SIGNAC collectionneur …

En juin 2021 je vous avais parlé de l’expo du Musée Jacquemart-André Les Harmonies colorées concernant le peintre Paul Signac . Je ne reviendrai donc pas ici sur toutes les différentes étapes de sa vie car, pour celles et ceux que cela intéresse, j’en ai longuement parlé dans l’article du lien ci-dessous : https://pointespalettespartition.wordpress.com/?s=Signac

Paul SIGNAC  1863/1935 (Peignant le tableau Les Andelys en 1923)

Le revoilà, dans une autre exposition qui s’intitule  » SIGNAC collectionneur « jusqu’au 13.2.2022 Le Musée d’Orsay a souhaité attiré notre attention sur le fait qu’en dehors d’avoir été un grand peintre , Signac fut aussi un grand collectionneur. C’est une facette de lui qui est assez méconnue. Pourtant il a eu une véritable passion pour la collection et s’est avéré être un excellent connaisseur. Le choix des tableaux qu’il a fait en tant que tel, continue de beaucoup intéresser les historiens de l’art.

N’oublions pas que Signac fut un autodidacte ayant appris la peinture en observant minutieusement celle des autres (notamment les impressionnistes (fortement présents dans la collection) au départ avec Monet qui deviendra son ami, mais aussi avec Degas, Caillebotte et Guillaumin , et qu’il a été, des années plus tard, théoricien de l’art (son essai De Eugène Delacroix au néo-impressionnisme a été publié et beaucoup apprécié) , puis Président de la Société des artistes indépendants(de 1908 jusqu’à son décès) et ce durant de très longues années.

Du coup, en peinture il avait l’œil ,quasiment celui d’un historien de l’art affirment les intéressés, s’attachant aux techniques, aux détails, aux façons de peindre etc…. Il a toujours porté un regard très attentif sur l’évolution picturale en général et observait beaucoup le travail des autres, pas uniquement celui de son groupe ou de ses amis. Les tableaux de sa collection ont chacun une histoire. Les premiers tableaux entrés dans la collection (des impressionnistes) l’ont été sur un coup de cœur affectif envers ces peintres.

Signac a aimé collectionner soit des peintres qui partageaient ses idées picturales ou celles de l’anarchiste rebelle anticonformiste qu’il a été , soit ceux pour qui il avait une grande affection ou une profonde amitié, ceux qui comme lui aimaient particulièrement la mer, soit certains autres pour lesquels il avait beaucoup de respect et d’admiration . C’est ainsi que l’on pouvait trouver dans cette collection : Monet, Degas, Cézanne, Manet, Matisse, Valloton, Pissarro, Roussel, Van Dongen, Camoin, Valtat, Pissarro, Luce, Guillomin, Delacroix, Boudin, Barthold Jongkiind, Van Gogh, Cross, Denis, Seurat, quelques femmes femmes peintres aussi, et des estampes japonaises.

Il appréciait de la montrer aux personnes qui venaient le voir que ce soit dans ses appartements à Paris ou dans sa maison à Saint-Tropez. Il recevait des artistes, des critiques d’art, des historiens de l’art et leur faisait découvrir tous ces trésors en leur expliquant et justifiant ses choix.

Même si on le savait très irritable, susceptible et intransigeant, beaucoup ont vivement apprécié l’excellent ami qu’il fut. Toujours prêt à rendre service aux peintres de sa connaissance, les soutenant, usant d’une grande générosité à leur égard en achetant leurs œuvres, les aidant à exposer, les dépannant financièrement, voire même les hébergeant chez lui à l’occasion.

C’est une expo qui a demandé du temps, voire des années au Musée d’Orsay, tout simplement parce qu’elle a nécessité un gros travail de recherches notamment dans les documents personnels du peintre, et en particulier ses précieux carnets d’achats et l’inventaire après décès.

Pour bien la comprendre, il faut avoir en tête que , certes, Signac a aimé collectionner mais que cette passion a été bien au-delà du simple plaisir. En effet, lorsqu’un peintre de ses connaissances disparaissait, il achetait pour continuer à faire vivre l’artiste au travers de ses tableaux. Une façon pour lui de défendre la mémoire du peintre. Il l’a beaucoup fait avec Seurat (mort en 1891) puisqu’il a acquis plus de 80 des œuvres de son ami (tableaux, les dessins, et autres esquisses), mais avec d’autres, et ils furent nombreux !

