SÉMÉLÉ … Marin MARAIS

 » Portrait de Marin Marais  » Atelier d’André BOUYS en 1704 ( Bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris)

Marin Marais, fils de cordonnier, reçut très tôt une formation musicale. Il  fut un éminent compositeur baroque , un joueur de viole de gambe virtuose,  un musicien dans l’orchestre de l’Académie royale de musique dirigée par Lully, avec lequel d’ailleurs il étudia. A la mort de son maître, il fit partie de ceux qui ont essayé de tout faire pour que soit maintenu le genre de la tragédie lyrique.

Sémélé , d’après le livret de Antoine Houdart de la Motte, sera sa dernière œuvre lyrique en 1709. En effet, en raison de l’accueil très médiocre qu’elle recevra ( n’ayons pas peur des mots ce fut un échec ! ) Marin Maris décidera d’abandonner définitivement l’opéra pour se consacrer uniquement à la musique instrumentale.

La partition originale fut perdue. Il ne restait, malheureusement, que quelques parties orchestrales. C’est, par conséquent, un opéra qui, désormais, est présenté de façon hypothétique, mais qui n’en reste pas moins remarquable. On perçoit, tout à fait,  combien elle est magique,  brillante, aboutie, riche, élégante et montre bien que ce merveilleux compositeur fut un digne représentant de Lully.

Vidéo : Prologue/Ouverture – Le CONCERT SPIRITUEL dirigé par Hervé NIQUET

Le joueur de flûte …

 » Dans mon jardin secret,
cabriole et chahute
un petit air de flûte
tout vif et guilleret.

C’est comme un clapotis
de source qui murmure,
une chanson d’eau pure
et de cailloux polis,

Un vent léger, rieur,
qui chiffonne et défeuille
avant que je le cueille,
mon rêve à fleur de cœur…

Dans mon jardin secret,
un petit air chahute,
mais le joueur de flûte
ne se montre jamais…  » Josiane DEPAS (Poétesse française)

Le dessin …

 » Le mot dessin a deux significations. Dessiner un objet, c’est le représenter avec des traits, des clairs et des ombres. Dessiner un tableau, un édifice, un groupe, c’est y exprimer sa pensée. Voilà pourquoi nos pères écrivaient dessein, et cette orthographe intelligente disait clairement que tout dessin est un projet de l’esprit. » Charles BLANC (Historien, critique d’art et graveur français / Extrait de son ouvrage Grammaire des arts du dessin/1867)

« La leçon de dessin » Jan STEEN