La pipe …

 » Je suis la pipe d’un auteur ;
On voit, à contempler ma mine
D’Abyssinienne ou de Cafrine,
Que mon maître est un grand fumeur.

Quand il est comblé de douleur,
Je fume comme la chaumine
Où se prépare la cuisine
Pour le retour du laboureur.

J’enlace et je berce son âme
Dans le réseau mobile et bleu
Qui monte de ma bouche en feu,

Et je roule un puissant dictame
Qui charme son cœur et guérit
De ses fatigues son esprit.  » Charles BAUDELAIRE ( Poète français – Extrait de son recueil Les Fleurs du Mal)

Smoking pipe with black background

Pas de Deux : ONDINE …

Ondine est un récit féerique publié en 1811, né de la plume de l’écrivain allemand, ami de Schiller et de Goethe : Friedrich Heinrich Karl de la Motte Fouqué.

Le premier ballet qui s’en soit inspiré, et a repris ce thème, fut celui créé par Jules Perrot en 1843,  tout spécialement pour la danseuse Fanny Cerrito, sur une musique de Cesare Pugni à Londres. Le public en ressorti complètement émerveillé, notamment par l’abondance des effets spéciaux utilisés à l’époque et les décors magnifiques confiés à William Grieve.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

CIS:S.101-1986
Fanny CERRITO dans Ondine

Version LACOTTE / VAZIEV :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(Vidéo : Ondine/Version Pierre LACOTTE/Makhar VAZIEV avec Evgenia OBRAZTSOVA et Vladimir SHKLYAROV )

Pierre Lacotte, autrefois danseur, est, on le sait, un éminent spécialiste des ballets perdus et oubliés. Il a à cœur de les reconstruire à partir de documents d’époque, de recherches, de rencontres, de témoignages lorsque cela se peut, et il le fait réellement avec minutie, passion, rigueur. Ondine est le fruit de quatre années de travail approfondi.

C’est Makhar Vaziev, danseur et chorégraphe russe, directeur du ballet du Mariinsky puis du Bolchoi, qui lui a demandé de remonter Ondine en 2006 : l’histoire d’amour d’une naïade amoureuse d’un mortel, un pêcheur nommé Mattéo, et déjà engagé auprès d’une autre.

Sa version est tout à fait charmante, délicieuse, séduisante, pleine de charme, de romantisme, avec une danse brillante, techniquement exigeante, en variations difficiles. Il y a de l’originalité, du mystérieux, des Pas de Deux magnifiques, dramatiques, passionnés, de la beauté, de la fluidité, de la grâce et une certaine forme de sérénité.

(Vidéo : Ondine/Version Pierre LACOTTE/Makhar VAZIEV avec Evgenia OBRAZTSOVA et Vladimir SHKLYAROV )