Victor & Juliette …

HUGO Victor
Victor HUGO par Achille DEVERIA (Illustrateur, peintre français) en 1820

Julienne Joséphine Gauvain, dite Juliette Drouet, est née à Fougères en Ile-et-Vilaine en 1806. Ses parents décèdent tous deux alors qu’elle est encore bébé. On la place d’abord dans un couvent pour qu’elle y soit élevée, puis elle sera prise en charge par son oncle paternel René Henri Drouet. C’est une fort belle jeune fille qui , à l’âge de 19 ans,  devient le modèle et la maîtresse du sculpteur James Pradier dont elle aura une fille, Claire. C’est lui qui va l’orienter vers le théâtre et le métier de comédienne. Elle ne lui sera pas très fidèle, préférant et de loin, collectionner de nombreux amants assez fortunés.

En 1833, lors d’une représentations de Lucrèce Borgia, elle rencontre Victor Hugo, écrivain, une personnalité très en vue dans le monde littéraire, politique et théâtral. Elle a 25 ans.  C’est le coup de foudre passionnel réciproque.

DROUET Juliette
Juliette DROUET en 1832

Victor est marié à Adèle Foucher avec laquelle il a eu 5 enfants.Adèle est la maîtresse du critique et écrivain Sainte-Beuve. Si elle a accepté d’autres femmes dans la vie de son mari, elle ne supportera pas Juliette. Elle interviendra même auprès du directeur du théâtre, afin qu’il ne lui donne pas le rôle principal dans Ruy Blas comme son mari entendait le faire. Lorsqu’il sera mis au courant de la chose, Victor ne fit rien pour défendre sa maîtresse et l’imposer.

HUGO Adèle épouse de Victor
Adèle FOUCHER épouse de Victor HUGO ( Tableau de Louis BENJAMIN )

Juliette devient sa maîtresse dix jours après leur rencontre, son ombre. Il est possessif, jaloux, exigeant et souhaite qu’elle ne s’occupe que de lui . Pour lui elle abandonne sa carrière, ainsi qu’ un prince russe qui l’entretenait et la faisait vivre dans le luxe. Victor l’installe dans un modeste appartement sans confort  de la rue Sainte-Anastase où il l’enferme, pour ne pas dire où il la séquestre : elle ne doit pas sortir sans lui, ne doit recevoir personne lorsqu’il n’est pas là,  et doit lui écrire plusieurs fois par jour. Elle accepte tout, passe ses journées à l’attendre, emportée dans cette liaison de passion dévorante.

«  La perspective d’être un mois ou deux sans te voir, ou si peu, que ce sera comme une goutte d’eau sur une plaque de fer rouge tout de suite absorbée, tout cela m’attriste outre mesure. Je te promets pourtant, mon bon petit homme, de faire tous mes efforts pour te cacher mon chagrin. Car je sais que tu ne peux pas, sans de grands inconvénients, t’occuper de moi quand tu travailles sérieusement  » J.D.

 » Vous avez été bien bon et ravissant en faisant une apparition dans mon désert. C’est un morceau de sucre qui me fera prendre en douceur la médecine amère de cette journée. » J.D.

Elle lui sera fidèle durant les 50 ans de leur liaison : dévouée, admirative,  douce, réconfortante, protectrice, amante éperdue au départ, compagne par la suite, se contentant de ce qu’il voudra bien lui accorder, bienveillante et aimante pour les enfants de Victor, et deviendra une grand-mère pour ses petits-enfants Georges et Jeanne .

Leur correspondance comprend plus de 22.000 lettres ( 23.000 diront certains ) ! Les lettres de Juliette sont enflammées, taquines, pleines de tendresse ou d’incompréhension, celles de Victor tellement bien rédigées qu’elle en perd la tête en les lisant !  Ils se donnent des surnoms : elle sera sa Juju et lui son Toto.

« si vous avez du génie, moi j’ai de l’amour et pour seule ambition d’être aimée de vous.Nous faisons, chacun de notre côté, notre petit travail. Toi tu composes un chef-d’œuvre, mois je t’aime. Il me semble, toute modestie mise à part, que mon œuvre n’est pas inférieure à la vôtre.  » J.D

« Cher adoré bien-aimé, ta lettre a toutes les senteurs du paradis et tout l’éclat des astres. J’en ai l’enivrement et l’éblouissement comme si je respirais ton âme en pleine lumière...  » J.D.

Certes Victor est fou amoureux, mais pour autant il est infidèle à Juliette et elle pardonne à chaque fois, y compris lorsqu’il couchera avec sa servante Blanche. Elle le quittera cinq jours, puis reviendra …. Elle a pour lui une oreille bienveillante, sait le rassurer, l’apaiser, lui trouve toutes les excuses pour pardonner ses fautes.  Lorsque sa fille Claire décède en 1846 , c’est l’écrivain qui assistera aux obsèques, auprès de James Pradier, parce qu’elle est trop effondrée pour le faire. Réciproquement, elle sera d’un grand soutien lorsque Hugo perdra sa fille Léopoldine.

Elle le suivra dans son exil durant dix-neuf ans. C’est elle qui s’occupa de leur départ et l’installation à Jersey puis à Guernesey. Ils ne partageront pas la même maison, mais elle s’installe non loin de lui. Ils passent des moments privilégiés, paisibles. Elle sera à son écoute, présente à ses côtés à la mort d’Adèle. Victor finira par faire accepter sa compagne à ses enfants. Juliette sera même invitée en 1864 pour les fêtes de Noël.

« Quand deux cœurs en s’aimant ont doucement vieilli
Oh ! quel bonheur profond, intime, recueilli !
Amour ! hymen d’en haut ! ô pur lien des âmes !
Il garde ses rayons même en perdant ses flammes.
Ces deux cœurs qu’il a pris jadis n’en font plus qu’un.
Il fait, des souvenirs de leur passé commun,
L’impossibilité de vivre l’un sans l’autre.
– Chérie, n’est-ce pas ? cette vie est la nôtre !
Il a la paix du soir avec l’éclat du jour,
Et devient l’amitié tout en restant l’amour !  » Poème de Victor HUGO / Extrait de son recueil Toute la lyre )

Victor Hugo, French novelist, in exile in Guernsey, 1866.
Victor Hugo au centre, ses enfants, ses petits-enfants et à sa gauche Juliette

Elle est décédée en mai 1883 et inhumée auprès de sa fille à Saint-Mandé. Victor Hugo n’assistera pas à ses obsèques. Sur sa tombe sont gravés  des vers qu’il lui avait écrits de nombreuses années auparavant :  » Quand je ne serai plus qu’une cendre glacée, quand mes yeux fatigués seront fermés au jour, dis-toi, si dans ton cœur ma mémoire est fixée, le monde a sa pensée, moi j’avais son amour ….  » Victor Hugo meurt deux ans plus tard.

Saint Mandé (94) tombeau de Juliette Drouet dans le petit … | Flickr

 

7 réflexions sur “Victor & Juliette …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s