Ainsi donc tu t’en es allée …

 » Ainsi donc tu t’en es allée ;
Tu suivis, sans te retourner,
La pâle et jaunissante allée
Qu’Octobre allait découronner !

Je vis s’éloigner ta démarche,
Qui vers moi se hâtait jadis ;
Mes yeux, plus tristes à chaque arche
De rameaux déjà déverdis

Dont allait s’accroissant l’espace
Qui nous séparait pour toujours,
Admiraient cependant la grâce
De ton corps souple aux fins contours.

Ô doux corps de lait et de neige,
Toujours languissant et frileux,
Toujours priant qu’on le protège,
Doux corps d’albâtre lumineux,

Ô doux corps, digne du Corrège
Par l’exquise et molle lueur
Qui vêtait, comme un sortilège,
Sa grâce lente et sa blancheur !

Il s’éloignait hors de moi-même,
De mes bras déserts évadé,
Me laissant un front toujours blême
Un cœur toujours dépossédé.

Tu marchais la tête penchée ;
Le regret, peut-être, un instant,
De notre tendresse arrachée,
Ralentit ton pas hésitant ;

Et peut-être même une larme
Tremblait-elle en tes chers yeux bleus,
Au moment où mourait le charme
Dont nous aurions pu vivre heureux !

Ah ! peut-être un regard rapide,
Un seul, t’eût remise en mes bras,
Et rendue à mon cœur avide ;
Mais tu ne te détournas pas !

Tu marchais la tête penchée,
Sur le jaune et fauve tapis
Dont l’avenue était jonchée,
Sous les grands ormes assoupis ;

Je t’ai jusqu’au bout regardée
Dans la brume et dans le lointain,
Voyant ta forme dégradée
Flotter dans l’air plus incertain,

Jusqu’à l’âpre minute obscure,
Où, dernier adieu des adieux,
Le point d’or de ta chevelure
Mourut dans les pleurs de mes yeux. « Auguste ANGELLIER (Poète français-Extrait de son recueil Le chemin des saisons)

L’invitation au voyage de Roger SURAUD …

Roger SURAUD (1938-2016)

Roger Suraud est un peintre très talentueux, un maître dans la peinture dite philosophale. Un merveilleux metteur en scène qui offre des œuvres fortes, mystérieuses, insolites, surréalistes, spirituelles, symboliques, résultat de son questionnement méditatif sur la vie, l’homme, la création.

C’est à la fois démesuré mais très harmonieux . On sent qu’il a fait des études d’architecture (premier prix des Beaux Arts à deux reprises dans les années 50) tant ses toiles sont très bien construites niveau de la perspective.

Il est né en 1938 à Saint-Etienne. On peut dire qu’il est tombé dans la marmite de l’art à sa naissance compte tenu du fait que son père et son grand-père étaient tous deux sculpteurs. Lui va choisir, au départ, l’architecture avant de laisser la règle, le compas, le rapporteur et crayon pour se tourner vers le pinceau, la toile, et les tubes de peinture.

Il est décédé en 2016. Ses toiles ont eu (et continuent d’avoir) énormément de succès faisant de lui le chef de file de l’École philosophale de peinture. Ses tableaux aux décors (souvent baroques ) somptueux sont très prisés par les collectionneurs que ce soit en France ou à l’étranger.

Божественный лик Искусства / Роже Сюро. Обсуждение на LiveInternet -  Российский Сервис Онлайн-Дневников