Mitridate, Re di Ponto … W.Amadeus MOZART

» Tête de Mitridate VI – Roi du Pont  » 120-63 av.J.C. ( Musée du Louvre / Paris – France )
Vidéo : Christophe ROUSSET à la direction de l’ORCHESTRE du ROYAL OPERA HOUSE de LONDRES

En Décembre 1769, Mozart part en Italie avec son père Léopold . Il a de plus en plus  envie de devenir un compositeur d’opéra et au XVIIIe siècle c’est dans ce pays que les œuvres lyriques connaissaient un grand succès. Le prince évêque Schrattenbach  lui alloue une somme d’argent afin qu’il puisse effectuer cette tournée. Dans la foulée, il le nomme maître de concert. Un geste qui n’est pas anodin : il espère qu’en agissant ainsi le jeune prodige se sente contraint de rentrer à Salzbourg.

Une fois arrivé en Italie, il reçoit une commande du gouverneur de Lombardie le Comte Karl Joseph Von Firmian, un mélomane autrichien . Il avait  convaincu celui-ci de son talent en mettant en musique , à sa demande, des poèmes de Métastase qui furent joués lors de concerts privés .

Il faut bien savoir que Mozart n’avait que 14 ans lorsqu’il composa Mitridate, re di Ponto en 1770. C’était  son premier opéra seria.  On lui fera parvenir le livret de Vittorio Amedeo Cigna-Santi, d’après la tragédie de Racine en 1673, qui avait déjà été mis en musique trois ans auparavant par Quirino Gasparini.

Non seulement le jeune Mozart n’avait jamais écrit d’opéra séria ( un genre qui plaisait énormément au public dans l’Europe du XVIIIe ), ni lu les tragédies de Racine et il avait une méconnaissance totale  de l’antiquité gréco-romaine. Oui  … Mais  il était extrêmement doué et il n’ignorait pas les règles qui régissaient ce type d’opéra. De plus,  il savait comment gérer une composition théâtrale. Il réussira à  trouver le parfait équilibre entre les arias, les récitatifs, la dramaturgie etc… On lui imposera des chanteurs qui, certes, étaient très connus, mais dont il ignorait tout. Qu’importe il va s’en accommoder en attribuant à chacun le rôle qui pouvait convenir le mieux à sa tessiture, voire même répondre à leurs exigences .

La tragédie de Racine ( parue en 1673 ) est une histoire de conflits, de pouvoir, de haine, de luttes territoriales, de trahison filiale et fratricide , de rivalités amoureuses, d’humiliation, de déception. Le librettiste de Mozart va modifier certains éléments et des noms, rajouter des nouveaux personnages, et accorder à l’œuvre une fin plus « heureuse » que l’originale qui était sanglante , mettant en avant le pardon et le repentir.

Mozart va démontrer combien il était  doué en musique orchestrale car celle-ci se révélera riche,  brillante, harmonieuse, d’une grande maturité, unissant magnifiquement bien les arias qui sont d’une redoutable virtuosité vocale, et les récitatifs . C’est une œuvre lyrique assez fascinante, complexe, émotionnelle, expressive, exigeante, fougueuse, avec des côtés tendres et mélancoliques, une dramaturgie assez incroyable.

(Vidéo :  » Nel grave tormento  » / Aria de Aspasia / Acte II – Patricia PETIBON – Daniel HARTING à la direction de l’ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE VIENNE)

Si le public fut un temps septique quant au fait d’aller assister à un opéra composé par un adolescent, il changera complètement d’avis ! Le succès sera retentissant lors de sa création le 26 décembre 1770 au Teatro Regio Ducal de Milan ( actuelle Scala) . A un point tel qu’il lui vaudra une autre commande qui verra le jour deux ans plus tard : Lucio Silla.

Malgré tout son succès, Mitridate, Re di Ponto tombera un jour dans l’oubli. La partition originale a disparu. On a pu reconstituer l’opéra grâce à des copies. Il sera redécouvert par le monde lyrique en 1971.

2 réflexions sur “Mitridate, Re di Ponto … W.Amadeus MOZART

    1. Le point commun est que ces petits prodiges sont capables de faire des choses que d’autres enfants du même âge sont dans l’incapacité de faire. C’est un don, c’est inné, et ce n’est pas courant. Dans le cas de Mozart, c’est la musique et la composition et ce dès son plus jeune âge . On trouve cela fabuleux et on s’émerveille, mais pour autant je ne suis pas sure que Mozart, malgré ses dons, fut très heureux au fond de lui même d’avoir été « trainé » dans de nombreux voyages et montré tel un animal de foire. lorsqu’il était jeune. Merci Soa pour votre commentaire. Passez un bon week-end ♥

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s