Les Monomanes de GÉRICAULT …

GERICAULT 1822 23 Horace VERNET
 » Portrait de Théodore GÉRICAULT  » – 1821/22 – Horace VERNET

Les Monomanes sont des tableaux peints par Théodore Géricault entre 1819 et 1821. Des oeuvres pleines de vérité, de réalisme, très expressives dans le visage, les traits, le regard. Tous les détails sont traités avec soin. Il y a là toute la sensibilité de ce peintre et son génie dans l’art du portrait.

A l’origine c’était une série de dix toiles. Cinq seulement furent retrouvées. Malheureusement nul ne sait ce que sont devenues les cinq autres : soit elles furent détruites, soit elles se trouvent quelque part dans des collections privées et qui sait … réapparaîtront un jour !

Celles que nous connaissons sont les suivantes : Monomane de l’envie dite aussi la Hyène de la Salpétrière ( musée des Beaux Arts de Lyon) – Monomane du vol d’enfants ( Springfield Museum of Fine Arts ) – Monomane du jeu ( musée du Louvre ) – Monomane du vol ( musée des Beaux Arts de Gand ) – Monomane du commandement militaire ( musée Oskar Reinhart à Winterthur ).

La psychiatrie est née en 1820. Le docteur Jean-Etienne Esquirol, aliéniste, réformateur de l’asile en France, a mis à jour le mot monomanie (maladie mentale qui fait perdre la raison à cause d’une psychose, une  manie obsessionnelle). Les aliénés mentaux furent alors considérés comme de vrais malades devant être soignés. Son élève et disciple fut le docteur Georget, un aliéniste comme lui, médecin lui aussi à la Salpétrière de Paris. L’histoire (fut-elle exacte ou non ) raconte qu’il était un ami d’enfance de  Géricault.

Ami ou pas, c’est lui qui lui demandera de réaliser ces toiles parce qu’à son avis elles représentaient  » un excellent sujet de cours  » : en effet, amener des malades dans une salle de cours  aurait été quelque chose d’irréalisable , mais avoir des tableaux-études l’était davantage. Georget partait du principe que les répercussions de l’aliénation mentale pouvaient se lire sur le visage des malades. C’était un peu comme des livres ouverts permettant à ses élèves de mieux apprendre sur les cas présentés.

Géricault était d’accord avec cette façon de voir les choses. C’est un sujet qui l’a passionné. Rencontrer des personnes qui avaient dépassé les limites de la raison va énormément le toucher et peindre leur visage, le rendu de leurs expressions, c’était aussi pour lui une manière de mieux comprendre la profondeur de leur mal. Il faut savoir que lui même avait traversé une grande dépression nerveuse après l’échec du Radeau de la Méduse et qu’il avait dû se faire soigner en univers psychiatrique.

Il a parfaitement réussi dans son travail. Lorsqu’on les regarde, on ne peut qu’être terriblement touché par l’expressivité de ces visages, leur émotion, leur mélancolie parfois bouleversante, leur regard très troublant, perdu parfois, inquiet, méfiant, étonné aussi  . On se demande ce que ces personnes étaient en train de penser à ce moment là.

Les dix tableaux furent la propriété du docteur Georget. A sa mort deux de ses élèves ( Dr Lachèze et Dr Maréchal ) vont en récupérer chacun cinq. La destinée des cinq du Dr Maréchal reste un mystère.

En ce qui concerne le Dr Lachèze, il va les placer  dans un coffre de son grenier , sans cadre, enroulées ensemble.  Jusqu’au jour où Louis Viardot, le mari de la cantatrice et amie de Chopin Pauline Viardot, qui était écrivain et un grand passionné d’art, engagera la conversation avec le fameux docteur et lui fera part de sa vive admiration pour Géricault. Ce à quoi il lui répondra  qu’il en détenait quelques-uns dans son grenier. Viardot les voit et les lui achète sur le champ ! Puis il écrit assez rapidement un article dans la Gazette des Arts de 1864 pour informer qu’il vient de retrouver des oeuvres de Géricault.

Viardot les propose au musée du Louvre, lequel refuse ( malheureusement ) de les acheter d’une part en raison du prix de vente requis et d’autre part le sujet ne les intéressait pas beaucoup. Ce n’est que trois ans plus tard qu’il en rachètera une  à un prix bien plus élevé que ne l’était les cinq ensemble !

Les autres ont trouvé différents propriétaires ( y compris des peintres ) puis elles s’éparpilleront au gré de celles et ceux qui vont les acheter jusqu’au jour où elles rejoindront les musées énoncés ci-dessus.

MONOMANE DE L ENVIE GERICAULT
 » Monomane de l’envie  » ( ou  » la Hyène de la Salpétrière  » ) – Théodore GÉRICAULT ( Musée des Beaux Arts de Lyon )
MONOMANE DU VOL D ENFANT GERICAULT
 » Monomane du vol d’enfants  » – Théodore GÉRICAULT ( Springfield Museum of Fine Arts )
MONOMANE DU JEU GERICAULT
 » Monomane du jeu  » – Théodore GÉRICAULT ( Musée du Louvre )
MONOMANE DU VOL GERICAULT
 » Monomane du vol  » – Théodore GÉRICAULT ( Musée des Beaux Arts de Gand )
MONOMANE DU COMMANDEMENT MILITAIRE GERICAULT
 » Monomane du commandement militaire  » – Théodore GÉRICAULT ( Musée Oskar Reinhart à WInterthur )

2 réflexions sur “Les Monomanes de GÉRICAULT …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s