La musique …

 » La musique est infiniment plus grande et plus riche que ce que notre société veut bien qu’elle soit. Elle n’est pas seulement belle, émouvante, réconfortante, envoûtante ou passionnée, même si à l’occasion elle peut être tout cela. La musique est une partie essentielle de la dimension physique de l’esprit humain.  » Daniel BARENBOIM ( Pianiste et chef d’orchestre)

Musique par Johann Joseph ZOFFANY

Noël au chemin de fer … André FRÉNAUD

 « Saint Joseph n’avait jamais vu de locomotive
 et il avait peur de perdre les billets.
 C’était un soir de grand départ, la gare enfiévrée
 par les multitudes et les sifflets, les lumières.
 Arrivés trop tôt, trop traîné au buffet…
 Ils n’avaient pas retenu leurs places
 et l’on a dit qu’ils s’étaient trompés de train.

Personne pour leur souhaiter bon voyage.
Les amis n’avaient pas été prévenus.
 Crachant fumée jaune et bleue comme un dragon,
 le train changeait de voie aux aiguilles
 et change encore, il va plus vite, il va.
 Disparaissent les banlieues et les signaux.

  Debout dans le couloir. Qui donc aura pitié
  d’une femme grosse et si belle et qui geint ?

  Dans le compartiment voisin, des zélotes
  s’empoignèrent en partageant leurs provisions.
  Des soldats rappelés faisaient les malins.
  Un publicain qui avait commis des exactions
  et sa maîtresse, une négresse très belle,
  occupaient les coins coté couloir.
  Le grand prêtre faisait semblant de lire.

  Un train passa en fracas et l’enfant
  dans la nuit maternelle déjà s’effraie.
  Filons dans l’étendue, il neige, il pleut, qu’importe.
  Il fait chaud jusque sur les ponts bruissants
  lorsque fraîchit la rivière traversée.
  Déjà le temps s’endort et les villes s’espacent.
  Des forêts sont franchies et des bourgs, la vallée monte.

  Aux stations inconnues les barrières
  s’abaissent et se lèvent dans la campagne
  arrondie très haut par la voûte étoilée.
  Le chant des anges assourdi par les nuages
  ne perce pas les grondements du wagon.
  La Vierge ferme les yeux contre la vitre, elle voit.

  Tout le monde descend – C’est le petit jour.
  Saint Joseph a rassemblé les bagages.
  L’employé ouvre les portières.
  Sur le quai l’âne et le bœuf
  sont là et déjà chuchotent.
  Ah, dit Marie humblement,
  c’est ici que la parole doit s’accomplir.  » André FRÉNAUD (Poète Français – Extrait de son recueil Il n’y a pas de paradis, Petits airs du milieu de l’arbre)