Les Baigneuses … Auguste RENOIR

«  Les baigneuses marquent un tournant plus conservateur dans la carrière de Renoir qui reflète une perte de confiance dans sa technique et son approche de la peinture, ainsi qu’un désenchantement vis-à-vis des sujets urbains modernes qui constituaient jusqu’alors la base de son oeuvre. Durant l’automne 1881, il visite l’Italie afin d’étudier l’oeuvre de Raphaël. Dans ses lettres, il fait part de l’admiration qu’il éprouve devant les fresques de ce dernier à la villa Farnèse de Rome, confirmant ainsi son désir de donner une nouvelle direction à son oeuvre.

Renoir pose un regard nostalgique sur le passé et les valeurs artistiques et sociales de naguère et considère le contexte contemporain comme une période de décadence et de perte de la qualité artistique véritable. Dès lors, il va puiser son inspiration chez les artistes des XVIIe et XVIIIe siècles, comme l’indique le sous-titre des Grandes Baigneuses : essai de peinture décorative, allusion explicite à la tradition décorative de la peinture rococo du XVIIIe siècle.

S’il reste attaché aux sources rococo, Renoir remonte encore plus loin dans la chronologie artistique en évoquant dans ses grands nus du tournant du siècle, la palette et le trait épais des maîtres vénitiens du XVe et XVIIe siècle tels que Le Titien, Le Tintoret et Véronèse. Les proportions monumentales de ses baigneuses rappellent aussi les courbes généreuses des nus des peintres flamands comme Rubens, considéré à son époque comme l’un des grands maîtres du genre. Durant les vingt dernières années de sa vie, Renoir peint nombre de ces baigneuses aux formes voluptueuses.  » Jon KEAR (Professeur d’histoire et de théorie de l’art à Londres – Écrivain de nombreux ouvrages sur la peinture)

  » Les grandes baigneuses  » – 1884/87 – Pierre Auguste RENOIR
 » La baigneuse assise  » 1883/84 – Pierre Auguste RENOIR
 « La baigneuse assise sur le rocher »– 1892 – Pierre Auguste RENOIR
« La baigneuse aux longs cheveux « – 1895 – Pierre Auguste RENOIR