Pourquoi lisez-vous ?

 » Alors, pourquoi lisez-vous?
Par goût d’abord, et puis parce que ça me manque autant de ne pas lire que de ne pas fumer, et aussi pour me connaître moi-même. Quand je lis, on dirait que seuls mes yeux suivent les lignes, mais, de temps à autre, je tombe sur un passage, quelquefois une simple phrase, qui m’offre une signification précise et qui devient partie intégrante de moi-même. J’ai tiré alors du livre tout ce qu’il peut me donner et je n’en sortirais pas davantage si je le lisais une douzaine de fois. Nous sommes comme un bouton de fleur ; la plus grande partie de nos lectures glisse sur nous, mais certaines choses, au sens plus profond, ouvrent un pétale. Un à un, les pétales s’épanouissent, et, enfin, la fleur se forme. » William Somerset MAUGHAM ( Romancier anglais, nouvelliste, dramaturge – Extrait de son livre Servitude humaine/1915)

SOMERSET MAUGHAM
William Somerset MAUGHAN 1874/1965

 

Un message de l’amour …

 » Lawrence Alma-Tadema place ses deux protagonistes dans une villa romaine en bord de mer. Pline le Jeune décrit ses villas, à l’architecture inventée par les romains, disséminées tout au long de la côte méditerranéenne. Les jeunes femmes prennent l’air dans l‘altana, terrasse couverte au dernier étage de la demeure. De ce point de vue élevé, elle surplombent le golfe et peuvent apercevoir la mer que l’on devine à l’extrême gauche . A droite, en angle droit suivant un principe habituel à l’artiste pour resserrer l’espace autour des deux femmes, apparaît la partie supérieure et le couvrement d’une salle voûtée appartenant à un autre édifice.

Alma-Tadema produit ici des détails architecturaux de sa propre demeure au 44 Grove End Road, dans le quartier de Saint John’sWood à Londres. Entre 1883 et 1886, il y avait fait faire des travaux somptueux pour que l’architecture extérieure prenne l’aspect d’une villa romaine. L’édifice de droite est une reprise de son studio, bâtiment indépendant de plan carré, dont les voûtes en plein cintre étaient recouvertes de plaques d’aluminium peint pour aider à la réflexion de la lumière. On reconnaît aussi la baie thermale, la caractéristique crête du couvrement et de l’encadrement de la porte.

Cette altana est d’une richesse inhabituelle pour une telle pièce ; Alma-Tadema s’y complaît dans les anachronismes et les invraisemblables. Le somptueux décor de marbre polychrome n’est certainement pas conforme aux impératifs de l’architecture. On aura reconnu, la fameuse banquette, agrandie pour l’occasion, sur laquelle est jetée une sorte de fourrure blanche en forme de peau d’ours, reprise évidente de celle qui apparaît sur une photo du hall d’entrée de sa maison. Dans sa niche dorée, éclairée par une lampe à huile, un bouquet d’anémones à ses pieds, Vénus veille sur l’envoi de son fils.

Les jeunes femmes ont toujours le même type de vêtements dont les couleurs s’harmonisent délicatement avec les marbres. Comme très souvent, l’une a les cheveux bruns et l’autre châtain blond. Le collier d’ambre rappelle la précision archéologique des débuts de carrière de l’artiste. Un amoureux a donc réussi à jeter un bouquet de fleurs accroché à un rouleau de papyrus. Tandis que la jeune femme blonde sent délicatement le bouquet, la brune s’est levée pour chercher à reconnaître le messager.

Trente ans plus tôt, Alma-Tadema avait déjà peint un Message de l’amour, mais c’était une jeune femme qui, d’une fenêtre, envoyait un bouquet. En 1909, au soir de la carrière de l’artiste, on reconnaît la place de plus en plus importante que prend le traitement raffiné de la couleur. Directement commandée par le marchand américain Roland Knoedler, propriété successive de deux hommes d’affaires remarquables, l’œuvre est parfaitement adapté à un certain goût cultivé et délicat de l’Amérique à l’époque. » Véronique GÉRARD-POWELL ( Maître de conférences et agrégée en Histoire de l’art, professeur en Art européen et Histoire des collections à l’Université de Paris-Sorbonne)

MESSAGE DE L AMOUR Lawrence ALMA TADEMA
 » Un message de l’amour  » 1909 – Lawrence ALMA-TADEMA

Lawrence Alma-Tadema est un éminent et prolifique peintre anglais d’origine néerlandaise. Bien qu’il fut un talentueux portraitiste et décorateur, son œuvre est largement tournée vers l’Antiquité gréco-romaine, c’est un genre qui plaisait beaucoup à son époque et surtout qui entrait parfaitement dans l’esprit de la Royal Academy dont il fut membre  durant quelques années. Son nom fut oublié parce que n’étant plus du goût des générations qui viendront après lui, puis redécouvert et placé, à nouveau, sur le devant de la scène, par les amateurs et collectionneurs de toiles abordant le genre un peu péplum.

LAWRENCE ALMA TADEMA
Lawrence ALMA-TADEMA 1836/1912