Fleur de Mars : la violette …

VIOLETTE 1.JPG
Offrir des violettes signifie «  je pense à vous « . Elle représente la pureté, l’innocence, la simplicité, la modestie, la simplicité, la pudeur, la discrétion . Elle peut aussi traduire un amour qui préfère rester secret. Cette fleur a été l’emblème napoléonien à un point tel que Napoléon, qui l’appréciait beaucoup, était surnommé « Caporal Violette ».

 » L’histoire de la violette est des plus anciennes. Pendant des siècles, elle crût à l’état sauvage ; on la cultivait sur le bord des chemins, le long des  haies, dans les prairies. De temps immémorial on en faisait sécher les fleurs et on les utilisait ainsi que les racines pour la médecine adoucissante. De nos jours, on ne l’emploie que comme tisane. Les légendes de son origine et de son nom sont assez communes. Les Grecs donnaient à la violette le nom de purpurium c’est-à-dire violette pourprée ( Théophraste l’appelait Ion JlMan et Pline Ion )-Dans sa description de la terre, Nicoder, au dire d’Hermolaus, pense que les Grecs ont appelé la violette Ion parce que les Nymphes de l’Ionie furent les premières à l’offrir en présent à Jupiter ; d’autres affirmaient que le nom Ion venait de ce que lorsque Jupiter eut changé en génisse la jeune Io, qu’il avait convoitée, la terre produisit, sous ses pieds, des fleurs poussées à cette occasion et qui tirent leur nom de Ion ( violette ) qui était celui de la jeune fille. )  – Les herboristes ont conservé le mot latin de viola et appellent cette plante violette – Les Allemands l’appelaient Blau veiel oder, Mertz en violen ( violette qui fleurit en mars) – Les Français disent violette de mars – Les Belges wioletten.

Au commencement du XVe siècle, les violettes furent vendues commercialement mais non cultivées. Elles étaient cueilles dans les bois environnant Paris ( Bois de Verrières, Clamart, Meudon, Boulogne, Vincennes, forêt de Bondy, bois de Ronianville etc…)- Les gens ne se donnaient même pas la peine de les mettre en bouquets, il les vendaient en petits lots, dans des toiles de la grandeur d’un mouchoir, les cueillaient en mélange comme ils les trouvaient, des bleues, des pâles, des blanches. Beaucoup de ces lots , particulièrement à l’arrière-saison, sont vendus pour effleurer ou pour faire sécher Les marchands des halles firent de petits bouquets de ces lots de violettes, les débitèrent dans les rues de Paris : ce fut l’origine du commerce de violettes

Au commencement du XVIIIe siècle on possédait et cultivait dans les jardins : la violette simple odorante, la double bleue, la double rose, la double blanche, plus la violette en arbre qui est une double bleue aussi. Cet état de choses devait durer encore très longtemps. Comme il n’y avait pas encore de commence de fleurs coupées en violette, personne ne songeait à en améliorer la race. On plantait en bordure, pour garnir, ce que l’on avait sous la main, quelques personnes distillaient les violettes au printemps pour en faire de la parfumerie de ménage, on en faisait sécher pour les besoins médicaux ; c’est la médecine et principalement la parfumerie qui ont sonné le réveil cultural des violettes.

Sous les règnes fastueux de Louis XIII et Louis XIV le luxe déployé fit naître plus de parfumerie. Vers 1750, quelques familles des côtes de Provence commencèrent à sécher des fleurs de violettes pour les produits pharmaceutiques. On les cueillait dans les bois, dans les haies, puis on introduisit la violette dans les jardins. La culture était toute primitive. On prenait des plants, un peu partout, on plantait et on laissait courir tous les filets ou stolons qui se développaient et garnissaient les planches, ce qui formait de petits champs. Les années passèrent. 1770 vit venir quelques acheteurs pour travailler sérieusement la fleur de violette. Dès lors l’essor fut donné, les champs augmentèrent et la culture s’accroît. Ce qui n’était qu’un profit va devenir source de beaux bénéfices et, dès le commencement du XIXe siècle la culture prend une extension considérable. Les produits sont expédiés en Orient, manufacturés et bruts, c’est-à-dire à l’état réel. C’est principalement à Villefranche -sur-mer, puis dans beaucoup de communes de l’arrondissement de Grasse que l’on s’en occupe. Avant de quitter les violettes du Midi : depuis déjà très longtemps on faisait dans les environs de Toulouse, surtout dans les villages de Calande et Aucamville, la culture des violettes de Parme. Une variété , sans doute par raison locale de climat ou de sélection, qui donna de très beaux résultats.  » Armand MILLET ( Horticulteur français  -Extraits de son ouvrage «  Les Violettes – Leurs origines, leurs cultures  »

VIOLETTE Paul de LONGPRE.jpg
Tableau de Paul de LONGPRÉ

 »Ah ! Que mille fois plus aimée
La violette, fleur des bois !
Et que plus saine mille fois
La chambre qu’elle a parfumée !
Son baume, loin d’appesantir,
Allège et fait l’âme nouvelle ;
Mais fine, il faut s’approcher d’elle,
La baiser, pour la bien sentir. » René François SULLY PRUDHOMME ( Poète français)

violette WILLIAM WORCESTER CHURCHILL
 » Le bouquet de violettes  » – William WORCESTER-CHURCHILL
LISA TENDRES VIOLETTES JOHN WILLIAM GODWARD
 » Tendres violettes  » – John William GODWARD

P.S. J’aimerai rajouter que la subtilité du parfum de la violette est recherché en cosmétique et parfumerie (en confiserie et pâtisserie aussi) . Toutefois, il est très difficile, onéreux et compliqué de se servir des fleurs pour les parfums, et on ne peut en extraire de l’huile essentielle. Au XIXe siècle, on avait tenté de le faire en mettant les fleurs dans des cuves de graisse que l’on faisait chauffer au bain marie. Mais cela demandait des heures et des heures de travail et le coût était élevé, donc il n’y a pas eu de suite avec cette technique.

Par contre, on utilise et distille les tiges et feuilles pour obtenir une senteur boisée ou d’herbe verte fraichement coupée, notamment dans des parfums pour hommes comme par exemple Fahrenheit de Dior.

Pour avoir, dans les parfums, les sels pour le bain, le gel douche ou les savons, la note florale, sucrée, douce poudrée de la fleur de violette, on a recours à des molécules de synthèse comme les ionones. Elle entre souvent dans la composition associée à la rose ou à l’iris.

Exemples de quelques autres parfums : Les caprices de Lolita de Lolita Lempicka – Insolence de Guerlain – Paris d’Yves Saint Laurent – Décibel d’Azzaro – Insolence de Guerlain – Flower de Kenzo – Trésor de Lancôme

2 réflexions sur “Fleur de Mars : la violette …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s