A la mort de Signac, sa collection a été un peu dispersée partout dans le monde, mais nous avons la chance qu’un grand nombre de ses tableaux se trouvent dans les collections du Musée d’Orsay et ce grâce, notamment, à la donation de Ginette Signac, la fille du peintre ; ainsi qu’au Musée de l’Annonciade à Saint-Tropez.

« Luxe, calme et volupté » 1904/1908 Henri MATISSE (Collections du Centre Pompidou) (Paul Signac a enseigné les théories de son mouvement, le néo-impressionnisme, à Matisse. Ce dernier, même s’il apprécie, ne va pas vraiment y adhérer. Signac décide de lui acheter ce tableau)
« Le troupeau de moutons à Éragny-sur-Epte » 1888 Camille PISSARRO (Collection particulière) – (Les deux peintres se sont rencontrés en 1885 chez le marchand d’art et galériste Paul Durand-Ruel. Tous deux sont fortement intéressés par cette façon de peindre, ce divisionnisme inventé par Seurat. Pissarro adoptera la méthode mais sur une courte durée. Cela ne l’empêchera absolument pas de rester amis après avec Signac et Seurat, voire même de faire tout ce qu’il pouvait pour qu’ils soient acceptés, même au sein des dernières expos impressionnistes.)
« La plaine de Saint-Ouen-l’Aumône, prise des carrières du Chou dans la vallée de l’Oise » 1890 env. Paul CÉZANNE (collection particulière)
 » En mer « ( ou Paul Signac à la barre de son bateau l’Olympia) 1896 Théo VAN RYSSELBERGHE (Collection particulière )
« Pommiers en fleurs au bord de l’eau » 1880 Claude MONET (Collection particulière)- Il a obtenu ce tableau chez un marchand d’art de Marseille. Ce dernier était ruiné à cause de la crise. Il devait beaucoup d’argent à Signac et ne pouvait le rembourser. Il lui cèdera ce tableau en échange.
« Avant l’orage » 1907/08 Henri-Edmond CROSS (Collection particulière)
« Les baigneuses ou la Joyeuse baignade » 1899/1902 Henri-Edmond CROSS (Collection particulière)
« Deux harengs » 1889 Vincent VAN GOGH (Les deux peintres se sont rencontrés en 1887. C’est la passion de la couleur qui va les rapprocher. Ce tableau a une histoire entre eux : en 1889 Van Gogh est interné. Signac lui rend visite. Ils vont se rendre dans l’atelier de Vincent mais les portes ont été mises sous scellés. Qu’importe, ils les forcent et rentrent. Pour marquer ce jour inoubliable, Van Gogh lui offre un tableau. C’est celui-ci.)
« Femmes au bord de la mer » 1904 env. Louis VALTAT (Collection particulière)

La collection était importante à une certaine époque puisqu’elle comptait environ 450 pièces (réunies en 50 ans) entre les tableaux , les dessins, des gravures et des céramiques, exposées dans sa maison de Saint-Tropez ou ses appartements (celui d’Auteuil ou celui de Saint Germain des Près) . A celles et ceux qui se poseraient la question sur ses possibilités financières pour tant acheter, sachez que Signac ne venait pas d’une famille riche mais plutôt d’une famille de commerçants aisés. Cette aisance lui permettra de pouvoir acheter mais toujours, semble t-il, en y réfléchissant bien avant, pour ne pas se retrouver dans une situation financière trop difficile. Et lorsqu’il rencontra des problèmes de cet ordre, ou qu’il avait un besoin d’argent pour un usage plus privé, il vendait un tableau avec énormément de tristesse. Donc cela se produira rarement !

Le virus de la collection lui est venu vers l’âge de 21 ans (avec un Cézanne ) et en fait, il n’a fait que s’accroître au fil du temps avec une période de calme au moment de la guerre. Comme beaucoup de peintres collectionneurs, il y a des tableaux ou des dessins achetés, mais il y avait aussi beaucoup d’échanges avec d’autres peintres (pratique courante) , ainsi que des cadeaux qu’on lui faisait en lui offrant une œuvre . Par exemple, il a énormément soutenu Maximilien Luce en lui achetant certains de ses tableaux ce qui lui apportait une aide intéressante pour continuer sa peinture . Avec Luce, ils ont partagé les mêmes idées politiques de peintres engagés et d’anarchistes , le même but pictural esthétique. Ils auront des différends aussi, mais se retrouveront.

Cross fit également partie des peintres les plus nombreux dans sa collection. Il a acquis de nombreux tableaux, des aquarelles, des dessins. Il appréciait fortement qu’il ne se soit jamais écarté du divisionnisme comme d’autres ont pu le faire notamment Luce et Van Rysselberghe en se rapprochant d’un côté plus classique. Cross lui reprochera son autoritarisme et tentera d’aplanir les conflits. Cela agacera Signac mais ne viendra jamais obscurcir leur amitié.

