Histoire d’un ballet :  » Proust ou les intermittences du cœur  » …

(Vidéo : Tableau  » La prisonnière » Isabelle CIARAVOLA & Hervé MOREAU – Étoiles de l’Opéra de Paris)

 » Car aux troubles de la mémoire sont liées les intermittences du cœur  » … écrivait Marcel Proust dans le tome IV de son livre A la recherche du temps perdu . Cette phrase va non seulement inspirer le chorégraphe Roland Petit, mais elle sera en partie présente dans l’intitulé de son ballet.

Une fois encore et comme il aimait souvent le faire, il va explorer le monde de la littérature. Après avoir aborder Hugo, Mérimée, Goethe, et autres, c’est dans celui de Proust qu’il s’attardera pour un merveilleux ballet en deux actes et treize tableaux, créé en 1974 à l’Opéra de Monte-Carlo avec les danseurs du Ballets de Marseille, une compagnie qu’il avait fondé deux ans plus tôt. Il sera le premier à proposer une chorégraphie revisitant cet ouvrage.. Il disait : dans Proust et les intermittences du cœur, j’ai voulu faire danser les sentiments. Il est vrai que ce roman offrait un grand nombre de sensations aptes à le séduire. Pour autant, il est important de signaler que ce n’est pas une adaptation fidèle, plutôt une inspiration.

La chorégraphie est épurée, évoquant certains chapitres du livre. Il y a le grand talent narratif de Roland Petit, mis à disposition d’extraits musicaux de compositeurs qu’il appréciait tout particulièrement comme Beethoven, Wagner, César Frank, Debussy, Saint-Saens.

On traverse à la fois le paradis et l’enfer, un côté heureux et un autre plutôt pervers, une vision de la société d’une époque passée, la recherche d’un idéal de beauté et d’un amour parfois impossible. Il y a de la grâce, de l’érotisme, de la passion, de la sensualité, de la tendresse et de l’émotion. Les corps sont subliment harmonieux, la gestuelle classique, les portés superbes, les gestes sobres, la danse plutôt éloquente, lumineuse, et même bouleversante. Roland Petit fait également référence, de façon assez délicate je dirai, à l’ambiguïté sexuelle exprimée dans le roman, lorsqu’il met en scène l’homosexualité.

Ce ballet est entré au répertoire de l’Opéra de Paris en 2007.

(Vidéo : Mathieu GANION & Stéphane BULLION-Étoiles de l’Opéra de Paris )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s