Patrick DUPOND …

Patrick DUPOND 1959/2021
Le Corsaire avec Sylvie GUILLEM

«  Je m’appelle DUPOND comme beaucoup en France. Moi c’est Dupond avec un D comme danseur …. Étoile je fus, Étoile je suis, Étoile je resterai jusqu’à la fin de mes jours. Cela devait être écrit avant je sois né. Je suis né pour vivre de la danse et je ne peux m’en passer. Dès que le rideau se levait, je ne touchais plus terre, j’étais au-dessus, au-delà de tout ce qu’un être humain normalement constitué accomplit d’ordinaire.  » Patrick DUPOND (Danseur Étoile français, chorégraphe, directeur du Ballet de Nancy, directeur de la danse à l’Opéra de Paris)

Ce merveilleux danseur, passionné par son art, solaire, rayonnant, déterminé, musical, très endurant, doté d’une force aérienne, nommé étoile à l’âge de 21 ans, est décédé hier à l’âge de 61 ans. Outre ses qualités de danseur, il été très également très apprécié pour ce côté sympathique qui l’a rendu si populaire auprès du public.

Enfant hyperactif, très dissipé, parfois colérique, difficile à canaliser, sa maman l’inscrira au départ dans un club de foot, puis il apprendra le judo. Deux disciplines qui ne lui plaisent absolument pas. Entre deux prises sur le tatami, il s’éloigne pour se rendre de l’autre côté de la salle pour regarder, admiratif, le cours de danse classique d’une classe de filles. En les voyant, il eut une certitude : c’est la danse qui le passionne. Qu’à cela ne tienne, sa mère l’inscrit, seul garçon au milieu des filles : premiers exercices à la barre, premiers pas tout à fait encourageants et spectaculaires. Sa professeur conseille à ses parents de lui trouver quelqu’un qui le fera progresser car il est doué.

C’est ainsi qu’il rencontre Max Bozzoni (ex-danseur Étoile de l’Opéra). Cet homme ne cessera d’être pour lui, jusqu’à son décès en 2003 : son grand ami, son père spirituel, un conseiller précieux. Il le trouve tellement doué qu’il le prépare pour le concours d’entrée à l’École de danse de l’Opéra. Il est accepté trois mois à l’essai en stage. La danse classique ce n’est pas un secret, reste, dans les premières années d’apprentissage, quelque chose de très difficile pour un enfant à qui l’on demande, tout jeune et de façon journalière, de fournir de gros efforts. Certains n’y arrivent pas, d’autres se découragent et s’en détournent, d’autres résistent et persévèrent parce que la danse est véritablement une passion. Dupond fera partie de ces derniers.

En 1975 il passe le concours d’entrée dans le corps de ballet. Premier à y être accepté à l’âge de 15 ans 1/2 alors que l’obligatoire est 16 ans. C’est là qu’il rencontre Roland Petit qui lui confiera un premier rôle dans Nana. Un an plus tard, il se présente au Concours international de la danse à Varna. Il obtiendra un triomphe lors de sa prestation. Il passe sans problème tous les échelons et se voit consacré Étoile. On lui confie alors des premiers grands rôles. De nombreux chorégraphes font appel à lui : Béjart, Neumeier, Petit, Baryshnikov pour qui il dansera la Bayadère à l’American Ballet, Noureev qui créera pour lui Roméo et Juliette etc…

En 1978 il est appelé à diriger le Ballet de Nancy. Il y restera trois ans, des années qu’il qualifiera « d’époustouflantes, exténuantes, difficiles, mais tellement enrichissantes !  » En 1990, la direction de l’Opéra de Paris, lui demande de remplacer Rudolf Noureev . Il est jeune, il pensera dans un premier temps à refuser l’offre parce que c’était important, lourd à porter, mais finalement il accepte. Il relèvera le défi et le public acclamera sa venue avec enthousiasme. Toutefois, beaucoup de bonnes âmes bien intentionnées le mettront en garde, lui feront des recommandations, surtout par rapport à la rigidité, l’obéissance, et la discipline de l’Opéra …. il n’en tiendra pas compte.

Il va assumer sa tâche avec beaucoup de joie et de détermination, faisant monter des grands classiques. On peut affirmer qu’il a vraiment été au service de la danse, et ce malgré son caractère assez rebelle face aux codes régis par l’Opéra. En 1994, un nouveau directeur général de l’Opéra est nommé : Hugues Gall, lequel va décider de donner son congé à Dupond et nommer à sa place Brigitte Lefèvre. Il demande une indemnité de départ et signe un nouveau contrat en tant que danseur Étoile au service de l’Opéra.

