Miroir et peinture …

 » Dans le De pictura, premier traité de peinture jamais écrit en Europe (1435), Léon Battista Alberti affirmait que Narcisse a été l’inventeur de la peinture. Comment le miroir (le plan d’eau parfaitement intact sur lequel s’est penché Narcisse en est l’évidente métaphore) ne serait-il pas essentiel ? Il l’est au point que la peinture et le miroir sont une unique chose.

 » Narcisse » 1598 LE CARAVAGE

Un peintre qui se regarde dans un miroir peut, s’il a lu l’ouvrage de Alberti, s’enorgueillir d’être pareil à Narcisse. Le miroir dans lequel un peintre doit nécessairement se regarder, jusqu’à l’invention de la photographie, serait-il différent de la surface de ce plan d’eau.

 » Autoportrait  » Girolamo Francesco Maria MAZZUOLI dit PARMIGIANINO  – » Pour enquêter sur les subtilités de la peinture, il commença son autoportrait à l’aide d’un miroir convexe de barbier ; il observa les curieuses déformations subies par les poutres du plafond et la fuite bizarre des portes et des éléments architecturaux reflétés dans la courbe du miroir. Par curiosité, il voulu reproduire ce qu’il voyait. Il fit faire autour une boule en bois qu’il divisa pour obtenir une demi-sphère de la même taille que le miroir, sur laquelle, avec grand talent, il représentait tout ce qu’il voyait dans le miroir, d’une manière si naturelle qu’on a peine à le croire.Comme tout ce qui se reflète dans un miroir convexe s’agrandit de près et diminue avec l’éloignement, il fit au premier plan sa main, un peu agrandie comme montrait le miroir, si belle qu’elle semble vraie. Francesco était très beau et avait un aspect si gracieux qu’il ressemblait plus à un ange qu’à un homme Son portrait sur cette demi-sphère avait une allure divine. Ce fut une réussite si heureuse que la peinture égalait la réalité. Tout y était : le brillant du verre, chaque reflet, les ombres et les lumières d’une vérité telle qu’on ne pouvait espérer mieux d’un talent humain. » Giorgio VASARI ( Peintre, architecte et écrivain italien – A propos de l’autoportrait de PARMIGIANINO
Tableau de Ralph HEDLEY

Léonard de Vinci n’en doute pas un instant, notant dans ses cahiers : «  la peinture est une surface unique tout comme le miroir. Elle est impalpable, car ce qui semble rond et détaché ne peut s’ entourer entre les mains ; ainsi du miroir. Miroir et peinture présentent les images des choses baignées de lumière et d’ombre. L’un et l’autre semblent se prolonger considérablement hors du plan de leur surface. » Il affirme encore : «  l’esprit du peintre sera comme le miroir qui toujours prend la couleur de la chose reflétée et contient autant d’images qu’il y a d’objets placés devant lui « .

Pendant des siècles, dans une Europe où la peinture a pour première raison d’être l’imitation, il est inconvenant de seulement douter qu’une peinture puisse ne pas être un miroir. Karen Van Mander dans son Livre des peintres, ne peut donc que citer les vers du poète gantois Lucas de Heere dont l’ode gravée dans la pierre a été mise en place dans la chapelle où dresse le polyptyque de Hubert et Jan Van Eyck : «  Tout s’anime et paraît sortir du cadre. ce sont des miroirs, oui des miroirs et non point des peintures ! » On sait donc à quoi s’en tenir. Et pendant des siècles, il fut hors de question de remettre en cause cette certitude. Jusqu’au jour où la photographie congédia le miroir.

Polyptyque ouvert / Hubert et Jan VAN EYCK (Deux frères. Le premier l’a commencé, le second l’a terminé lorsque son frère est décédé en 1426)
Polyptyque fermé – Hubert et Jan VAN EYCK

Le 5 juin 1888, Vincent Van Gogh écrit à Théo : ‘ Ce que dit Pissarro est vrai. Il faudrait hardiment exagérer les effets que produisent, par leur accord ou leur désaccord, les couleurs. C’est comme pour le dessin ( le dessin, la couleur juste) n’est peut être pas l’essentiel qu’il faut chercher. Car le reflet de la réalité dans le miroir, si c’était possible de le fixer avec couleur, ne serait aucunement un tableau, pas davantage qu’une photographie ».

Si le miroir a définitivement cessé d’être le critère de la métaphore de la peinture, il demeure néanmoins un outil important. Dès 1435, Alberti avait prévenu :  » il est remarquable que toute erreur de peinture est accusée dans le miroir. Ce qui est emprunté à la nature, doit donc être corrigé par le jugement du miroir« .

Plus de cinq siècles plus tard, Fernando Botero confiait : Je ne suis pas le premier peinture auquel un miroir soit nécessaire. On a commencé d’utiliser des miroirs dans les ateliers à la Renaissance. En regardant la toile que je suis en train de travailler dans le miroir, en regardant le reflet, je vois la toile inversée. Cette inversion-là est implacable. S’il y a une faute dans la composition de la toile, dans le rapport entre tel ou tel élément, elle le met en évidence. Reste à reprendre et à corriger. » ¨Pascal BONNAFOUX (Historien de l’art, professeur à Paris VIII)

 » Violon avec boule réfléchissante » Pieter CLAESZ
Tableau de Santiago RUSINOL

2 réflexions sur “Miroir et peinture …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s