Le billet doux (ou la lettre d’amour) …

 » Une jeune femme s’est recluse dans un cabinet, assise à sa table à écrire ; elle presse sur son sein un bouquet de roses et de petites fleurs blanches encore empaqueté qu’elle vient sans doute de recevoir. Elle retient dans son autre main un billet qui apparemment accompagnait le présent. Des feuilles de papier disposées sur le pupitre de la table suggèrent la correspondance établie entre la destinataire et l’auteur de cet envoi. La séduction de la jeune femme, la connotation traditionnellement amoureuse de l’offre du bouquet de roses, l’échange épistolaire enfin, tout souligne la dimension érotique de la composition. La composition est dramatisée par l’adresse directe qui est faite au spectateur. La jeune femme s’est, en effet, détournée pour regarder droit en dehors du cadre. Le bichon frisé, qui partage son siège, s’est redressé, apparemment craintif, et fixe, lui aussi, un intrus intempestif …  » Guillaume FAROULT (Conservateur au musée du Louvre)

« Le billet doux » Jean-Honoré FRAGONARD

Le livre de la vie …

 » Le livre de la vie est le livre suprême
Qu’on ne peut ni fermer, ni rouvrir à son choix ;
Le passage attachant ne s’y lit pas deux fois,
Mais le feuillet fatal se tourne de lui-même :
On voudrait revenir à la page où l’on aime,
Et la page où l’on meurt est déjà sous nos doigts ! »Alphonse De LAMARTINE (Poète, romancier, dramaturge, historien et personnalité politique française/ Extrait de son ouvrage Œuvres complètes-Tome 5Vers un album)

Alphonse De LAMARTINE (1790/1869) – Un tableau de François GÉRARD