Street Art … par Julien de CASABIANCA

 » Mon histoire est une histoire de prince charmant. J’étais au Louvre et dans un coin il  y avait une princesse abandonnée sur un mur que personne ne regardait. Dans un musée, il y a des blockbusters. Tout le monde se précipite vers des tableaux comme le Joconde par exemple, mais ils ne voient plus les autres. Ils courent vers des trucs essentiels, spectaculaires. Et l’impact sur la France de cette pauvre fille semble limité. C’est là que le prince charmant intervient. Je l’ai prise en photo. Je l’ai imprimée en grand, découpée de son paysage et je l’ai placardée dans la rue. Je l’ai libérée de son château. Techniquement, pas besoin d’un savoir-faire : il faut un téléphone, un ciseau et l’imprimeur du coin de la rue.

CASABIANCA Julien
Julien de CASABIANCA

Julien de Casabianca a été, au départ, un journaliste ( à l’Express notamment) et un écrivain. Il a également collaboré à des émissions télévisées sur France 2 en tant qu’animateur, cinéaste  et réalisateur ( un court métrage La Nuit après la pluie écrit par le prix Nobel de littérature Gao Xingjian,  et un film très touchant salué par la critique et les réalisateurs, notamment Costas Gavras :  Passing By ). Mais il est surtout  internationalement connu pour être  un photographe qui amène l’art dans la rue. Un travail né en 2014 avec le concept qu’il a lancé et qui s’appelle Outings Project.

Passionné par les tableaux des musées, il se laisse séduire par des détails ou des personnages de ces toiles, les photographie, les magnifie en très grand format, parfois même monumental, sur papier et s’en va les coller lui même sur des murs de la ville, avec l’aide d’un échafaudage ou une grue parfois.

Ce travail, très original, inventif, ludique, esthétique, culturel et quelque peu décalé,est l’union de l’art et de l’urbain et son action est tout à fait accepté par les conservateurs des musées,  parce que la démarche de cet artiste n’est pas de dérober une œuvre,  mais une façon d’apporter l’art dans la rue et permettre qu’il soit à la portée de tous. Non seulement son travail les enchante, mais il l’invite très souvent à venir découvrir les tableaux de leur musée et  » piquer  » quelques figures intéressantes, lesquelles seront ensuite placardées sur les murs de la ville.

Il met son concept en application dans différentes villes françaises, notamment et surtout sa ville natale, à savoir Montauban, avec l’approbation du Musée Ingres , mais également d’autres institutions muséales  à Bordeaux, Angers, Lyon,  ou Paris avec, notamment,  le musée Carnavalet qui, durant sa fermeture pour travaux de rénovation, a accepté, après un vote,  que l’une des figures du tableau Le dôme central de la galerie des machines à l’Exposition universelle de Paris en 1889, signé par Louis Béroud, soit collée et format XXL sur un mur.

CASABIANCA 8
Julien de CASABIANCA ( Personnage issu du tableau de Louis BÉROUD )

Le travail si particulier de Casabianca  ne s’arrête pas là puisqu’il a eu l’occasion de le faire également en Angleterre, Russie, Chine, Japon ( qui l’a également invité à faire des conférences à l’Université des Arts et rencontrer aussi des plasticiens japonais) , Suisse, Etats Unis, Espagne, Brésil, Pologne, Corse, Allemagne , Bulgarie,  Slovénie, Mexique et au Paraguay.

CASABIANCA
Julien de CASABIANCA  (Memphis aux USA )
CASABIANCA la femme accroupie de Georges DORIGNAC à Bordeaux
Julien de CASABIANCA (Bordeaux en France)
CASABIANCA 4
Julien de CASABIANCA (Aberdeen en Écosse)
CASABIANCA Calvi
Julien de CASABIANCA ( Calvi en Corse )
CASABIANCA La Roche sur Yon
Julien de CASABIANCA ( La Roche-sur-Yon en France )
CASABIANCA 6
Julien de CASABIANCA ( Sofia en Bulgarie )
CASABIANCA usine Hollander à Choisy le Roi
Julien de CASABIANCA ( une usine à Choisy-le-Roi en France )
CASABIANCA 7
Julien de CASABIANCA ( Bordeaux en France )
CASABIANCA 3
Julien de CASABIANCA ( Lyon en France )
CASABIANCA 2
Julien de CASABIANCA ( Lübeck en Allemagne )
CASABIANCA Anger en France
Julien de CASABIANCA ( Angers en France)

 

 

 

 

 

8 réflexions sur “Street Art … par Julien de CASABIANCA

    1. Je suis vraiment contente d’en avoir parlé parce que, comme vous l’avez dit, c’est fantastique ! La démarche est magnifique parce qu’elle dépasse le simple street-art, compte tenu du fait qu’elle est en relation avec des œuvres d’art issus de musées internationaux. C’est une démarche culturelle. Merci beaucoup pour votre intérêt ♥

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s