Les glaneuses …

 » Point de tâche plus humble, presque pas de sujet : trois femmes d’âge indéfini et d’une physionomie indistincte s’échinent à ramasser les épis demeurés sur le sol après une moisson abondante. Les ombres courtes suggèrent que le soleil, dont l’ardente chaleur a décoloré la plaine de Chailly, vient d’atteindre son zénith. Les glaneuses auront jusqu’au soir pour accomplir leur dure besogne, tolérée par le pouvoir communal. Lié au thème séculaire  » poussinien  » des saisons, le célébrissime tableau d’Orsay est donc, au premier chef, une illustration de l’été, l’été même pour ainsi dire. Cette valeur de paradigme est atteinte par un degré de généralisation fascinant, confinant à l’abstraction. Ces femmes, astreintes à une tâche aussi répétitive qu’harassante, apparaissent, à certains égards, comme réifiées. Le peu de singularité qu’elles conservent repose sur la subtile variation chromatique que Millet opère dans le traitement de leurs rudes habits paysans délavés.

Si la scène est précisément définie dans l’espace ( une plaine d’Ile-de-France rôtie par le soleil estival) sa temporalité, comme souvent chez Millet, apparaît vague. Rien n’indique que la scène se passe au début du Second Empire, aucun élément trivial ne vient l’actualiser aux yeux du spectateur. La conséquence,  heureuse, de ce choix esthétique, joint à la forte plasticité des glaneuses et au rythme puissant, implacable, quasi mathématique que leur imprime le peintre, est de projeter ce tableau  » sans récit  » hors de toute platitude anecdotique. A l’opposé exact d’une scène de genre campagnarde, l’œuvre atteint une forme de classicisme intemporel qui a fait évoquer par la critique quelque bas-relief antique et jusqu’aux frises du Panthénon même. »  Geneviève LACAMBRE (Conservateur général honoraire du patrimoine – Extrait revue Dossier de l’art )

« Les Glaneuses » 1857 Jean-François MILLET (Musée d’Orsay/Paris)

2 réflexions sur “Les glaneuses …

    1. A partir d’une certaine époque de sa vie de peintre, Millet a eu à cœur de s’intéresser à la vie difficile des paysans et au-delà de cela à la condition humaine. C’est ce qui a fait la beauté de ses tableaux même si je vous l’accorde c’est un bien triste sujet. Merci de votre message Tatoune et doux week-end à vous ♥

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s