Carlo BROSCHI dit Farinelli …

Vidéo : Stefano DIONISI dans le rôle de FARINELLI – Film de Gérard CORBIAU en 1994 – Enrico LOVERSO interprète Riccardo BROSCHI le frère du castrat.   » Ombra fedele anch’io  » est une aria extraite de l’opéra IDASPE composé par Riccardo. – La direction musicale est assurée par le chef Christophe ROUSSET

Pour s’approcher au plus près de la voix de ce célèbre castrat, le réalisateur Gérard Corbiau, a fait appel à des techniques assez sophistiquées en unissant, à l’IRCAM, la voix d’un contre-ténor en la personne de Derek Lee Ragin , à celle d’une soprano à savoir Ewa Malas-Godlewska. C’est le chef Christophe Rousset et son ensemble Les Talens lyriques qui ont enregistré la musique du film.

FARINELLI EN 1735
Carlo BROSCHI dit FARINELLI

«  Il touche toutes les cordes, quelquefois dans le même air, avec une agilité surprenante et la voix dite  » de petto  » ( de poitrine ) est aussi forte en lui et aussi variée que celle dite  » de testa  » ( de tête ) est savante et harmonieuse.  » Antonio SCHINELLA CONTI ( Abbé CONTI – Philosophe italien)

 » De tous les chanteurs qui existent, on ne peut en citer aucun qui, par son habileté à vocaliser et par la beauté de sa voix, puisse rivaliser avec Farinelli. Il parcourt, avec une même facilité, une extension de 23 notes, soit 3 octaves environ, et personne ne se rappelle avoir écouter quelque chose qui puisse s’y comparer. Les gens sont convaincus qu’il a été protégé par la vierge Marie pour laquelle sa mère professait une extraordinaire dévotion. » Jean Georges  KEYSSLER ( Voyageur allemand)

Carlo Broschi est né en 1705  à Andria (province de Bari -Italie ) dans une famille de la petite noblesse. Il a un frère, Riccardo né en 1698, et une sœur Dorotéa née en 1701.

Bien des familles ont souhaité faire castrer leur fils lorsqu’ils s’apercevaient qu’il avait une belle voix, parce qu’avant toute chose, une somme d’argent non négligeable leur était attribuée . Toutefois ce n’est pas cette raison qui poussera le père de Carlo à vouloir que son fils soit un jour castré, mais ses capacités vocales incroyables. Il voyait en lui un prodige et pensait que, doté de ce don si particulier ( qu’il souhaitait lui faire conserver) il aurait toutes les chances de faire une grande carrière. En cela il ne s’est pas trompé. Il le fera donc opérer à l’âge de 9 ans.

Ce fut, semble t-il, très difficile pour Carlo de supporter tout ce que cette opération, déjà très douloureuse , allait avoir pour autres conséquences : quitter sa ville natale, sa famille aimée, partir vers l’inconnu et ce même si son père avait quelque peu anticipé les choses en préparant son arrivée à Naples auprès de ses connaissances, afin qu’il puisse étudier dans de bonnes conditions.

Parmi les familles influentes qui vont l’approcher, il y aura celle des Farina ( d’où le nom Farinelli) laquelle mettra à sa disposition un professeur que bien des personnes voudront un jour avoir, un pur produit de l’école napolitaine : le compositeur Nicolo Porpora.

NICOLO PORPORA
Nicolo PORPORA

Ce dernier a été très heureux d’avoir un jeune élève aussi doué. Tous deux se sont bien entendus et lorsque Carlo a perdu son père à l’âge de 12 ans, Porpora représentera la figure paternelle qu’il n’avait plus.

L’essentiel des leçons était de savoir se concentrer sur le souffle et le développer, ce qui était assez difficile. Les formations duraient en général 7 à 10 ans car outre le fait qu’ils étaient doués pour le chant, les jeunes élèves bénéficiaient de cours de gestuelle, maintien, art dramatique, littérature ancienne . Farinelli le fera en 5 ans seulement. Il arrivait à répartir son souffle de façon inouïe et parfaite.

Il fut, par ailleurs, un très bon instrumentiste, jouant de la viole d’amour et du clavecin.

Première apparition sur scène à 15 ans en 1720 dans une oeuvre de Porpora ( Angelica et Medero) . Il  a très vite séduit par sa voix miraculeuse, capable de prouesses exceptionnelles,  et fut très demandé que ce soit dans les théâtres lyriques ou les Cours royales et princières. Il fit de très nombreux voyages et où qu’il aille, le public était en admiration à l’écoute de cette voix miraculeusement surprenante .