En 1996/97 il est consigné pour danser le Sacre du Printemps de Pina Baush. Or il se trouve que l’actrice Isabelle Adjani l’appelle pour être membre du jury qu’elle va présider au Festival de Cannes. Il doit, pour ce faire, s’absenter trois jours et donc manquer les répétitions du Sacre. Pina Bausch l’autorise à le faire même si elle n’est pas ravie. Elle le prévient que des changements pourraient arriver à son retour. Dupond avertit la direction. Brigitte Lefèvre et Hugues Gall s’y opposent catégoriquement, mais il part quand même.

A son arrivée à Cannes à l’Hôtel Martinez, il trouve sa lettre de licenciement. On crie au scandale. Même le président de la République s’en même pour trouver un accord à l’amiable. Dupont est complètement anéanti par la nouvelle. Il se retrouve sans travail, sans ressource, ne peut (de par son contrat) danser ailleurs et les dettes s’accumulent car l’affaire va durer des mois. Les accords avec l’Opéra ne viennent pas.

Le sort s’acharne car il fait face à de gros problèmes de santé : hospitalisation, opération, rééducation etc… Il retrouve un peu la forme, s’entraîne avec Max Bozzoni et finalement Maurice Béjart lui propose un rôle dans Salomé à l’Opéra d’Helsinski. Entre temps, il est assigné devant le tribunal. Le jugement lui donne tort et déboute toutes ses demandes. On le dit capricieux et n’en faisant qu’à sa tête.

S’ouvre devant lui une grande période de doutes et une solitude immense. Il est terriblement déçu d’être rejeté par ce monde de la danse qu’il aime tant et à qui il a tant donné. C’est alors que la chorégraphe Carolyn Carlson lui demande, en 1999, de venir danser un ballet-hommage à Jorge Donn au Théâtre des Champs Elysées avec une tournée au Japon à la clé. De nombreuses Étoiles française vont venir l’applaudir et le complimenter. La presse nippone quant à elle ne manquera pas de l’encenser dès le lendemain de la première.

Malheureusement en janvier 2000 il s’endort au volant de sa voiture et c’est l’accident, violent. Il a failli y laisser la vie, mais ressort complètement brisé corporellement, fractures graves nécessitant plusieurs opérations chirurgicales, des mois d’hôpital et de rééducation. Il a pensé ne pas pouvoir s’en remettre, surtout moralement, mais il fera preuve de volonté, d’assiduité et de courage et soutenu par les siens et réussira à remonter sur scène pour une comédie musicale en 2001.

« J’ai été polytraumatisé, j’ai eu plusieurs fractures du crâne, des vertèbres et cervicales explosées, une paralysie partielle et le premier pronostic qui a été donné, c’était une paraplégie et une paralysie partielle. »

Mais sa vraie carrière, sa vie de danseur-Étoile va s’arrêter là. C’est un homme complètement changé que l’on retrouve, très amaigri, faisant des apparitions dans diverses émissions de télévision.

Depuis 2004, il vivait une belle histoire d’amour avec la danseuse orientale Leila Da Rocha qui va lui redonner l’envie de remonter sur scène et de danser à nouveau. A l’époque où il la rencontre, il tente de se débarrasser de son addiction pour l’alcool. Il prévoyait même d’aller vivre ailleurs qu’en France. Elle était directrice d’une école de danse à Soissons et l’invite à la rencontrer. Il accepte et sa vie change complètement. Coup de foudre réciproque. Elle quitte son mari pour lui, et lui constate qu’il aime une femme pour la première fois. :  » :« Ça m’arrangeait de me mentir à moi-même. En ce qui me concerne, l’homosexualité a été une erreur..  » des propos qui feront polémique et auxquels il répondait qu’ils ne parlaient pas à la généralité, mais à son cas en particulier.

Patrick DUPOND et Leila DA ROCHA

2 réflexions sur “Patrick DUPOND …

    1. Patrick DUPOND fut un grand danseur. Malheureusement, il a eu de gros « accidents » de parcours dans sa vie. Je regrette un peu que l’Opéra l’ait oublié dans ses périodes de galères. Merci d’avoir apprécié cet article et très belle semaine à vous Soa ♥

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s