La neige au village …

 » Lente et calme, en grand silence,
Elle descend, se balance
Et flotte confusément,
Se balance dans le vide,
Voilant sur le ciel livide
L’église au clocher dormant.

Pas un soupir, pas un souffle,
Tout s’étouffe et s’emmitoufle
De silence recouvert…
C’est la paix froide et profonde
Qui se répand sur le monde,
La grande paix de l’hiver.  » Francis YARD (Poète et écrivain français)

Chopin & Delacroix …

« J’ai vraiment eu avec Chopin des tête-à-tête à perte de vue parce que je l’ai vraiment beaucoup apprécié que ce soit le musicien, le pianiste, un homme d’une grande distinction, d’une distinction rare et c’est l’artiste le plus vrai qu’il m’a été donné de rencontrer. Il est vraiment de ceux, en petit nombre, que l’on peut admirer. » Eugène DELACROIX ( Peintre français )

Frédéric Chopin et Eugène Delacroix furent très amis. Ils se trouvaient énormément de points communs : même sorte d’élégance, même côté très réservé avec une apparence qui pouvait sembler froide et derrière laquelle en réalité il y avait, chez les deux, beaucoup de sensibilité exacerbée, d’émotivité, de subtilité.

Amicalement parlant, on peut vraiment dire que ces deux-là ce sont beaucoup aimés. Ils discutaient durant des heures sur leur art respectif, sur les moyens dont ils disposaient chacun que ce soit dans la peinture ou dans la musique. Ils ont réellement été à l’écoute l’un de l’autre, ce qui, parait-il, avait le don d’agacer considérablement George Sand et ce même s’il elle appréciait beaucoup Delacroix.

Dans son journal, Delacroix parle de son amitié pour Chopin. Il explique que ce dernier ne l’aimait pas particulièrement en tant que peintre car il préférait Ingres, mais qu’il estimait énormément l’homme Delacroix envers lequel il avait du respect et qui savait lui parler comme personne de ses profonds ressentis vis-à-vis de l’art.

Delacroix, quant à lui, il avouait que ses préférences se portaient sur Mozart, mais que lui aussi avait une grande affection pour Chopin en tant qu’homme, et que surtout, il ne se lassait pas d’écouter le merveilleux pianiste qu’il était, ce pianiste et sa célèbre note bleue , laquelle n’était pas une note particulière mais devenait la plus brillante et sortait, puissante et poétique, à un moment précis de son interprétation. Finalement, il pensait  que Chopin avait bien plus de points communs avec Mozart que l’on ne pourrait se l’imaginer.

Lorsque Delacroix ne comprenait pas la logique de la musique, il confiait que Chopin se mettait alors au piano et tentait de la lui expliquer en jouant …. «  Cela valait bien toute l’esthétique picturale  » disait-il.

Leur amitié va durer jusqu’à la mort du compositeur polonais. On pourrait même dire au-delà de la mort compte tenu du fait que Delacroix – et les autres membres d’un comité à savoir : Auguste Franchomme (violoncelliste), Teofil Antoni Kwiakowski (peintre), Camille Pleyel (musicien et fondateur de la célèbre salle) et Jane Stirling (son élève) – va se démener afin de réunir les fonds nécessaires  qui permettront d’offrir à son ami la sépulture qu’il méritait d’avoir et qui se trouve au Père Lachaise à Paris.

Le monument a été réalisé par le gendre de George SAND : Auguste CLESINGER. La statue du haut représente Euterpe, muse de la musique. Sur le médaillon ovale, on peut y voir le visage de CHOPIN (d’après un moulage après sa mort). Il porte l’inscription : Frédéric CHOPIN 17 octobre 1849. Le monument a été inauguré un an plus tard.

Delacroix également immortalisé Chopin en peinture avec sa compagne George Sand. Il les invitera, tous deux, en 1838, dans son atelier, Rue des Marais sur la rive gauche à Paris. Chopin était assis devant son piano Pleyel , Sand l’écoutait, une cigarette à la main. Ce tableau est resté dans l’atelier de Delacroix jusqu’en 1874. Puis, un jour, une main inconnue  ( on suppose que cela s’est fait entre 1865 et 1874 ) va le couper en deux . Depuis lors le fragment  Chopin est au musée du Louvre et celui de Sand au musée Ordrupgaard à Copenhague.

Tableau représentant Frédéric CHOPIN et George SAND, tel que DELACROIX l’a peint en 1838.
Fragment du tableau qui se trouve au musée du Louvre et représentant Frédéric CHOPIN par Eugène DELACROIX
Fragment du tableau qui se trouve au musée Ordrupgaard de Copenhague et représentant George SAND par Eugène DELACROIX