Comment peut-il faire aussi chaud …

» Comment peut-il faire aussi chaud ?
rien ne saurait nous rafraîchir,
nous nous sentons tout mous dans l’eau :
s’y baigner ? A peine un plaisir !

Le sable est brûlant sous nos pieds,
on n’y peut marcher qu’en sandales !
Les touristes sont si outrés
que certains crient même au scandale !

Mais avoir chaud, c’est naturel
à la mi-août dans le Midi !
Regardez donc les hirondelles
qui zèbrent le ciel sans souci …  » Vette de FONCLARE ( Poétesse française – Vers extraits du  Poème Août )

PLAGE Peter ADDERLEY
Tableau : Peter ADDERLEY

Aria :  » O quante volte  » … Vincenzo BELLINI

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette aria est issue du Ier acte/4e scène de l’opéra de Vincenzo Bellini Les Capulet et les Montaigu, qui fut créé en 1830 à la Fenice de Venise puis en version française trois ans plus tard au Théâtre Italien de Paris.

Le livret est de Felice Romani d’après une Nouvelle de Matteo Bandello datant du XVIe siècle et une pièce de théâtre de Luigi Scola en 1818. Bien que l’histoire soit celle de Romeo et Juliette, cette œuvre lyrique, au demeurant passionnante, intensément dramatique et puissante, n’est absolument pas une version musicale de la pièce de Shakespeare.

A cette époque Bellini se remettait doucement de l’échec de son dernier opéra Zaïra qui avait été créé un an plus tôt à Parme. La Fenice, à Venise,  le pressait d’écrire un nouvel ouvrage et lui souhaitait vivement pouvoir reconquérir le public. Donc il va utiliser une méthode qui se faisait couramment à l’époque à savoir reprendre des éléments d’autres de ses pièces et notamment, dans ce cas, ceux provenant de Zaïra.

C’est ainsi qu’cette sublime aria proposée ce jour, faisait partie de son premier opéra Adelson et Salvini en 1825. En un peu plus d’un mois, l’opéra était prêt pour la Fenice.

( Vidéo : Au vocal : Natalie DESSAY / Accompagnement musical par l’ensemble CONCERTO KÖLN dirigé par Evelino PIDO )