«  L’air du soir  » 1893 env. Henri-Edmond CROSS (Musée d’Orsay) Cette toile a fortement inspiré Marisse pour Luxe, Calme et Volupté.

Il y avait aussi dans cette collection des tableaux de peintres dont le travail n’était pas pas forcément du goût de Signac comme par exemple Redon, Vuillard, Roussel , mais en raison de l’amitié complice qu’il avait pour eux, il essaiera toujours de s’y intéresser, donc acheter pour mieux comprendre.

« L’homme à sa toilette » 1887 – Maximilien LUCE (Collections du Petit Palais à Paris) – Signac a acheté ce tableau à 50 francs. Sa façon de peindre l’avait complètement séduit. Luce deviendra son ami et intègrera le groupe des néo-impressionnistes.
« Le café » 1892 Maximilien LUCE (Collection particulière)

Une salle est consacrée à Georges Seurat, avec des dessins, mais aussi 40 tableaux magnifiques achetés par Signac dont le célèbre Cirque que la France a la chance d’avoir. Il l’avait acquis en 1900 lorsque la famille du peintre mit en vente un certains nombre de ses œuvres quelques années après sa mort . Pour Signac, Le cirque était très important parce que c’était, en quelque sorte, le tableau testamentaire de son ami.

Il le vendra à un collectionneur américain en ajoutant une clause au contrat à savoir que le tableau serait remis au Musée du Louvre lorsque cette personne, John Quinn, décèderait .Ce sera chose faite en 1924. Il le lui avait vendu afin de pouvoir réunir une somme convenable destinée à la dot de sa fille Ginette.

 » Le cirque  » 1891 – Georges SEURAT (Collections du Musée d’Orsay)

Les deux peintres se sont rencontrés en 1884. Un parcours différent : d’un côté un autodidacte (Signac) et de l’autre un artiste sorti tout droit des Beaux-Arts (Seurat), mais réunis par une profonde amitié. Seurat sera son âme sœur, l’ami fidèle. Le premier comprendra très vite que le second avait énormément de talent et que son influence agirait immanquablement sur son travail . C’est avec lui qu’il se détachera petit à petit de l’impressionnisme.

De son côté, il lui apportera sa vision picturale et ses idées. Ils vont énormément s’apprécier, visiteront de nombreuses expositions ensemble, s’intéresseront aux mêmes théories scientifiques sur la perception de la couleur, son harmonisation mais aussi celle des lignes, des contrastes etc…

Malheureusement Seurat décèdera jeune, à 31 ans. Signac en sera profondément affecté. A partir de là, il fera tout ce qu’il pourra que le travail de son ami continue d’être connu et compris, notamment auprès des plus jeunes. C’est une des raisons qui le pousse a acquérir un grand nombre de ses tableaux. Il organisera également des expositions posthumes en hommage à Seurat.

Pour finir cet article, je voulais vous signaler la parution du Journal de Paul Signac aux Éditions Gallimard. L’idée lui venue après avoir lu celui de Eugène Delacroix.

« La Seine à Courbevoie » 1885 Georges SEURAT (Collection particulière)
« Modjesko Soprano Singer « 1908 – Kees VAN DONGEN (Collection du Museum of Modern Art de New York) (Modjesko était un transformiste avec une très belle voix de soprano. Signac va acheter le tableau car complètement sous le charme de ces couleurs vives.
« La rue Bouterie » 1904 – Charles CAMOIN (Collection particulière)

5 réflexions sur “SIGNAC collectionneur …

    1. De hecho, hay pinturas muy hermosas en esta exposición. Como decía en un comentario anterior, las colecciones son desde hace unos años de gran interés para el mundo del arte, incluidas las de los pintores. No todos tenían los medios para comprar, pero tenían grandes posibilidades de hacer una colección, aunque solo fuera por los intercambios realizados con otros, las pinturas ofrecidas, o recuperándose de los marchantes de arte, etc. … Gracias por su interés y ha un buen fin de semana Ana ♥

      J’aime

    1. Cela fait quelques années que les historiens de l’art et les musées s’intéressent aux collections et notamment celles des peintres. Je trouve le concept très intéressant, ne serait-ce parce qu’il nous permet d’admirer des petits trésors comme ceux de Signac. Merci pour votre message Tatoune et heureux week-end à vous ♥

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s