Les bourgeons verts, les bourgeons blancs …

 » Les bourgeons verts, les bourgeons blancs
percent déjà le bout des branches,
et, près des ruisseaux, des étangs
aux bords parsemés de pervenches,
Teintent les arbustes tremblants ;

Les bourgeons blancs, les bourgeons roses,
Sur les buissons, les espaliers,
Vont se changer en fleurs écloses ;
Et les oiseaux, dans les halliers,
Entre eux déjà parlent de roses ;

Les bourgeons verts, les bourgeons gris,
reluisant de gomme et de sève
recouvrent l’écorce qui crève
le long des rameaux amoindris ;
les bourgeons blancs, les bourgeons rouges,
sèment l’éveil universel,
depuis les cours noires des bouges

Jusqu’au pur sommet sur lequel,
Ô neige éclatante, tu bouges ;
bourgeons laiteux des marronniers,
bourgeons de bronze des vieux chênes,
bourgeons mauves des amandiers,
bourgeons glauques des jeunes frênes,
bourgeons cramoisis des pommiers,

Bourgeons d’ambre pâle du saule,
leur frisson se propage et court,
à travers tout, vers le froid pôle,
et grandissant avec le jour
qui lentement sort de sa geôle,
jette sur le bois, le pré.

Le mont, le val, les champs , les sables,
son immense réseau tout prêt
à s’ouvrir en fleurs innombrables
sur le monde transfiguré. » Auguste ANGELLIER ( Poète français – Extrait de son recueil Le chemin des Saisons / 1903 )

9 réflexions sur “Les bourgeons verts, les bourgeons blancs …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s