Multiple …

 » Je fonce vers l’horizon
Qui s’écarte
Je m’empare du temps
Qui me fuit

J’épouse mes visages
D’enfance
J’adopte mes corps
D’aujourd’hui

Je me grave
Dans mes turbulences
Je pénètre
Mes embellies

Je suis multiple
Je ne suis personne
Je suis d’ailleurs
Je suis d’ici

Sans me hâter
Je m’acclimate
À l’immanence
De la nuit.  » Andrée CHÉDID ( Femme de Lettres et poétesse française d’origine syro-libanaise. Poème extrait de son recueil Rythmes)

Andrée CHÉDID 1920/2011

La Madone aux œillets …

 » Dans son sens le plus général, l’idéalisme est une conception qui prend pour postulat que le monde physique est moins important que l’intelligence ou l’esprit qui le modèle et l’anime. Les idéalistes privilégient l’âme, l’esprit ou le psychisme sur le corps, le matériel et l’historique. Quand des idéaux régissent la représentation du monde exprimée par un artiste, son œuvre peut-être qualifiée d’idéaliste. C’est la théorie des formes de Platon qui exerça la plus forte influence sur l’idéalisme de la Renaissance. Les formes, ou idées, contiennent tout ce qui est nécessaire et universel et sont, par conséquent, parfaites et permanente, alors que le monde matériel n’est qu’une succession trompeuse d’apparences changeantes, sans plus de réalité que des ombres.

Les artistes de premier plan de la Renaissance classique : Léonard de Vinci, Raphaël et Michel-Ange, sont tous associés à des formes différentes d’idéalisme. Les personnages de Raphaël sont idéalisés, mais se caractérisent par la douceur de l’expression, la sérénité, l’élégance, la pureté des lignes, et la beauté des couleurs plutôt que par un physique impressionnant.

Avant de peindre sa Madone aux œillets, Raphaël étudia la Madone Benois ( Musée de l’Ermitage-Saint Pétersbourg) de Léonard de Vinci, qui l’encouragea à représenter la Vierge et l’Enfant sur un plan plus humain, en évoquant une relation réciproque de plaisir terrestre simple et familier. Raphaël a cependant idéalisé ses personnages à sa façon. Tous les deux sont beaux de ligne et de couleur. La composition est très sobre, ce qui renforce, chez le spectateur, l’impression de clarté, de simplicité, deux idéaux essentiels pour Raphaël, qu’il rechercha constamment à transcrire dans son œuvre. » Stephen LITTLE ( Historien de l’art )

The Madonna of the Pinks ('La Madonna dei Garofani')
 » Madone aux œillets  » ( ou Vierge aux œillets ) – 1507 / 1508 – RAPHAËL