Prosopopée du vent dans les branches …

 » Naturellement,
murmurent les arbres
d’un même souffle
nous avons davantage
d’affinités
avec le vent
même si parfois
la tempête nous moissonne
et nous couche
dans un linceul de verdure
quand nous soufflons nos pollens
avant l’apparition des feuilles
à perdre haleine
« anémogamie » écrit le botaniste
mariage aérien par les alizés
en grec anemos, en latin anima
âme du souffle
notre âme bourdonne dans le vent
nous respirons à son rythme
quand ébouriffés par la rafale
nous montrons les dessous d’argent
ou la moire des feuillages
les peupliers
avez-vous remarqué
frémissent encore
quand l’air est immobile alentour
inventant leur propre zéphyr
pour continuer leur rumeur
de foule maritime
quand nous semons samares ailées
et nervurées à tous les vents
et surtout dansons
corps de ballet
arabesque, grand battement
et d’assomption rêvant
à l’automne dévêtons
parure d’or, de pourpre et d’acajou
stratégie de cerf-volant
lâchant même des rameaux au vent
saule fragile, pour s’enraciner à une autre rive
nefs fixes déployant nos dix mille voiles
vertes et faseyantes
vifs craquements de nos gréements
lors de voyages immobiles au long cours
et nos inclinaisons font une grande prière
sans laquelle le monde étoufferait  » Jean-Baptiste EVETTE (Écrivain et poète français)

 » Le vent dans les branches  » Eugène FAURE

ORPHÉE …

ORPHEE ANTONIO CANOVA 177576
 » Orphée  » – Antonio CANOVA

 » Musicien et poète, Orphée jouissait d’une grande renommée. Ce fils du roi d’Œnagre et de la muse Calliope devait sa réputation non pas à son ardeur guerrière, mais à sa voix merveilleuse. Son chant mélodieux domptait les bêtes les plus féroces. C’est ainsi qu’il put endormir le dragon qui gardait le Toison d’or et même les Sirènes qui usaient de leurs charmes pour attirer les marins. Orphée reçut d’Apollon une lyre qui possédait cinq cordes.

Orphée était très épris d’une dryade Eurydice, qu’il épousa. Cependant, Aristée avait aussi des sentiments pour la Nymphe. Un jour qu’il la poursuivait, elle fut piquée par un serpent et mourut. Orphée ne peut se résigner à l’idée d’avoir perdu à jamais son amour. Il décida de descendre aux Enfers et, au son de sa lyre, il adoucit Cerbère qui le laissa passer. Arrivé devant Hadès, il exprima si bien l’amour qui’l avait pour Eurydice, que le dieu, pris de compassion, accepta qu’elle retourne au royaume des vivants. Il y mit toutefois une condition : Orphée ne devait pas se retournée pour la voir avant d’atteindre le jour. En chemin, Orphée fut pris d’un doute et voulu s’assurer qu’Eurydice le suivait bien. Ce geste malheureux rompit l’accord et la jeune Nymphe mourut une seconde fois.

Désespéré, Orphée se tua. Sa lyre fut recueillie et devint une constellation « . Marguerite FONTA( Écrivain, passionnée de littérature et d’Histoire de l’art. Extrait de son livre La mythologie aux éditions Eyrolles )

ORPHEE Calliope apprenant à Orphée Alexandre Auguste HIRSCH
 » Calliope apprenant à Orphée  » – Alexandre Auguste HIRSCH
ORPHEE la plainte Franz CAUCIG
 » Orphée, la plainte  » – Franz CAUCIG
ORPHEE Pleurant la mort d'Eurydice Ary SCHEFFER
 » Orphée pleurant la mort d’Eurydice  » Ari SCHEFFER