Murmurer à l’oreille d’un cheval …

« Pour parler aux animaux, on a toujours cru qu’il faudrait faire appel à la magie. Des légendes ancestrales en passant par les contes de fées, c’est un des rêves humains les plus anciens et les plus intimes. Aujourd’hui une nouvelle générations d’hommes et de femmes a, au contact des chevaux, découvert la part de réalité que recèle ce mythe. Ils sont parvenus à se mettre dans la peau du cheval, à lui parler, à se faire obéir de lui. Lorsque les hommes commencent à apprendre des chevaux et à penser comme des chevaux, alors la magie advient. C’est un fait, le cheval ne ment pas. Pour lui, il n’y a pas de frontière entre ses ressentis et ses actes. Qu’il éprouve de la peur, de la gêne, de la soumission, de la témérité ou simplement du calme et de l’assurance, le cheval vous l’exprimera précisément, de même qu’il vous dira ce qu’il attend de vous. Avec la plus grande sincérité.

Pour obtenir des résultats, vous allez devoir faire preuve d’ouverture d’esprit, laisser votre cheval vous apprendre à communiquer avec la même profondeur d’esprit et la même transparence que lui. C’est la que la magie commence. C’est magique parce que ce que les chevaux ont besoin d’entendre de nous correspond exactement à ce que nombre d’entre nous aimeraient entendre …. d’eux mêmes. Ces animaux attendent de nous une assurance calme et concentrée. De la cohérence. De la force et de l’empathie. En résumé, ils attendent le meilleur de nous-mêmes. En outre, comme ils détectent nos doutes, nos peurs.

La grande difficulté du dressage n’a rien à voir avec le cheval. Il s’agit en fait d’apprendre à vous connaître vous-même, tout en découvrant qui est votre animal et en comprenant quel dresseur vous devez être pour établir entre vous une relation de respect et de confiance mutuels. Pour convaincre un cheval de baisser la garde, de se montrer calme, réactif, de faire preuve de confiance et de courage, il vous faut commencer par posséder vous-même ces qualités. Vous ne pouvez pas vous contenter de les afficher. Il faut tomber le masque, oublier vos conflits et vos craintes afin d’être le maître de la situation, en confiance. Tout ce que l’on enseigne à un cheval, on peut se l’enseigner à sois-même. On se rendra alors compte que lorsqu’un cheval nous perçoit détendu, équilibré, concentré, tout le monde nous perçoit aussi ainsi.

Les chevaux ont du monde une vision fondamentalement différente de la nôtre. A bien des égards, cette vision et leur rapport à leur congénères sont à l’opposé de notre perception pour notre environnement. Dès lors, ces animaux ont élaboré des techniques à part pour vivre au monde et vivre avec leurs frères à sabots. Je crois que nous avons beaucoup à apprendre de leur approche. Je crois qu’en développant une conscience un peu plus équine du monde et de notre façon d’y trouver une place, nous parviendrons à devenir des êtres humains plus complets, qui travaillent et qui échangent avec d’autres, sans pour autant se laisser marcher sur les pieds.

Par ailleurs, dans notre monde globalisé et interconnecté, où chacun est affecté par les actions de tous les autres, il me semble que les enseignements des chevaux en viennent à constituer une étape nécessaire à notre évolution. De la magie à grande échelle. La chose vous paraît un peu farfelue ? Vous vous trompez. Il n’y a rien de plus réel et concret que cela….  » Chris IRWIN ( Dresseur et chuchoteur de chevaux mondialement connu – extrait de son livre Les chevaux ne mentent jamais – Propos recueillis par Bob WEBER  éditeur canadien – Traduction française de Christophe ROSSON)

2 réflexions sur “Murmurer à l’oreille d’un cheval …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s