Vidéo :  » Le pie s’allontana  » Extrait de l’opéra Angelica et Medero de Nicola PORPORA – Interprété par le contre-ténor allemand Valer BARRA-SABADUS, accompagné par l’Ensemble CONCERTO KÖLN
(c) Royal College of Music; Supplied by The Public Catalogue Foundation
Carlo BROSCHI dit FARINELLI en 1734 – Bartolomeo NAZARI

A 25 ans il était déjà très riche, adulé mais il n’aura jamais vraiment confiance en lui, on le pensait même timide. Il s’étonnait d’ailleurs d’avoir autant de succès. Il était semble t-il bienveillant à l’égard des autres, et se gardait bien de s’exposer ou d’être à l’origine d’un quelconque débat.

Farinelli a traversé toute l’Italie : Rome, Venise, Milan, Vérone, Parme, Naples, Bologne, Vicenza etc… où il fera sensation dans les opéras de Porpora, Vivaldi, Vinci, Caldara, Ariosti, Veracini, Hasse, Giacomelli, Léo ou bien encore dans ceux de son frère Riccardo à qui l’on doit des arias merveilleuses. Ce succès ne s’arrêtera pas aux frontières de son pays mais se répandra également en Allemagne, France, Angleterre et Espagne et quel que soit le pays il a été acclamé, honoré, il a reçu beaucoup d’argent et des somptueux cadeaux.

Il a passé trois ans à Londres dans la troupe de l’Opéra de la Noblesse, laquelle était en conflit direct et concurrence avec celle du compositeur Georg Friedrich Haendel. Ce furent des années glorieuses car le public anglais l’a beaucoup apprécié. Comme d’autres castrats , il quittera l’Angleterre en 1737 lorsque l’opéra italien ne va plus plaire au public londonien.

En 1736 il fut reçu à la Cour de Louis XV à Versailles.

Vidéo:  » Son qual nave ch’agitata  » – Aria extraite de l’opéra ARTASERSE composé par son frère Riccardo BROSCHI en 1734 ( Images du film FARINELLI )

Farinelli a eu des amitiés sincères, durant sa carrière, comme le Comte Sicinio Pepoli l’un de ses protecteurs avec lequel il a échangé de très nombreuses correspondances, la Princesse Belmonte, la cantatrice Vittoria Tesi dite  » la Tesi  » , et surtout le poète et librettiste Métastase qu’il considérait comme  » son âme sœur, son jumeau  » avec lequel il entretiendra une amitié durant plus de 20 ans.

Avec les années, il sentira peser lourdement sur lui le vide et le poids de la solitude. Certes il était très proche de sa famille, de ses amis intimes, de ses protecteurs, mais à 30 ans il se rendra compte que, même fortement entouré, il était bien seul, sans compagne à ses côtés. C’est ce qui provoquera chez lui de fréquentes crises de mélancolie. Le grand drame de sa vie sera un mal affectif

Et puis un jour, à l’âge de 32 ans, et bien qu’il brillait au faîte de la gloire, il décide de quitter la scène. Il accepte un poste qui lui est proposé par l’épouse du roi d’Espagne à savoir Elisabeth Farnèse. Sa majesté Philippe V souffrait de dépression et la reine espérait que la voix enchanteresse  de Farinelli ( que le roi appréciait beaucoup ) saurait le guérir. Il va lui chanter toujours à peu près les mêmes arias, Et ça va marcher ! La thérapie fonctionne. Le roi fera du castrat son conseiller privé, presque un ministre !

FARINELLI CARLO BROSCHI par Corrado Giaquinto en 1755
Carlo BROSCHI dit FARINELLI en 1755 – Corrado GIAQUINTO – Derrière lui les monarques espagnols

Ce qui, au départ, ne devait être qu’une  » aide thérapeutique  » va durer de très longues années (20 ans) – Après la mort de Philippe V en 1746, l’histoire espagnole continuera puisque Farinelli occupera le poste de directeur artistique des théâtres de Madrid à la demande de Ferdinand VI qui succéda à son père.

