Sur une plage … de Rosemonde GÉRARD

« Le soleil luit comme un carabe.
Le ciel est aussi bleu qu’hier.
La brise apporte une syllabe.
Un grand oiseau nage sur l’air.

Tracés par les pattes des crabes
chaque jour sur le sable clair,
des mots chinois, des mots arabes,
seront emportés par la mer.

Et, tandis que le vent divague
et qu’au bord mousseux d’une vague
deux marsouins jouent sur les eaux.

On marche, en tremblant dans des châles,
parmi tous ces biscuits si pâles
que la mer apporte aux oiseaux.

Les méduses en cristal bleu,
que laissent les vagues errantes,
sont des personnes transparentes.
mais leur cœur ne fait pas d’aveu.

Un peu mortes, un peu vivantes,
sont-elles de glace ou de feu,
les méduses en cristal bleu
que laissent les vagues errantes ?

Quand les varechs nous les présentent,
miroirs bombés et que l’on peut
boire encore, respirer un peu,
pourquoi sont-elles si tremblantes
les méduses en cristal bleu ?

Le petit front de la sirène
brille d’un merveilleux secret ;
sa chevelure d’or qui traîne
semble un soleil qui la suivrait.

Sur la mer, quand il apparaît
comme une étoile souveraine,
le petit front de la sirène
brille d’un merveilleux secret.

Ah ! sitôt qu’on l’apercevrait,
comme on vivrait loin de la peine…
Comme on ne vivrait plus qu’à peine…
Mais qui l’a vu ?… qui le connaît ?…
Le petit front de la sirène !  » Rosemonde GÉRARD ( Poétesse française – Extrait de son recueil Les Pipeaux / 1923 )

GARMASH Michael et Inessa.jpg
Tableau de Michael et Inessa GARMASH

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s