LES BIJOUX DE LA REINE …

 

 

Le 12 Novembre 2018, Sotheby’s à Genève ( Suisse ) mettra en vente aux enchères des bijoux fabuleux ( dans leurs écrins d’origine ! ). Une collection exceptionnelle, unique, puisqu’elle regroupe différents bijoux ayant appartenu à la reine Marie-Antoinette ainsi qu’au dernier roi de France Charles X et ses fils le duc de Berry et le duc d’Angoulême.

L’origine de ses joyaux a une histoire : en 1792, Marie-Antoinette et Louis XVI son époux sont emprisonnés. Un an plus tard le roi et la reine seront guillotinés. La seule survivante de la famille Capet sera Marie-Thérèse de France, dite Madame Royale lorsqu’elle était à la Cour.

Elle est née en 1778 au château de Versailles. En 1789,elle  fera partie du cortège qui ramène sa famille à Paris. Quatre ans plus tard,  elle verra mourir ses parents, sa tante et son frère. En ce qui la concerne, elle sera libérée en 1795. C’est le début de l’exil : Vienne en Autriche pour commencer, où elle est autorisée à rejoindre sa famille maternelle, les Habsbourg.

Peu de temps avant leur emprisonnement, Marie-Antoinette avait ses remis ses bijoux, bien emballés dans un coffret en bois,  à une personne en qui elle avait entièrement confiance à savoir le Comte Mercy-Argentau,  afin qu’il puisse les remettre à son neveu l’empereur d’Autriche. C’est ce dernier qui les rendra à sa fille Marie-Thérèse lorsqu’elle le rejoindra . La reine de France détenait une superbe collection : d’une part ceux que sa mère l’impératrice Marie-Thérèse lui avait remis lors de son mariage avec Louis XVI, et d’autre part tous  ceux que Louis XV lui offrira, à cette occasion, et qui avaient appartenu autrefois à Marie-Josèphe de Saxe.

Marie-Thérèse  épousera plus tard le duc d’Angoulême puis reviendra en France en 1814. Ses séjours dans son pays d’origine seront des petites parenthèses durant les périodes d’exil que ce soit en Pologne, en Autriche, en Angleterre, en Ecosse etc…. Elle va mourir sans enfant en 1851 et sera  enterrée au couvent de Castagnavizza en Slovénie.

Les bijoux reçus de sa mère feront partie de son testament. C’est son neveu le Comte de Chambord qui sera désigné comme légataire universel. Les bijoux  de Marie-Antoinette seront partagés en trois lots : un pour le Comte, un pour son épouse et un troisième pour Louise, duchesse de Parme et soeur du Comte. C’est cette dernière qui recevra les superbes perles de la reine et des parures en diamant.

Louise est née en 1819. C’est la fille du duc de Berry et de Marie-Caroline de Bourbon-Sicile.. A 25 ans elle épouse Charles de Bourbon, futur duc de Parme. Durant toute sa vie, que ce soit à la Cour de Parme, lors de son exil en Suisse après les événements de 1860 jusqu’à sa mort en 1864 à Venise,  elle portera les fameux bijoux . Son fils aîné le duc Robert héritera d’une partie importante de ces joyaux.

Lorsqu’il épousera Marie-Pie de Bourbon-Siciles, il lui offrira en cadeau de mariage certaines perles reçues de sa mère, laquelle les remettra elle-même un jour à son fils Elie pour ses noces en 1903 avec Marie-Anne d’Autriche. Elie deviendra l’officiel duc de Parme en 1950. Son épouse était décédée dix ans plus tôt …. Ce sont les célèbres perles de Marie-Antoinette et une centaine de bijoux qu’elle avait reçus de son époux qui font partie de cette fastueuse vente du 12 Novembre 2018 dont on s’applique à dire qu’elle fait partie des collections très importantes de bijoux royaux, des pièces que le public n’est amené à voir que très rarement.

Quelques-uns des bijoux :

MARIE ANTOINETTE diamants du duc de Berry
Ces diamants proviennent d’une parure ( diadème, collier, boucles ) portée autrefois  par Madame Royale ( fille de Marie-Antoinette) : lorsque le comte de Chambord a reçu le lot de bijoux de la duchesse d’Angoulême, il y avait un diadème de taille assez importante, donc difficilement réutilisable sous cette forme. Il l’a donc fait démonter et il a décidé d’offrir les pierres séparément lors des mariages de ses nièces.  C’est Marie-Pie qui recevra les cinq plus gros. Elles seront remontées ( avec d’autres diamants ) en 1903 à la demande du prince Elie sur une broche, une paire de boucles d’oreilles et un collier. Compte tenu du fait que ces cinq diamants font partie du diadème de Madame Royale, fille de la défunte reine de France, on a l’habitude de penser qu’ils faisaient partie des bijoux qu’elle avait reçu en héritage. Cela est faux. Ils font partie de diamants qu’elle avait elle-même acquis personnellement.

 

MARIE ANTOINETTE Pendentif diamants et perle
 » Perle poire   » ayant appartenue à  Marie-Antoinette – Collection Bourbon-Parme
MARIE ANTOINETTE Collier 2
 » Collier perles trois rangs  » – Les perles proviennent d’un collier d’origine ( de 161 perles)  ayant appartenu à la Reine Marie-Antoinette et que Madame Royale a légué à sa nièce la duchesse de Parme. Les perles ont été renfilées en sautoir au début du XXe siècle et remontées en deux colliers ( dont celui-ci )  + deux boucles d’oreilles
MARIE ANTOINETTE noeud rubis diamants
 » Noeud en diamants et rubis  » – Il s’agit là d’un cadeau de mariage offert à Marie-Anne de Bourbon, princesse de Parme.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s