Farinelli portant l'ordre de Calatrava, par Jacopo Amigoni, vers 1750-52.
Carlo BROSCHI dit FARINELLI  portant la croix de Calatrava qui symbolisait en quelque sorte sa position sociale d’aristocrate en Espagne – 1750 – Jacopo AMIGONI
FARINELLI JACOPO AMIGONI
Carlo BROSCHI dit FARINELLI – 1750/52 – Tableau du peintre Jacopo AMIGONI ( c’est grâce au castrat que Amigoni a pu devenir  » peintre à la Cour d’Espagne  » – On peut voir aussi Teresa Castellini qui fut une cantatrice à l’opéra de Madrid et derrière eux le poète et librettiste Métastase un grand ami de Farinelli. Il n’était pas en Espagne au moment de la réalisation du tableau mais Farinelli a tenu qu’il ait sa place auprès de lui.

Lorsque Charles III ( le fils de Philippe V et Elisabeth Farnèse sa deuxième épouse) sera placé sur le trône d’Espagne en 1759 , il partira car, malheureusement, le nouveau roi n’appréciait absolument pas les castrats.

C’est donc à Bologne qu’il retourne en 1760 dans une villa qu’il avait fait construire. Sa mère n’était plus de ce monde , son frère lui aussi était décédé peu de temps après l’avoir rejoint en Espagne.

Sa sœur avait fondé une famille. Elle était veuve et habitait Naples. Il avait deux neveux et quatre nièces. Cela aurait pu le rendre heureux mais se sentait terriblement seul, dépressif, en proie à une grande mélancolie, et ce malgré les nombreuses visites qu’on lui rendait : amis, musicologues, écrivains, compositeurs. Il reçut Gluck en 1763, rencontrera le jeune Mozart avec son père Léopold chez des amis.

Il va alors consacrer sa vie à la spiritualité et à la musique. Il sera un grand amateur de peinture et collectionneur avisé : non seulement des tableaux (l’inventaire dressé après sa mort en comptera 330 ) , mais également des instruments : des violons Stradivarius, des clavecins, des pianofortes qui lui furent offerts par la reine d’Espagne.  Il ne s’affichera pas et vivra de façon très discrète, en retrait et simple.

Un peu de soleil viendra illuminer sa vie lorsque le fils de sa soeur, Matteo, vint le voir à Bologne. Ce dernier tomba amoureux d’une jeune fille et de cet amour naquit la petite Maria Carlotta à laquelle s’attachera profondément Farinelli. Les années de fin de vie se poursuivront avec toujours cette lassitude et solitude qui le rongeaient d’autant que sa sœur et son plus fidèle ami Métastase décèderont eux aussi.

Farinelli s’éteint en 1782 à Bologne à l’âge de 77 ans . Ses funérailles furent célébrées en l’église de San Martino di Bertalia. Il sera enterré, au départ, dans la chapelle de l’église des capucins sur le Mont Calverio. Lorsque celle-ci sera détruite, sa petite nièce Carlotta Pisani-Broschi ( fille de Matteo) le fera transféré au cimetière de la Chartreuse en 1810. Elle avait acquis une sépulture où du reste elle repose elle aussi à ses côtés.

FARINELLII TOMBE

Comme il n’avait pas d’enfant, c’est Matteo Pisani, l’un de ses neveux,  qui fut nommé usufruitier de sa fortune à sa mort, laquelle était essentiellement constituée de tableaux , meubles, instruments de musique, partitions précieuses comme celles des Sonates de Scarlatti, somptueux cadeaux reçus durant sa carrière.

Malheureusement le neveu ne respectera pas la volonté de son oncle qui souhaitait que tout ce qui avait été attaché à sa vie, à sa carrière, et qui avait énormément d’importance pour lui soit préservé. Criblé de dettes, il vendra la villa en 1798, puis des tableaux. Le patrimoine fut éparpillé un peu partout dans le monde.

En 2006 Ses restes ont été exhumés à la demande d’un passionné d’opéra Alberto Bruschi pour des analyses effectuées par l’Université de Bologne et  visant à expliquer non seulement  les dons assez exceptionnels du chanteur, mais également la taille de sa bouche ou celle de sa cage thoracique. Une opération assez délicate compte tenu du fait qu’il y avait également auprès de lui, les ossements de sa petite nièce Carlotta.

Vidéo :  » Lascia ch’io pianga  » – Aria  ( Acte II ) extraite de l’opéra  » RINALDO  » de Georg Friedrich HAENDEL ( 1731 ) ( Images du film FARINELLI)

5 réflexions sur “Carlo BROSCHI dit Farinelli …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s