Quelle grâce ont certains mots …

 » Quelle grâce ont certains mots ! Comme le mot bruit est aigu et vibre dans l’air ; comme le mot silence est reposant et doux.  Et ceux des saisons : hiver, ce n’est pas laid hiver, c’est mat, discret, décoloré .Mais printemps : quel élan, quelle jeunesse !  Cela s’élance, c’est étoffé, sonore, chantant . Et l’été : est-ce que ce petit mot bref et bien équilibré ne peint pas admirablement, par sa forme écrite et le son de ses deux syllabes, la saison du milieu ? Graphiquement, cela figure comme une balance avec deux plateaux égaux : été. On peut l’aborder dans les deux sens, il est immuable. On peut le lire de gauche à droite, de droite à gauche, c’est toujours été ! Et l’automne ?  Quelle mélancolie, l’automne ! Écoutez se prolonger le son qui, sans force pour s’élever, retombe. Cela endort l’oreille. Voyez comme son m suivit d’un n fait descendre par degrés la dernière syllabe et lui donne cette grâce triste de déclin.  » Louis de ROBERT de LÉDERGUES dit Louis de ROBERT (Écrivain français- Extrait de son livre Paroles d’un solitaire(1923)

Aquarelle de Yulia SCHUSTER

La plaine trop dénudée …

 » … La plaine trop dénudée a mis sa robe de bure
Sur sa chair déchirée où sautillent les corbeaux.
Le givre du matin accroche ses oripeaux
Aux herbes du talus dans une blanche ceinture.

Le soleil ascétique n’a pas assez de foi.
Une brume légère comme la fumée d’un cierge
S’élève vers le ciel, mais l’azur reste vierge,
Pur comme une nonnette qui refoule ses émois.

Une cloche au loin s’éveille et tinte, un peu mutine,
Les oiseaux noirs s’égaient, envol d’un escadron,
Ils coassent lugubres, au dessus des sillons
Comme ces moines à l’aurore qui viennent chanter matines.

La plaine est un couvent où les arbres tonsurés
Qui dominent la haie glacée dans le silence
Viennent rappeler au champ, par leur seule présence,
Au moins jusqu’au printemps son vœu de pauvreté. « Antoine LIVIC (Poète et écrivain français / Vers extraits de l’un de ses poèmes dans son recueil Chants d’écume suivi de fleurs fanées)