Bachiana Brasiliera N.5 … Heitor VILLA-LOBOS

Les Bachianas Brasilieras sont des Suites magnifiques qui représentent à la fois la fascination passionnelle de Villa-Lobos pour Bach (on y retrouve des Préludes, des Fugues, des Arias etc…) , mais aussi un hommage rendu à la musique et folklore venus de son pays : le Brésil.

Exemple le beau Prélude de la N.4, absolument divin : Nelson FREIRE au piano

Elles ont été écrites entre 1932 et 1945 avec, pour chacune, un accompagnement différent : pour orchestre, pour violoncelle, pour orchestre de Chambre, pour piano, pour piano et orchestre, pour soprano et violoncelle, pour flûte et basson, pour chœur et orchestre.

La N.5 est la plus célèbre, notamment pour son Aria (le compositeur emploie de mot Cantinela que l’on pourrait traduire par ritournelle) inspirée par un poème de Ruth Corréa qui parle de la beauté du ciel le soir, avec une pleine lune et la traversée de quelques nuages qui avancent lentement. Vient ensuite la Danza qui est un chant du poète brésilien Manuel Bandeira et qui fait référence au chant des oiseaux dans la forêt.

Pensée à l’origine pour soprano et huit violoncelles, elle a fait l’objet d’un nombre incroyable d’autres versions. La voix aérienne du départ ajoute quelque chose de plus à la musique, de l’émotion assurément, de la volupté, de la sensibilité.

J’ai choisi la version dirigée par Heitor VILLA-LOBOS lui-même, avec Bidu SAYAO pour le vocal et Léonard ROSE pour le violoncelle. Bidu Sayao fut une très grande soprano brésilienne, une des chanteuses lyriques favorites du compositeur. Elle lui a souvent prêté sa voix et fut la dédicataire de certaines de ses œuvres dont celle-ci.

La nuit n’est jamais complète …

 » La nuit n’est jamais complète.
Il y a toujours puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin,
une fenêtre ouverte,
une fenêtre éclairée.
Il y a toujours un rêve qui veille,
désir à combler,
faim à satisfaire,
un cœur généreux,
une main tendue,
une main ouverte,
des yeux attentifs,
une vie : la vie à se partager.  » Eugène GRINDEL dit Paul ÉLUARD (Poète français / Extrait de son recueil Derniers poèmes d’amour)

Tableau de Pier Paolo ROVERO

Le matin …

« Le matin, quant tu te réveilles et que ça ne va pas fort, cherche la petite lumière qui éclairera ta journée : un café pris avec une amie, une ballade, quelques pages d’un bon livre, un instant de musique … Si tu ne la trouves pas : invente là.  » Janine BOISSARD (Romancière française / Extrait de son livre Belle arrière-grand mère)

Tableau de Albert LYNCH