Réverbère …

 » Hibou, combien de fois tes cris funèbres ne m’ont-ils pas fait tressaillir dans l’ombre de la nuit ! Triste et solitaire, comme toi j’errais dans cette capitale immense. La lueur des réverbères, tranchant les ombres, ne les détruit pas. Elles les rend plus saillantes : c’est le clair-obscur des grands peintres. J’errai seul pour connaître l’homme. Que de choses à voir lorsque tous les yeux sont fermés !  » Nicolas RESTIF DE LA BRETONNE ( Écrivain français – Extraits de son ouvrage Les nuits de Paris 1788/89)

REVERBERE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s