Avant les mails …

 » On a oublié qu’il fut un temps, avant l’ordinateur, avant internet, avant les mails, avant le téléphone portable, avant les SMS, où l’on s’écrivait des lettres, des longues lettres, régulièrement comme un bonheur, comme un plaisir. On appelait cela une correspondance. On disait «  entretenir une correspondance  » , et c’est un mot tellement beau, tellement juste : on correspond parce qu’on se correspond. » Alain RÉMOND (Écrivain et chroniqueur français – Extrait de son livre Celui qui n’est pas venu )

Alain Rémond.jpg
Alain RÉMOND 
ECRIRE LUKE FILDES
Tableau de Samuel Luke FILDES

6 réflexions sur “Avant les mails …

    1. c’est magnifique je trouve d’en avoir tant écrit et surtout de les avoir au grenier … J’ai 68 ans en ce qui me concerne et je suis une inconditionnelle des lettres, des cartes etc… j’aime tout autant en écrire qu’en recevoir 🙂 .. Merci pour ce message Mélie !

      Aimé par 1 personne

  1. Un petit retour « en hier » que mon facteur imaginaire vient de m’apporter. Je cherchais justement la poésie et ce « genre » épistolaire manquant cruellement à nos courriels d’aujourd’hui qui vont si vite. Cet Art de la belle lettre, ce beau cadeau à ruban rouge et cachet de cire, cette enveloppe au parfum subtil et délicat. Où est-il ? J’en suis arrivée à me dire que cet Art était dans le Temps et que la rapidité de la réception n’enlevait rien à la qualité du partage. Personnellement, j’ai en parallèle un cahier et ma plume mais quelle déception de relire mon écriture qui ne s’applique plus!
    Bien à vous, Chère Lisa…….

    Aimé par 1 personne

    1. Nous vivons dans un monde où tout est codifié y compris l’écriture – C’est désolant ! C’est tellement agréable de recevoir une belle carte ou une belle lettre. Quitte à paraître  » je vous parle d’un temps …  » je continue d’en envoyer 🙂 et je vois que je ne suis pas la seule – Merci pour votre commentaire chère Ninaïe et votre gentillesse et recevez mes amitiés – Lisa

      J'aime

      1. Ce qui me semble désolant aussi me semble être cette vitesse qui blesse notre propre réflexion . S’évertuer à se poser pour ne pas perdre sa profondeur devient un dur labeur.Je résiste sans missive mais je suis bien heureuse de vous lire. Mon amicale pensée vers votre chaleureux univers Lisa🐾🐝🐾

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s