. Qu’elle soit plus Norma Jeane que Marilyn . 

« Dans mon métier on rencontre beaucoup de mannequins, d’actrices. Mais jamais je n’avais rencontré quelqu’un avec tant de douceur, de tendresse. Marilyn était d’une grande hypersensibilité mais aussi schizoïde, elle pouvait être absolument merveilleuse et gentille et l’instant d’après, tout le contraire. » M.H.G

Il ne fit pas que des photos d’elle, il a surtout cherché à la protéger de l’univers  d’Hollywood, il a négocié un temps les contrats qu’on lui proposait, écarté les difficultés qu’elle pouvait avoir, supervisé son  maquillage et les éclairages sur les plateaux de tournage où elle se produisait etc…. A partir de 1955, elle va, malheureusement, s’entourer de personnes qui lui seront néfastes et s’écartera de Greene. En 1957, elle va rompre leurs liens dans la société qu’ils avaient en commun. Ensuite ils ne se verront plus, jusqu’à un certain jour de Juillet 1962 : elle l’appellera et souhaitera vivement  le revoir. Malheureusement, elle décède en le 4 août de la même année.

MILTON 1954 Ballerine
Marilyn MONROE / Ballerine ( ou Tutu ) Milton GREENE
MILTON Marilyn 1954.jpg
Marilyn MONROE – Milton GREENE
Marilyn MONROE – Milton GREENE
Marilyn MONROE – Milton GREENE

Il a été marié deux fois : la première avec son amour d’enfance  Evelyn Franklin en 1942  ( divorce en 1949 – Elle épousera Richard Avedon  ) , puis avec Amy Franco, un mannequin, en 1953 dont il a eu deux fils Joshua et Anthony. Il est décédé d’un cancer en 1985. C’est son fils Joshua qui gère les collections photographiques de son père, lesquelles font l’objet d’expositions présentant souvent des clichés inédits ou connus, comme ce fut le cas, par exemple, en février 2019, à la  Galerie de l’Instant ( 46 rue de Poitou ) dans le 3e arr. de Paris qui a présenté de sublimes clichés.

CARY GRANT
Cary GRANT – Milton GREENE 
MILTON GREENE 1953 Grace KELLY.jpg
Grace KELLY – Milton GREENE
MILTON 1964 Richard BURTON et Liz TAYLOR.jpg
Richard BURTON & Liz TAYLOR – Milton GREENE
MILTON Delon 1963.jpg
Alain DELON – Milton GREENE
Audrey HEPBURN – Milton GREENE
Maria CALLAS – Milton GREENE