Frédéric CHOPIN & Jean-Yves CLÉMENT : Poésies en Nocturnes …

 

 » Les Nocturnes de Chopin ne chantent pas la nuit, ils chantent le silence de l’âme quand celle-ci se replient sur elle-même. « Jean-Yves Clément ( Musicien, essayiste, poète, organisateur et directeur artistique de festivals, notamment celui de Nohant-Chopin  chez George Sand, mais aussi celui des Lisztomanias à Châteauroux entre autres)

Les Nocturnes  de Chopin c’est un peu l’opéra ou le bel canto au piano, des impressions notées sur partition pour traduire ses ressentis, la musique de ses états d’âme. Lui-même dira qu’ils furent composés pour  » être interprétés avec l’âme et l’art du ressenti. »

Il ne fut pas l’inventeur du genre. C’est l’irlandais John Field qui le fut ( en apposant ce nom dans une publication datant de 1814/15) mais on peut dire que Chopin lui a redonné toutes lettres de noblesse. Il en a composé 21 dont 18 furent édités de son vivant ( sauf   le N.1 de l’OP 72 qui le sera en 1855 bien que chronologiquement il apparaisse comme étant le 1er puisqu’il fut écrit en 1827).

Mis à part Chopin, d’autres grands compositeurs ont non seulement écrit des Nocturnes, mais ont largement défendu ce genre ( Schumann et Liszt notamment)

Ce sont des pièces qui peuvent se révéler mélancoliques, nostalgiques, passionnées, graves, sages, heureuses, désespérées, poétiques. Elles portent en elles toute la subtilité intimiste , le lyrisme et l’expressivité de ce merveilleux compositeur.

Jean-Yves Clément n’a pas seulement aimé infiniment Chopin, il l’a écouté longuement, joué souvent et a écrit sur lui non seulement des essais biographiques mais des petits superbes dédiés aux Nocturnes, rassemblés dans un petit livret paru aux Editions Le Cherche Midi et qui s’intitule «  Les Nuits de l’âme  » .

Quelques exemples réunissant ces pièces et la poésie  :

Nocturne OP.9 N°2 : Maria JOAO PIRES au piano :

«  Tendresse dansée pure romance

Ourle son fil sur son jour

Insouciante pour s’alanguir

aux bras du ciel  » Jean-Yves CLÉMENT

 

Nocturne OP.15 N°3 : Claudio ARRAU au piano :

«  Mystère de nos ombres lasses et fuyantes

de leur course haletante émerge grave

la paix d’un dieu et l’énigme insatiable

de la question sans réponse  » Jean-Yves CLÉMENT

 

Nocturne Op.27 N.1 –: Arthur RUBINSTEIN au piano

 » Grondent les fonds d’effroi sous les pas désolés de l’ange,

s’élèvent les gouffres d’argent au triomphe de la douleur,

quand crevant la voûte noire revient l’oracle apaisé

au soir bleuté » Jean-Yves CLÉMENT

Nocturne Op.32 N.1 : Grigory SOKOLOV au piano :

 » Aveu badin sur un air de rien

creux au bois battant qui se suspend

quand résonne lourd au plus loin

le glas sourd  » Jean-Yves CLÉMENT

 

Nocturne OP.37 N.2 : Arthur RUBINSTEIN au piano :

«  Bienheureux flots 

Soleils aux changeantes couleurs

Un timonier protège de son chant sacré

vos calmes émois

Volupté irradiante au rêve pacifiant  » Jean-Yves CLÉMENT

 

Nocturne OP 48 N.1 : Martha ARGERICH au piano

«  Nuit du ciel

âme en marche reposée en soi

alors que bruissent les siècles

déployée en mille vertiges

mouvante comme le pouls du monde

surgit la paix noire  » Jean-Yves CLÉMENT

 

Nocturne OP. 55 N.2 : Maurizio POLLINI au piano

«  Jaillies du puits

des voix multiples enlacées d’amour

comme des serpents d’âme

s’envolent deux flammes d’air et d’eau

vers le très haut  » Jean-Yves CLÉMENT

 

Nocturne OP 62  N.1 : Daniil TRIFONOV au piano

 » Il est des soirs

où se dévide l’âme des fils des songes

que la vie a tissés

arachnéenne sœur fileuse de rêves

au cœur du grand esprit  » Jean-Yves CLÉMENT