Un livre en voyage …

« Quand tu emportes un livre en voyage, il se passe quelque chose d’étrange. Le livre se met à rassembler tes souvenirs, et plus tard, il suffit que tu l’ouvres pour te retrouver à l’endroit même où tu l’avais lu. Dès les premiers mots tout revient : les images, les odeurs, la glace que tu mangeais alors … Crois-moi, les livres sont comme le papier dont on se sert pour attraper les mouches. Les souvenirs n’adhèrent nulle part aussi bien que sur des feuilles de papier imprimé. » Cornelia FUNKE (Écrivain, illustratrice allemande – Extrait de son livre Cœur d’encre)

Cornelia FUNKE

Une chanson …

«  La chanson Caruso, Je l’ai écrite par hasard. J’avais cassé mon bateau et je me suis retrouvé à Sorrente (près de Naples) dans l’hôtel où Enrico Caruso a passé ses derniers jours. On m’a logé dans sa suite. J’ai écrit la chanson en utilisant le piano sur lequel il jouait, et en m’inspirant d’une vieille chanson napolitaine. Je n’aurais jamais pensé qu’elle se vendrait à des  millions d’exemplaires dans le monde. Sans cette avarie, jamais je ne l’aurais écrite. Naples est ma deuxième ville, peut-être même la première. Bologne a été le centre intellectuel de l’Europe au Moyen-Âge, mais Naples est le cœur de la culture italienne. Des populations de toutes les origines y ont convergé et toutes ont trouvé leur place.  » Lucio DALLA (Auteur-compositeur-Interprète italien-La chanson Caruso a été écrite en 1986. Elle est dédiée au chanteur d’opéra Enrico CARUSO)

Lucio DALLA 1943/2012


Qui dove il mare luccica e tira forte il vento

Ici où il y a la mer et un vent si fort
Sulla vecchia terrazza davanti al golfo di surriento
Sur une vieille terrasse donnant sur le golfe de Sorrente
Un uomo abbraccia una ragazza dopo che aveva pianto
Un homme embrasse une fille après qu’elle eût pleurée
Poi si schiarisce la voce e ricomincia il canto
Puis il s’éclairci la voix et recommence son chant

Te voglio bene assai
Je t’aime tant
Ma tanto bene sai
Mais tant tu sais
E una catena ormai
C’est devenue une réaction en chaîne désormais
Che scioglie il sangue dint’e vene sai
Qui dissout le sang dans les veines, tu sais

Vide le luci in mezzo al mare penso alle notti là in America
Je vois ces lumières au milieu de la mer, et je pense aux nuits là-bas en Amérique
Ma erano solo le lampare e la bianca scia di un elica
Mais ce ne sont que les lampions des pécheurs et le sillage blanc d’une hélice
Senti il dollore nella musica e si alzo dal pianoforte
Il ressentit une douleur dans la musique, et il se leva du piano
Ma quando vide la luna uscire da una nuvola
Mais lorsqu’il vit la lune sortir d’un nuage
Gli sembrò più dolce anche la morte
Même la mort lui sembla plus douce
Guardo negli occhi la ragazza quegli occhi verdi come il mare
Il regarda la fille dans les yeux, ces yeux verts comme la mer
Poi all’improvviso usci una lacrima e lui credette di affogare
Puis à l’improviste une larme surgit, et lui il crut qu’il se noyait

Te voglio bene assai
Je t’aime tant
Ma tanto bene sai
Mais tant tu sais
E una catena ormai
C’est devenue une réaction en chaîne désormais
Che scioglie il sangue dint’e vene sai
Qui dissout le sang dans les veines, tu sais

Potenza della lirica dove ogni dramma é un falso
Puissance du lyrisme où chaque drame est une supercherie
Che con un po’di trucco e con la mimica puoi diventare un altro
Où avec un peu de maquillage et quelques mimiques tu peux devenir un autre
Ma due occhi che ti guardano cosi vicini e veri
Mes deux yeux qui te regardent de si près et si vrais
Ti fan scordarele parole confondonoi pensieri
Te font oublier les paroles et s’emmêler tes pensées
Cosi diventa tutto piccolo anche le notti la in America
Comme ça tout devient petit, tout comme ces nuits en Amérique
Ti volti e vedi la tua vita come la scia di un’elica
Tu te retournes et tu vois ta vie comme le sillage d’une hélice
Ma si é la vita che finisce ma lui non ci penso poi Tanto
Même si c’est la vie qui finit lui il y pense à peine
Anzi si sentiva gia felice e ricomincio il suo canto
D’ailleurs il se sentait déjà réconforté et il reprit son chant

Te voglio bene assai
Je t’aime tant
Ma tanto bene sai
Mais tant tu sais
E una catena ormai
C’est devenue une réaction en chaîne désormais
Che scioglie il sangue dint’e vene sai
Qui dissout le sang dans les veines, tu sais  » Paroles et musique de Lucio DALLA