SONATE pour clavecin & flûte BWV 1031 … Jean-Sébastien BACH

(Vidéo : Emmanuel PAHUD à la flûte et Trevor PINNOCK au clavecin)

La paternité de cette Sonate pour flûte et clavecin, que l’on situe aux environs de 1730, a longtemps été mise en doute. En effet, on a émis plusieurs idées : soit qu’elle ait été écrite par le deuxième fils de Bach à savoir Carl Philipp Emanuel, soit qu’elle le fut par Christian Friedrich Penzel, l’un de ses derniers élèves , soit qu’elle serait l’œuvre du compositeur et flûtiste Johann Joachim Quantz et que Bach se serait inspiré de cette partition pour sa version personnelle.

Ces différentes suppositions ont été un peu mises de côté depuis depuis que l’on a eu connaissance de documents émanant du secrétaire particulier du Cantor qui a parlé de cette Sonate comme étant bien celle de Jean-Sébastien.

Elle est vraiment très belle, cantabile, complexe, et expressive.

Personnages à la fenêtre … Gustave CAILLEBOTTE

 » Le thème du personnage à la fenêtre devient un motif de prédilection chez l’artiste qui en propose de nombreuses versions autour des années 1880. Frontière ou seuil entre le dedans et le dehors, la fenêtre suscite, par sa transparence, le regard : c’est un poste d’observation privilégié de la réalité extérieure. De plus, les possibilités du cadrage différent amplifient son rôle d’échangeur entre l’espace intérieur et extérieur : la fenêtre a ainsi, dans la peinture de Caillebotte, un rôle actif dans la construction du tableau. En d’autres termes, pour l’art moderne, émancipé de la narration, le cadrage devient à la fois une nécessité et un défi. » Itzhak GOLDBERG (Historien de l’art, critique d’art, professeur en histoire de l’art, écrivain dans de nombreuses revues traitant de la peinture. Extrait de l’ouvrage La ville par les impressionnistes et par Caillebotte)

Gustave CAILEBOTTE/1876
Gustave CAILLEBOTTE/1880
Gustave CAILLEBOTTE / 1880
Gustave CAILLEBOTTE / 1880