La jeune fille endormie : Domenico FETTI ou Claude VIGNON ? …

 » Que d’œuvres sont anonymes ! Et qu’elles le soient ne porte pas atteintes à ce qu’elles sont. Et une attribution à tel ou tel artiste, si de patientes et scrupuleuses recherches  en permettent enfin une, ne change rien à ce qu’à pu être, à ce qu’est l’œuvre elle-même. Ce qui sous-entend que seule compte l’œuvre et qu’il importe peu de savoir qui en est l’auteur. Le temps qui passe efface les noms, et la postérité n’a que faire des anciennes gloires et renommées.  » En principe l’artiste doit disparaître derrière son œuvre. Ô artiste, elle doit se défendre seule  » disait Georges  Rouault .Au bout du compte, l’anonymat est la seule ambition raisonnable, parce que seules les œuvres demeurent…. » Pascal BONNAFOUX ((Historien de l’art, professeur, écrivain français)

JEUNE FILLE ENDORMIE
 » Jeune fille endormie  » – Vers 1620 – La paternité de ce tableau a été souvent discutée par les historiens qui la rattachent soit à Claude VIGNON, soit à Domenico FETTI, d’autres spécialistes ont même évoqué le nom du CARAVAGE parce qu’ils lui trouvaient certains points de similitude et de ressemblance avec une œuvre du peintre qui se trouve à la Galerie Doria Pamphilj à Rome. Une simple jeune fille plongée dans un rêve intense. On est impressionné par la richesse des détails : les manches en étoffe légère de la chemise, le mouchoir bordé de dentelles et froissé, la barrette raffinée faite de perles et de fleurs dans les cheveux, l’élégant brocart qui couvre la table. Des touches larges et denses rehaussées de vifs contrastes lumineux, aident à rendre la matérialité et la présence des objets représentés comme dans une somptueuse nature morte. » Ilaria PRINCIPE (Historienne de l’art  italienne)