Duo de chambre N.1 Op.8 :  » Chi d’amor tra le catene  » … Giovanni BONONCINI

( Vidéo : Duo interprété par Philippe JAROUSSKY (Contre-Ténor) & Emanuel CENCIC (Contre-Ténor) – Ils sont accompagnés par William CHRISTIE à la direction de l’Ensemble Les ARTS FLORISSANTS )

Giovanni Bononcini est un violoncelliste et compositeur italien de l’époque baroque. Il est né à Modène en 1670. Après des études musicales à Bologne, il deviendra membre de l’Académia Filarmonica, maître de chapelle à San Giovanni in Monte et compositeur de Cour. Il voyagera beaucoup, ses opéras, musiques de Chambre, messes, sinfonie, oratorios, cantates et autres  vont avoir énormément de succès et lui apporteront une solide réputation dans toute l’Europe.

Il sera appelé à Londres pour travailler comme directeur du King’s Theatre et compositeur de la Royal Academy dirigée par Haendel. Bon nombre de ses œuvres lyriques furent jouées dans la capitale anglaise et obtiendront un énorme succès, ce qui finira, bien qu’ils restèrent collègues, par amener des tensions et une rivalité certaine avec Haendel.  Il quittera définitivement l’Angleterre  pour se rendre à Paris , Lisbonne et Vienne.

Où qu’il aille, son talent et la beauté de ses partitions seront récompensés par le triomphe que lui fera le public…. Et pourtant un jour il tombera dans l’oubli.  Il est mort à Vienne en 1747.

Ce sublime et poignant duo de Chambre date de 1691 et il fait partie des duos baroques qui sont très rarement interprétés . William Christie a eu l’excellente idée de réunir les voix superbes de ces deux contre-ténors pour nous en offrir quelques-uns de différents compositeurs, dont celui-ci.

 

Diego & Frida …

藝術中的永恆愛情:十四件令我們心跳加速的作品| Christie's
 » Diego et Frida  » – Frida KAHLO

Leur art a été largement  » nourri  » non seulement par l’amour passion qu’ils se sont portés en tant que couple, mais par celui partagé pour l’histoire de leur pays, leur même sentiment nationaliste, leur identité mexicaine. Une relation fusionnelle, tumultueuse, volcanique, chaotique, violente parfois portée par une incroyable foi en l’art, cet art dans lequel sont omniprésents tous ces ressentis . Lui sera fortement attaché à des fresques murales  ( mais des tableaux de chevalet, des dessins et des lithographies aussi ) dans lesquelles son pays et ses convictions politiques révolutionnaires sont fortement représentés, elle traduit dans sa peinture et de façon intimiste, les souffrances de son âme, de sa chair  et de son corps meurtri.

Elle le  rencontre une première fois à l’âge de 15 ans lors d’une visite à  l’université de Mexico où elle souhaitait faire des études de médecine. Il peint une fresque, elle tombe sous son charme.  Souffrant d’une poliomyélite depuis l’enfance, elle voit sa vie basculer lors d’un accident : le bus, dans lequel elle a pris place, est percuté par un tramway. Son corps est transpercé par une barre de fer. Elle a de nombreuses fractures au bassin, à la colonne vertébrale et aux jambes.  A partir de là, de nombreuses opérations , le port d’un corset, et la souffrance vont  l’habiter à jamais.

The Broken Column by Frida Kahlo | Obelisk Art History
 » La colonne brisée  » Frida KAHLO
KAHLO L'arbre de l'espoir
 » L’arbre de l’espoir  »  Frida KAHLO

C’est à cette époque que la peinture entre dans sa vie : clouée au lit, chevalet spécial posé au-dessus de son lit compte tenu qu’elle ne peut s’asseoir, elle réalise des auto-portraits saisissants dans lesquels elle raconte sa vie et ses douleurs  .

Cinq ans plus tard, en 1927, c’est une femme au corps meurtri  qui le retrouve et l’interpelle alors qu’il travaille, pour qu’il lui donne son avis sur ses propres dessins. C’est le début de leur histoire. Le mariage a lieu deux ans plus tard. Le père de la mariée dira que c’est l’union d’un éléphant et d’une colombe ! Il a 20 ans de plus qu’elle et une solide réputation d’homme volage.

Viva la Vida: в Манеже пройдет выставка Фриды Кало и Диего Риверы / Новости  города / Сайт Москвы
Frida et Diego le jour de leur mariage

Tous deux vont avoir la passion commune de leur art. Rivera est  un peintre complètement immergé dans la culture mexicaine pré-coloniale, la politique de son pays, ses racines. Frida fait de sa peinture un journal intime où elle se raconte. Elle partage les mêmes idées que lui, porte désormais des costumes traditionnels.Ils sont dotés d’un imaginaire éclatant et débordant , ont le  même goût de la liberté, les mêmes idées au sujet de la couleur ( souvent violente) .  Leur cheminement artistique, leur travail individuel et original ne peuvent être dissociés. Ils sont deux mais ne font qu’un, sont indissociables l’un de l’autre et c’est ensemble qu’ils sont entrés dans la légende.

« Épopée du peuple mexicain » au Palais national de Mexico / Diego RIVERA
Diego Rivera. Agrarian Leader Zapata. 1931 | MoMA
 » Zapata  » Diego RIVERA
Vendedora de Flores (Flower Vendor) by Diego Rivera
 » Le vendeur de fleurs  » Diego RIVERA

Ils travailleront dans deux ateliers séparés situés  dans la même maison : grand et rose pour lui, bleu et petit pour elle. Leurs univers artistiques sont différents mais complémentaires et animés par un fort sentiment se vie pourrait-on dire.

Bien qu’il l’aime et affirme haut et fort que «  Frida a été l’évènement le plus important de ma vie  » , il aura de nombreuses maîtresses, ce dont elle souffrira beaucoup  car elle lui vouera un amour passionnel.  Elle ne pourra jamais ( de par son accident) avoir d’enfant et multipliera les fausses couches. Elle finira par avoir  des amants (hommes et femmes- Trotsky en fera partie ) , ils divorceront en 1939,  mais ne pouvant se passer l’un de l’autre,  se remarieront en 1940 . A partir de là, plus question de tromperie, plus de relations sexuelles, juste un couple incroyablement soudé dans leur vie et dans leur art : plus elle tombe malade et doit subir de nombreuses interventions chirurgicales, et plus il peint pour assumer les frais médicaux, des toiles où elle apparaît souvent.

Leur union fusionnelle de couple et d’artistes s’arrêtera à la mort de Frida en 1954. Il en sera terriblement éprouvé et la suivra trois ans plus tard. Elle restera une icône nationale mexicaine  et lui un peintre-muraliste très célèbre dans son pays.