Les œufs de Pâques …

Voici venir Pâques fleuries,
Et devant les confiseries
Les petits vagabonds s’arrêtent, envieux.
Ils lèchent leurs lèvres de rose
Tout en contemplant quelque chose
Qui met de la flamme à leurs yeux.

Leurs regards avides attaquent
Les magnifiques œufs de Pâques
Qui trônent, orgueilleux, dans les grands magasins,
Magnifiques, fermes et lisses,
Et que regardent en coulisse
Les poissons d’avril, leurs voisins.

Les uns sont blancs comme la neige.
Des copeaux soyeux les protègent.
Leurs flancs sont faits de sucre. Et l’on voit, à côté,
D’autres, montrant sur leurs flancs sombres
De chocolat brillant dans l’ombre,
De tout petits anges sculptés.

Les uns sont petits et graciles,
Il semble qu’il serait facile
D’en croquer plus d’un à la fois ;
Et d’autres, prenant bien leurs aises,
Unis, simples, pansus, obèses,
S’étalent comme des bourgeois.

Tous sont noués de faveurs roses.
On sent que mille bonnes choses
Logent dans leurs flancs spacieux
L’estomac et la poche vides,
Les pauvres petits, l’œil avide,
Semblent les savourer des yeux.  » Marcel PAGNOL (Écrivain, dramaturge, cinéaste et producteur français)

4.4.2021 : Jour de Pâques …

 » Oui, Christ est ressuscité !
Et la mort est terrassée
Notre ennemi est vaincu
Par ce nom glorieux : Jésus !

Mort, où donc est ta victoire ?
Christ vient nous donner l’espoir
Sa victoire resplendit
Lui, le Prince de la Vie.

Quittant la gloire éternelle
Il vient, descendant du ciel
Payer pour des misérables
Ô joie, bonheur ineffable

L’espérance est assurée
Il viendra nous rechercher
Et avec lui, pour toujours
Nous serons, dans son séjour. » Benjamin EGGEN (Pasteur belge, écrivain et poète)

(Vidéo : ADAGIO de l’Oratorio BWV 249 de Jean-Sébastien BACH -Marcel PONSEEL à l’hautbois – LE COLLEGIUM VOCALE, GENT – Direction Philippe HERREWEGHE)

Le magnifique Oratorio BWV249 de Jean-Sébastien BACH a été créé en 1725 pour le dimanche de Pâques, en l’église St Thomas de Leipzig. C’est une partition qui a souvent été reprise par Bach pour d’autres occasions en 1726/1732-35 et 1740. Elle est basée sur l’Évangile selon St Jean notamment lorsque les apôtres constatent que le tombeau de Jésus est vide. Elle comporte 11 parties